Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Jeu 7 Déc - 13:44

CHAPITRE 41: DE NOUVEAUX MALENTENDUS ET MOMENTS DE BONHEURS AVORTES

Cassandra avait passé une journée assez difficile. Son dernier baiser avec Severus avait été dans ses pensées toute la journée et pendant le temps de midi, elle avait fait tout pour éviter son regard.

Son père quant a lui, ayant senti que quelque chose tracassait sa fille et n’ayant aucune peine à en deviner la cause lui avait gardé une place à côté De lui et elle n’avait pas discuté cette demande.

Il lui avait demandé par la pensée de se tenir tranquille cette soirée. Ce qu’elle avait répondu que ça dépendait de certaines personnes. Voyant que plus rien ne sortirait de se bouche concernant Severus, il n’avait pas insisté et avait continué à discuter avec elle de tout et de rien.

A la fin du cours, elle se décida à descendre à la bibliothèque. Elle avait réellement besoin de se changer les idées et ce n’était pas en restant dans son bureau qu’elle pourrait le faire !

Quand elle rentra dans la bibliothèque, la première chose qu’elle vit fut Severus. Il était dans les bras d’Helena Perkins. Ils étaient tellement proches maintenant qu’on aurait pu ne pas mettre une allumette entre les deux.

Elle avait l’impression que le monde s’écroulait autour d’elle et que son cœur se brisait en mille morceaux.

Severus quand il vit le regard meurtrier et désespéré qu’elle lui lançait, lâcha la jeune fille en lui disant un froid :

« La prochaine fois, faîtes attention Perkins ! » En effet, ce que Cassandra n’avait pas vu, c’était ce gros livre qui était tombé à proximité et qui aurait assommé la jeune fille s’il ne s’était pas précipité sur elle.

Cassandra était à présent sortie précipitamment. Mais Severus avait bien décidé de la suivre pour lui expliquer le pourquoi du comment. Il ne voulait aucun malentendu avec la femme de sa vie.

Il la chercha du regard et la vit en train de se diriger vers la tour d’astronomie d’un pas précipité. Elle se sentait complètement désemparée et avait besoin de se retrouver seule dans ses appartements et pouvoir se laisser submerger par l’émotion ! Et elle aurait mieux fait d’y rester ! Elle n’aurait pas vu cette pimbêche dans les bras de Severus !
Mais selon toutes vraisemblance, Severus n’était pas de cet avis car il avait décidé de la suivre. Si il voulait la suivre, c’était son problème, car il allait regretter son choix !

Quand elle sentit une main ferme prendre la sienne. Et il s’avéra qu’elle se trouvait dans un couloir désert ! C’était celle de Severus qui lui disait :

« Attends Cassandra ! Je vais t’expliquer ! » Elle ne pu s’empêcher de le gifler. Une gifle à lui en décrocher la mâchoire. Elle voulut lui en donner une deuxième, mais cette fois, il attrapa au vol sa main et la tenait fermement. Elle s’écria :

« ROGUE ! TU ME LACHE TOUT DE SUITE ! JE N’AI BESOIN D’AUCUNE DE TES EXPLICATIONS ! VA PLUTÔT REJOINDRE TA NOUVELLE PETITE AMIE ET LAISSE-MOI TRANQUILLE ! »

Il vit des larmes perler sur ses joues. Et cela le fit autant souffrir qu’elle. Il lui dit en continuant de la tenir fermement et en plantant ses magnifiques yeux noirs dans les siens:

« Non Cassandra ! Perkins n’est pas ma petite amie ! Elle s’est retrouvée dans mes bras, parce qu un gros grimoire serait tombée sur elle et l’aurait assommée si je ne l’avais pas poussée et prise dans mes bras ! »

Il l’avait à présent attirée contre lui et avait une terrible envie de l’embrasser. Mais il se retint. Il n’avait pas envie d’aggraver la situation.

« VA FAIRE CROIRE CA A QUI TU VEUX MAIS PAS A MOI ROGUE ! ET TU ME LÂCHES TOUT DE SUITE, SINON, TU RISQUERAIS DE LE REGRETTER ! »

L’envie de l’embrasser la submergea à nouveau. Elle avait envie de le croire, mais la partie raisonnable de son conscient lui disait de ne pas le faire ! Quand Severus lui dit :

« Ah ? Et que vas-tu faire ? Sortir tes griffes ? Pour une qui ne ressentait plus rien pour moi, il me semble que tu es bien jalouse ! Et puis … »

Et avant qu’il n’ait pu achever sa phrase, elle s’était emparée de ses lèvres et l’embrassait passionnément. Elle le poussa dans un coin sombre.

Pourtant cette voix de la raison lui disait de lâcher son étreinte, mais elle ne le pouvait plus. Une nappe de désir l’enveloppa. Et elle se laissa embrasser par Severus.

Severus quant à lui était une nouvelle fois au comble du bonheur. Il ne pouvait s’empêcher de l’embrasser, de la serrer dans ses bras. Il se sentait tellement bien à présent qu’il pria pour que personne ne vienne les déranger.


Il se risqua à l’embrasser dans le cou et l’oreille. Les sensations d’envie que ressentait Cassandra la fit reculer ! Ce n’était pas possible ! Elle ne pouvait être attirée par lui que par un sortilège de sa part !

Severus voulut s’approcher d’elle, mais ce qu’il eût comme réponse, c’était une nouvelle gifle. Il lui dit en s’approchant d’elle :

« Si c’est ce que tu me réserves à chaque fois que tu m’embrasses, je veux bien ! »

Cassandra se tenait à présent la tête dans les mains horrifiée et lui dit :

« Ce n’est pas possible ! Je ne peux pas agir ainsi sans un sort de ta part ! JE NE VEUX PLUS QUE TU T’APPROCHES DE MOI ! »

« Si tu parles d’amour, oui, je plaide coupable ! Mais je ne suis pas responsable de ce qu’il se passe ! Bien que ce cas de figure ne va pas pour me déplaire ! Et moi aussi, je suis sous ton charme ! »

Il voulut s’approcher d’elle et l’embrasser à nouveau, mais elle voulut le gifler à nouveau. Mais cette fois, il attrapa sa main et lui dit :

« Je t’aime Cassandra Collins ! Et je ferai tout pour te récupérer, mais tu peux savoir une chose : jamais je ne me permettrai de te lancer un sort, ni te ferai boire un philtre d’amour ! J’ai beaucoup trop de respect pour toi ! » Ce fut à son tour de s’emparer de ses lèvres et il la poussa dans le même coin sombre où elle l’avait entraîné quelques minutes auparavant.

Ce fut ce moment que choisit Albus Dumbledore pour arriver. Severus fut frustré à nouveau. Ca se voyait comme le nez au milieu au milieu de la figure ! Mais il n’osa rien dire à son cher directeur.

Il dit :

« Je penses que je dérange quelque chose ! »

« Mais non Papa ! Tu arrives à temps ! » Dit Cassandra trop heureuse de le voir arriver. Elle lança un regard furieux à Severus.

Cassandra était bien trop en colère à présent, plus contre elle que contre Severus, pour remarquer le regard réprobateur de son père. Il dit :

« J’aimerais que vous vous calmiez tous les deux ! C’est bientôt le banquet d’Halloween et j’aspire à un peu plus de calme ! »

« Mais bien sûr Papa ! Répondit Cassandra avec une pointe de fureur dans la voix, Ca dépendra de certaines personnes ! (elle lança un regard noir à Severus) Maintenant, si tu voulais bien me laisser ! Je dois me préparer pour le banquet ! »

Et elle s’en alla laissant Albus et un Severus plus frustré que jamais seuls. Comment avait-il pu les déranger en plein milieu d’un moment heureux ?

Il garda le silence, mais Albus le regarda dans les yeux et lui demanda :

« Severus ! J’aimerais savoir ce qu’il s’est passé avec ma fille ! »

Severus se décida à lui expliquer tout ce qu’il s’était passé depuis la bibliothèque et la jalousie plus que prononcée qu’il pouvait exister entre Cassandra et Helena Perkins. Quand il eût terminé, Albus lui dit :

« Je pense qu’elle est à deux doigts de craquer Severus ! Si c’était le contraire, elle ne serait pas jalouse de cette élève de septième année ! Quand je vous disais que tout vient à point à qui sait attendre, je n’avais pas tort ! »

« C’est un fait qui est certain Albus ! Répondit Severus qui se permit un léger sourire, Vous ne pouvez savoir combien je peux l’aimer ! De la même façon que je peux aimer ma fille qui continue à se conduire froidement avec moi ! Mais je garde l’espoir de les récupérer toutes les deux ! »

« C’est ce que j’espère pour vous trois ! Maintenant, je vais rejoindre mes appartements ! A tout à l’heure Severus ? »

« A tout à l’heure Albus ! » Et il laissa son ami se diriger vers ses appartements.

Il était à deux doigts de récupérer Cassandra, il le sentait ! Chaque jour, il la sentait plus proche d’elle et ce jour béni où elle serait de nouveau à lui, il ferait tout pour la garder.

Il espérait aussi récupérer sa fille. Mais ce serait une autre paire de manche.

Il décida de retourner dans ses cachots afin d’attendre le banquet.
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Jeu 7 Déc - 13:45

CHAPITTRE 42: VISITE AGRESSIVE

Severus se dirigea vers les cachots. Il était sur son petit nuage et n’avait pas l’intention de le quitter. Ces baisers qu’il avait échangé avec Cassandra l’avait rendu heureux comme jamais ! En tout cas, Londubat allait payer son intrusion du matin !

Quand il entendit des pas derrière lui. Il se retourna et vit sa fille qui le suivait. Il s’arrêta et lui demanda froidement :

« Mademoiselle Collins ? Vous vouliez me parler ? »

Valandra s’approcha de son père d’un pas décidé avec la même démarche assurée que sa mère et lui dit :

« Oui Professeur ! J’aimerais vous parler de ma mère et de vous ! »

-Elle s’en est rendue compte !- pensa t-il.

« Suivez-moi dans mon bureau ! » Lui ordonna t-il.

Arrivés dans le bureau, il lui ordonna de s’asseoir, ce qu’elle fit. Puis, il laissa tomber son terrible masque du professeur Rogue et lui dit :

« Je t’écoute Valandra ! »

« J’aimerais que vous laissiez ma mère tranquille ! Répondit-elle froidement, Depuis que vous êtes revenue dans sa vie, elle souffre ! Et d’ailleurs, si vous continuez sur ce pli, j’écris à mon parrain pour l’avertir de la situation ! Et que vous prenez un vil plaisir à sa souffrance ! J’aime trop ma mère pour la voir souffrir ! Et si vous aussi vous l’aimez, vous devriez la laisser tranquille ! »

« Ton Parrain ne me fait pas peur ! Rétorqua t-il froidement, Je suis prêt à tout pour récupérer ta mère … Et toi ! »

Il s’était approché d’elle et lui souriait. Valandra fut stupéfaite de la réaction de son père qui rajouta :

« Je vous aime toutes les deux ! Et même pas ton parrain ne pourra y changer quoi que ce soit ! »

Valandra garda le silence. Elle avait envie plus que jamais de se jeter dans les bras de son père et de le serrer tendrement, comme elle avait toujours rêvé de le faire aussi longtemps qu’elle s’en souvienne et dans les tréfonds de son enfance !

Elle se risqua à frôler son esprit et s’étonna de voir qu’il avait baissé ses barrières mentales. Elle pu voir tout l’amour qu’il pouvait éprouver pour sa mère et elle.

Il s’était à présent approché d’elle et lui dit en s’agenouillant devant elle et en lui souriant :

« Je vois que ta mère t’a appris l’art de l’occlumencie, art qu’elle a appris de moi ! Tu peux voir combien je vous aime toutes les deux ! »

Il voulut la serrer dans ses bras, mais elle se leva et dit :

« Non Père ! N’imaginez pas que vos pensées vont changer quelque chose face à ce que je pense de vous ! Je tenais juste à vous mettre en garde contre mon parrain qui se doute bien que quelque chose ne va pas chez ma mère et qui est à deux doigts de débarquer à Poudlard si vous continuez à la faire souffrir de la sorte ! »

Elle était à présent suffisamment éloignée de lui ! Il lui dit :

« Ton intention me touche, ma chérie ! Mais comme je te l’ai dit, ton Cré … Euh ton Parrain ne me fait pas peur ! J’en ai connu d’autres avec lui ! Et ça ne m’a jamais empêché d’aimer ta mère ! »

« MON PARRAIN N’EST PAS UN CRETIN ! JE L’AIME ! ET NE SUPPORTE PAS QUE VOUS DISIEZ DU MAL DE LUI ! »

Elle était à présent en colère contre lui !

Elle voulut se diriger vers la porte pour l’ouvrir quand son père pointa sa baguette magique vers la porte et s’écria :

« COLLAPORTA ! »

Elle voulut ouvrir la porte et s’en aller, mais la porte ne s’ouvrait pas ! Elle était enfermée avec son père. Et elle commença à regretter le fait d’avoir décidé de parler à son père.

« LAISSEZ-MOI SORTIR ! » S’écria t-elle en colère.

Il n’en fit rien, s’approcha d’elle, s’agenouilla à nouveau et dit :

« Je n’ai jamais porté ton parrain dans mon cœur ! Et je suis vraiment désolé d’avoir pu te blesser ! Mais je me suis laissé emporté par ma rancœur à son égard ! »

Valandra était à présent partagée entre deux sentiments : serrer son père dans ses bras ou le planter là.

L’entendre s’excuser n’était certainement pas dans ses habitudes ! Elle aurait bien voulu lui demander pourquoi il haïssait autant son parrain, mais elle avait envie de sortir. Elle lui demanda les larmes aux yeux :

« Laissez-moi sortir ! S’il vous plaît ! » L’implora t-elle.
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Jeu 7 Déc - 13:46

A ce moment précis, une détonation retentit dans la cheminée. Valandra se tourna et vit son parrain. Elle s’écria :

« PARRAIN ! »

Elle accourut dans ses bras et éclata en sanglots.

Remus voyant la détresse de sa filleule était très en colère contre Severus. Il dit doucement à Valandra :

« Allons ! Calme-toi Ma Chérie ! Je suis là ! Et je suis arrivé à temps selon toutes vraisemblances ! » Il lança un regard meurtrier à Severus qui semblait agacé. Il se releva et lui dit :

« Lupin ! Que viens-t faire dans mon bureau ? Je ne crois pas t’avoir invité ! »

Remus ne cacha pas sa colère et lui dit :

« Je venais pour savoir ce qu’il se passe avec ma sœur ! Et j’arrive et je vois ma filleule qui te supplie de la laisser sortir ! MAIS JE VAIS TE TUER ! »

« Ce qu’il se passe avec ta sœur ne te regarde pas Lupin, Lui répondit-il froidement, Quant à ma fille, c’est elle qui est venue me voir de son propre chef pour me mettre en garde contre toi et ce que tu pourrais me faire si je m’attaquais à ta sœur ! Comme si j’avais eu jamais peur de toi ! »

Valandra remarquait la fureur dans les yeux de son parrain. Elle n’avait pas envie que son père se fasse malmener par son parrain. Elle n’aimait pas quand il s’énervait. Vu sa nature, ce n’était pas bon pour lui !

Elle lui dit :

« Parrain ! Je t’en supplie ! Ne fais rien que tu puisses regretter ! »


Remus n’entendait plus rien à présent. Il entendait de loin les supplications de Valandra et avait envie de coller une trempe à Severus ! Pour tout ce qu’il faisait endurer à sa sœur et aussi à sa filleule !

Valandra tentait par tous les moyens de retenir son parrain. Malgré ses nombreuses supplications, rien n’y fit. Il avait pris son père par la peau du cou. Il s’apprêtait à lui donner un coup de poing. Quand ils entendirent un lointain :

« ALOHOMORA ! » La porte se déverrouilla et Cassandra fit son entrée. Et au moment où Remus allait frapper Severus, elle repoussa son frère qui recula automatiquement.

Cassandra se mit devant Severus et s’écria à l’encontre de son frère :

« LUPIN ! J’AIMERAIS SAVOIR CE QUE TU FAIS ICI ! »

Elle était à présent furieuse contre son frère. Comment avait-il pu se laisser aller à la colère et en particulier devant sa fille ?

Déjà quand elle avait vu sur sa montre que Valandra se trouvait en présence de son père, elle avait eu peur pour sa fille ! Mais ça avait été bien pire quand elle avait vu que Remus s’y trouvait également !

Remus s’était relevé et s’approcha de Severus l’air menaçant. Il dit à sa sœur :

« Cassandra ! J’aimerais que tu t’éloignes de lui ! »

« TU RÊVES LUPIN ! JE TE REPOSE LA QUESTION : QUE FAIS-TU ICI A TE BATTRE AVEC SEVERUS ET DEVANT TA FILLEULE ! ET NE DIS SURTOUT PAS QUE C’EST PARCE QU’IL T’A CHERCHE ! AUQUEL CAS, TA FILLEULE VA TE PRENDRE POUR UN GAMIN ! »

Elle était très en colère contre lui, Remus le sentait. Il lui dit :

« Si tu veux tout savoir, j’étais parti dans le but de discuter de toi avec lui ! Quand je suis arrivé, j’ai vu ma petite Valandra en train de l’implorer d’ouvrir la porte, car elle voulait sortir ! Je suis désolé si je me suis énervé ! »

Cassandra se tourna vers Valandra qui était à présent en larmes. Elle dit :

« Voilà ce que ça a donné ! Ma petite Valandra est dans un sale état ! Et c’est de votre faute à tous les deux ! »

Elle s’était à présent tourné sur Severus puis sur Remus et leur lançait à tous les deux des regards flamboyants ! Elle demanda à Severus :
« J’aimerais savoir pourquoi tu as empêché notre fille de sortir ! »

Avant que Severus ait pu ouvrir la bouche, Valandra s’approcha de sa mère et dit en rougissant :

« Maman ! C’est de ma faute ! En fait, j’ai voulu à parler à mon père de toi ! Je voyais combien tu souffrais de cette situation ! Et je lui ai demandé de te laisser tranquille ! Je l’ai aussi mis en garde concernant Parrain ! Voyant qu’il ne voulait rien savoir, j’ai voulu sortir, mais il a verrouillé la porte et a voulu me prendre dans ses bras … Il m’aime tu sais ? Quand Parrain est arrivé et a voulu le frapper ! J’ai voulu le retenir, mais rien n’y a fait ! Il s’est jeté sur lui ! Et tu es arrivée ! »

« En quoi est-ce de ta faute, ma chérie ? Tu n’en peux rien si ton Parrain et ton père sont de grands crétins ! » Répondit-elle en leur lançant de nouveaux regards flamboyants. Elle se tourna vers Remus et lui dit :

« Je pense que tu n’as plus rien à faire ici Lupin ! Si tu voulais bien t’en aller ! »

« Pas avant que tu quittes ce bureau ! » S’écria t-il.

Severus s’était à présent approché de Remus ! Il pointa sa baguette magique sur lui et dit :

« Je penses que ta sœur ne t’écouteras pas Lupin ! Elle ne t’a jamais écouté d’ailleurs ! Alors, tu vas t’en aller de mon bureau immédiatement ! Et je ne veux plus jamais que tu y mettes les pieds ! »

Pour toutes réponses, Remus pointa sa baguette sur Severus ! Mais avant que Cassandra ait pu faire quoi que ce soit, Valandra se mit entre les deux et dit :

« Cela suffit maintenant ! Je ne veux pas que vous vous battiez ! Parrain, ce n’est pas toi qui m’as dit un jour que la violence ne servait à rien ? Alors, si tu voulais bien baisser ta baguette et quitter ce bureau ! »

Severus fut touché de l’attention que lui portait sa fille. Elle l’aimait, il en était quasiment convaincu.

Quand à Remus, il décida de quitter ce bureau. Il n’avait plus rien à faire ici ! Sinon, il allait se laisser aller à sa colère et il n’avait pas envie de peiner d’avantage Valandra et Cassandra. Il dit :

« Très bien ! Je le quitte ! Mais à la condition expresse que ta mère et toi veniez avec moi ! »


Cassandra avait envie de rester avec Severus pour lui demander des explications, Mais elle ne voulait pas causer d’avantage d’ennuis à Severus et dit :

« Très bien Lupin ! Je te suis ! »

« Moi aussi Parrain ! »

Remus avait gardé sa baguette pointée sur Rogue. Il incita sa sœur et sa filleule à passer par la cheminée. Severus dit :

« Mais je ne vais pas les empêcher de partir Lupin ! »

« Ca s’est vu tout à l’heure avec Valandra !

« CELA SUFFIT MAINTENANT ! S’écria Cassandra, LUPIN, SI TU VOULAIS BIEN VENIR AVEC NOUS, CE SERAIT GENTIL ! »

Quand elle entendit une voix dans sa tête lui dire :

« Je suis vraiment désolé de ce qu’il s’est passé avec notre fille Cassandra ! Je n’ai trouvé que cette solution pour qu’elle m’écoute ! Je l’aime tu sais ? Et je t’aime ! »

« On en reparlera un peu plus tard Severus ! Lui envoya t-elle, Pour l’heure, j’ai une discussion à avoir avec mon frère ! »

« Merci d’être arrivée à temps ! » Lui envoya t-il.

« Je ne suis pas venue pour toi, mais parce que voyant Valandra avec toi, je me suis inquiétée ! Et je n’ai pas eu tort ! Maintenant sors de mon esprit ! »

« Oui ! Mon Amour ! »

Elle décida d’ignorer la dernière remarque, lança de la poudre de cheminette et s’écria :

« Poudlard ! Appartements de Cassandra Collins ! »

Valandra en fit de même. Et avant de s’en aller, Remus dit à Rogue d’un air menaçant :

« Si je te reprends à faire du mal à ma sœur ou à ma filleule, je te tue ! »

« Tu te répète Lupin ! Et je ne ferai aucun mal à Cassandra, ni à Valandra ! Je les aime toutes les deux ! Et quoique tu en penses, elles m’aiment toutes les deux ! Et tu ne pourras rien y faire ! »

Alors, comme ça, il n’avait pas eu tort de penser ça ? Sa sœur et sa filleule continuaient de l’aimer tendrement ? Cela le mettait en colère ! Comment pouvaient-elle aimer ce monstre ?

Avant de lui en coller une, il se dirigea vers la cheminée, lança de la poudre de cheminette et il se retrouva dans les appartements de sa sœur qui semblait très en colère contre lui.

Elle lui lançait à présent un regard meurtrier et lui dit :

« Maintenant que tu nous a vus hors du bureau de Severus, je vais te demander de t’en aller ! Tu en as assez fait ! Rentrer chez les gens pour frapper dessus ! A t-on jamais vu ! »

Remus voulut s’approcher d’elle et lui prendre les épaules. Mais elle recula et continua de lui lancer son regard furieux. Il lui dit alors :

« Cassy ! Tu ne vas pas m’en faire un fromage ! Je suis arrivé au moment où Valandra suppliait son père de sortir ! Et tu sais très bien que je ne supporte pas que du mal lui soit fait, ni à toi ! »

« ETAIT-CE UNE RAISON POUR MALMENER SON PERE DEVANT VALANDRA ? A PRESENT, JE VEUX QUE TU T’EN AILLES ! JE SUIS BIEN TROP ENERVEE POUR POUVOIR ME CALMER ! »

Remus prit une mine déçue. Mais Cassandra était bien trop en colère pour s’en apercevoir.

« Comme tu voudras Petite Sœur ! Répondit-il, Mais sache que je garde un œil sur toi ! »

« LES DEUX TANT QUE TU VEUX ! MAIS JE NE VEUX PLUS QUE VALANDRA AIT À SOUFFRIR DE LA BÊTISE DE SON PERE ET DE SON PARRAIN ! »

Il alla près de sa filleule et lui demanda :

« Je suis vraiment désolé ma chérie ! J’espère que je ne t’ai pas trop traumatisé par cette intrusion ! »

« Non Parrain ! Je sais que tu as fait ça pour notre bien à toutes les deux ! Mais tu n’aurais pas dû agir de la sorte avec mon père ! »

Remus adressa un second regard triste à sa sœur qui ne décolérait pas. Il dit :

« J’aimerais que ta mère comprenne que je l’aime et que j’ai difficile à voir qu’elle souffre le calvaire ! »

Cassandra adressa un regard à son frère. Elle avait à présent les larmes aux yeux, s’approcha de lui, se jeta dans ses bras et lui dit :

« Remus Lupin, Tu n’es qu’un crétin ! » Et elle éclata en sanglots.

Valandra quant à elle s’approcha de son parrain et de sa mère et les serra tous les deux dans ses bras. Remus dit :

« Je suis vraiment désolé pour ce qu’il s’est passé ! Je m’inquiète pour vous deux et si je ne supporte pas une chose, c’est qu’on puisse vous faire du mal ! »

Quand elle se fut calmée, Cassandra s’enleva des bras de Remus. Elle lui dit :

« J’aimerais qu’à l’avenir quand tu te rends chez Severus, tu m’avertisses ! Je veux éviter ce genre de chose ! Comme les coups de poings dans le visage d’un professeur quel qu’il soit, le jour du banquet d’Halloween ! »

« Ca dépendra de lui ! Je ne veux plus qu’il te fasse du mal ! »

Cassandra se tourna vers sa fille et lui dit :

« J’aimerais que tu me prévienne à l’avenir quand tu vas voir ton père ! Quand j’ai vu sur ma montre que tu t’y trouvais, j’ai été très inquiète tu sais ? »

Valandra se sentait à présent coupable. Elle se rendit compte combien elle avait inquiété sa mère en allant rendre visite à son père ! Elle dit en rougissant :

« Je te promets de te prévenir quand j’irai voir mon père, Maman ! Je ne pensais pas t’inquiéter de la sorte ! Mon seul but était de te protéger de mon père ! »

Cassandra prit Valandra dans ses bras et dit :

« Ne t’inquiète pas ma chérie ! Je sais très bien me protéger moi-même ! » Elle n’avait pas envie d’inquiéter son frère ni Valandra, car dans l’état actuel des choses, elle était à deux doigts de craquer sur Severus.

« Maintenant, tu ferais mieux de rejoindre tes amis pour le banquet d’Halloween ! »

« Oui Maman ! » Elle posa un baiser sur sa joue droite.

Elle alla ensuite embrasser son parrain qui quand il vit son regard triste dit :

« J’aimerais te voir sourire Ma Chérie ! Je ne veux pas que les bêtises de ton crétin de Parrain n’attristent ta soirée ! Je veux que tu t’amuses durant cette soirée et que tu ne penses plus à ton imbécile de Parrain qui n’a pas pu se contrôler ! »

« Tu arrêtes de dire des bêtises et je te promets de m’amuser, mon Petit Parrain ! » Dit-elle en le serrant dans ses bras.

Elle l’étreignit une dernière fois, l’embrassa sur la joue et s’en alla.

Remus dit :

« Moi aussi, je vais partir ! Au revoir petite sœur ! Et fais bien attention à toi ! »

« Merci Remus ! » Répondit-elle.

« Et encore désolé pour aujourd’hui ! »

« N’y pense plus ! Sinon, je vais vraiment t’en vouloir ! » Répondit-elle en souriant.

Il répondit à son sourire, posa un dernier baiser sur sa joue, puis se dirigea vers la cheminée, prit la poudre de cheminette et disparut.

Etant déjà prête, elle décida de se rendre dans la Grande Salle. Les choses ne seraient pas pires que cette journée et elle serait heureuse quand elle se terminerait !
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Mer 13 Déc - 16:31

CHAPITRE 43: UN HEUREUX HALLOWEEN

Quand Severus arriva dans la Grande Salle tous les professeurs étaient arrivés, sauf Quirrel et Cassandra qui devait encore être avec son crétin de frère … Comment avait-il pu rentrer dans son bureau sans y être invité et au moment précis où il se sentait on ne peut plus proche de sa petite Valandra et qui plus est vouloir le frapper devant elle ?

Il décida de le chasser de son esprit et se concentra plutôt sur le moment présent. Des milliers de chauve-souris voletaient dans la salle et fondaient sur les tables en de gros nuages noirs qui faisaient vaciller les flammes des chandelles à l’intérieur des citrouilles qu’Hagrid avaient fait pousser.

Il alla s’asseoir à sa place habituelle. Il restait une place juste à côté de lui ! Juste une place où Cassandra pourrait venir s’asseoir. Il pourrait humer la douceur de son parfum et pouvoir l’admirer. Quand Quirrell arriverait, il pourrait une fois de plus l’humilier pour avoir le plaisir de la voir se tourmenter contre lui !

Il aimait voir ses joues qui s’embrasaient et la colère la gagner à chaque fois qu’il agissait de la sorte ! Ca avait tendance à le motiver d’avantage ! Et de plus, les choses étaient différentes maintenant ! Les événements de ces derniers jours le motivaient d’avantage ! Il ne l’avait jamais sentie aussi proche d’elle !

Quand il la vit arriver dans la salle, il remarqua qu’elle avait eu beaucoup de réticences à aller s’asseoir à côté de lui, il le sentait ! Mais elle le fit tout de même à contrecoeur !

Il effleura son esprit et lui envoya par la pensée :

« Comment va Valandra, Mon Amour ? »

Tout en allant s’asseoir, elle lui envoya, furieuse :

« Elle va très bien Rogue ! Et je ne suis pas ton amour ! »

Il se tourna vers la table des Gryffondor. Valandra semblait faire la tête à Potter et son ami, Weasley ! Il aurait pu apprécier ce moment s’il ne l’avait pas vu discuter avec un des deux jumeaux Weasley ! Georges s’il ne se trompait pas ! Il les avait vus souvent ensemble ces derniers temps et il n’aimait pas ça du tout ! Comment pouvait-elle s’intéresser à ce petit insolent ? Il était clair qu’au prochain cours, et il n’aurait aucun mal à trouver un prétexte tant il était insolent, il le paierait !

Cassandra lui envoya :

« J’aimerais à l’avenir que tu évites d’enfermer notre fille avec toi ! En attendant, je me suis inquiétée pour elle ! Et à qui la faute ? La tienne ! Heureusement que mon frère est arrivé ! »

« Je me serais bien passé de ton frère Cassandra ! Lui envoya t-il, Et la prochaine fois qu’il débarque chez moi sans y être invité, il le regrettera ! »

« Comme si mon frère avait peur de toi ! Lui envoya t-elle sèchement, Je te signale que si je n’étais pas arrivée, tu te serais ramassé une baigne ! »

« Oui ! Et je te remercie Mon Amour ! » Il la regarda dans les yeux.

Cassandra soutint son regard et lui répondit toujours par la pensée :

« Je te l’ai déjà dit, je ne suis pas ton amour ! Tu ne crois pas que tu en as assez fait ainsi sans en rajouter ? »

Il continuait de la regarda dans les yeux et lui envoya :

« Ah oui ? Et qu’ai-je fait si ce n’est te faire comprendre que je t’aime toujours et que tu m’aimes toujours ? Je te sens plus proche de moi Mon Ange ! Et je ne suis pas prêt à renoncer à toi ! »

Pour toutes réponses, elle décida de refermer son esprit à toutes autres communications de ce genre et elle discuta avec les autres professeurs présents à la table. Mais au fond d’elle-même tout ce dont elle avait envie, c’était d’embrasser Severus. Mais elle se retint.

Mais elle le savait, la voie de la raison allait bientôt l’abandonner ! Il fallait qu’elle pense à Lily et à James et ce que Severus leur avait fait. Et surtout à Harry qui avait vécu dans une famille d’adoption qui ne l’aimait pas, elle le sentait.

Elle le voyait bien à la maigreur de Harry ! Et si jamais, elle apprenait que le Dursley leur avait fait du mal, ils allaient le regretter amèrement !

Severus quant à lui gardait le silence, mais il ne pouvait s’empêcher de la regarder. Il avait une terrible envie de la serrer dans ses bras et de l’embrasser passionnément. Mais il ne le pouvait pas ! Pas devant tout le monde !

Quand il remarqua Helena Perkins. La jeune fille lui lançait des regards appuyés. Il décida de les ignorer et se concentra à nouveau sur Cassandra qui tenait une conversation passionnée sur sa façon de donner ses cours. Elle avait réussi à se faire aimer et respecter de tous ses élèves et il en fut très heureux pour elle.


Lui-même s’était fait respecter de ses élèves, mais aimer n’était pas le terme approprié, car ses élèves avaient peur de lui ! De plus, si ce n’était sa petite Valandra, il n’aimait aucun de ses élèves. Si ce n’est quelques élèves qui se démarquaient des autres, comme Drago Malefoy, Valandra et quelques autres qui sortaient du lot, les autres élèves n’étaient qu’une bande de cornichons de première classe !

Et en parlant de cornichons, Londubat allait payer son intrusion dans la conversation … privée qu’il avait tenue avec Cassandra ! Il savait qu’il l’aurait vendredi et il l’humilierait à souhait. Et là, Valandra ne pourrait pas résister à la tentation de le remettre à sa place ! Et il pourrait alors trouver un prétexte pour lui coller une retenue avec lui !

Il remarqua que Quirrell n’était toujours pas arrivé ! Mais où était-il ? Enfin peut-être allait-il arriver ! Il ne savait pas pourquoi, il ne lui faisait pas confiance. Il ne pouvait se l’expliquer ! Sans doute était-ce parce que Cassandra le défendait quand elle le pouvait !

Alors, lui aussi était jaloux ? Pourtant, Cassandra n’avait jamais porté aucun intérêt au jeune homme si ce n’était de la sympathie ! Mais on ne savait jamais !

Non ! Il y avait autre chose chez cet homme qui ne lui plaisait pas ! Et il ferait tout pour l’empêcher de s’approcher de Cassandra et de sa fille ! Il les aimait trop pour leur faire courir le moindre risque !

Les mets du festin qui apparurent tout d’un coup dans les plats d’or le fit sortir de ses pensées. Il commença donc à se servir tout en regardant Cassandra. Elle était tellement belle !

Cassandra, elle aussi commença à se servir. Quand Elle vit Quirinus entrer dans la salle en courant, le turban de travers, le visage déformé par la terreur. Elle le vit se précipiter vers son père, s’effondrer à moitié sur la table et balbutier hors d’haleine :

« Un troll … dans les cachots … Je voulais vous prévenir … » Puis il tomba évanoui sur le sol.

Cassandra fut frappée par l’effroi ! Mais que venait faire un troll dans le collège ? Et surtout, qui avait bien pu le faire rentrer ? Elle savait qu’ils étaient bêtes et ne se seraient jamais aventurés seuls dans Poudlard sans y être invités … Ou alors Peeves avait voulu leur faire une blague … Non ! Ce n’était pas ça et elle le savait !

Elle entendit un grand tumulte dans la salle et son père dut faire exploser des gerbes d’étincelles à l’extrémité de sa baguette magique pour rétablir le silence.

« Messieurs les préfets ! Ordonna t-il, Veuillez ramener immédiatement vos condisciples dans les dortoirs de vos maisons respectives ! »


Elle regarda Valandra s’éloigner avec les élèves de sa maison. Et elle se sentit soulagée ! Au moins dans la tour de Gryffondor, rien ne pourrait lui arriver.

Elle se tourna vers Severus, mais celui-ci n’était plus là ! Où était-il donc ? Sans doute était-il parti dans les cachots pour vérifier si ce monstre n’y était pas !

Quand tous les élèves furent sortis, son père réunit tous les professeurs et les répartit par groupes de trois. Cassandra se trouva avec Minervva et Quirinus qui avait reprit connaissance mais qui était blanc comme un linge et plus tremblant que jamais !

« Où est Severus ? » Demanda son père.

« Je suppose qu’il est parti dans les cachots ! Le troll aurait très bien pu s’y cacher ! » Dit Cassandra.

Mais au fond d’elle-même, elle s’inquiétait pour lui ! Affronter un troll adulte à lui tout seul était loin d’être facile !

« Très bien ! Dit Albus, Je pense que vous devriez aller fouiller le rez-de-chaussée ! J’espère sincèrement que le troll sera parti ! »

« Oui Professeur ! » Dit Cassandra.

Elle n’avait pas envie de l’appeler Papa devant tout le monde ! C’était une règle qu’elle s’était fixée et elle tenait bien à la respecter ! Quand elle entendit dans sa tête la voix de son père lui dire :

« Et ne t’inquiète pas pour Valandra ! Elle est en sécurité dans la tour des Gryffondor ! »

Cassandra ne répondit rien, mais lui sourit. Elle l’avait vue s’éloigner avec les élèves de sa maison et avec son préfet. Il ne pouvait donc rien lui arriver !

Ils allèrent, baguette brandie fouiller tout l’étage. Mais il n’y avait aucune trace du troll ! Pourtant, il ne pouvait être que visible !

Quand ils virent arriver Severus. Et il ne venait pas des cachots mais du deuxième étage. Mais qu’allait-il faire là ? Elle ne posa pas de question. En effet, elle savait qu’il était un des protecteurs de la Pierre Philosophale. Il avait dû aller vérifier si elle était toujours là … Et si la dite personne avait fait rentrer ce troll pour faire diversion et s’emparer de la pierre philosophale ? A son avis et si elle était dérobée, cela finirait par se savoir !

Quand ils entendirent un bruit sourd et des rugissements retentir dans le château et c’était en direction des toilettes des filles.

Ils accoururent vers l’endroit. Ils ouvrirent la porte et le spectacle qui se présentait devant eux glaça Cassandra d’effroi !

En effet, un troll gisait sur le sol inanimé et aux alentours de trouvaient Hermione Granger, Jessica et Ronald Weasley, Harry Potter … et Valandra !

Mais ce qui lui glaça d’avantage le sang, ce fut quand sa fille se jeta dans les bras de son père en lui disant :

« Oh Papa ! J’ai eu tellement peur ! »

Cette situation aurait pu être agréable à Severus si elle n’aurait pas été aussi critique et s’il n’avait pas senti le regard glacial de Minerva se poser sur Valandra qui de toute façon, se rendant compte de ce qu’elle était en train de faire, repoussait son père froidement.

Quirinus qui avait laissé échapper un gémissement à la vue du troll était à présent assis sur le siège des toilettes, une main sur le cœur.

Severus qui s’était reprit, se dirigea vers le troll et se pencha sur lui.

Cassandra lançait des regards flamboyants à sa fille qui était à présent rouge comme une pivoine et ne savait plus où se mettre !

Mais ce n’était rien par rapport à Minerva qui lançait à Ron, Jessica, Valandra et Harry des regards furieux, les lèvres livides.

Elle avait connu ce regard, il y a bien des années ! Et c’était avec les maraudeurs qui avaient le don de s’attirer les pires ennuis avec James et Sirius en tête !

« Qu’est-ce qu’il vous est passé par la tête ? » Dit-elle avec une colère froide.

Elle remarqua que Harry Potter avait jeté un regard à Ronald Weasley qui tenait toujours sa baguette en l’air.

« Vous pouvez vous estimer heureux de ne pas vous être fait tuer, Poursuivit Minerva, Pourquoi n’êtes-vous pas dans votre dortoir ? »

Severus jeta à Potter un regard féroce. Comment avait-il pu mettre sa fille en danger ? Il était comme son père ! Toujours à mettre en danger ses amis.

« Severus ! Cela suffit ! Entendit-il dans sa tête, Notre fille est aussi responsable que Harry ! »

Mais Harry Potter avait baissé les yeux. Une petite voix s’éleva alors :
« Professeur MacGonagall, ne soyez pas trop sévère, s’il vous plaît. Ils étaient venus me chercher ! »

« Miss Granger ! »

Hermione Granger dit :

« J’étais partie à la recherche du troll parce que je … je croyais pouvoir m’en occuper moi-même. J’ai lu beaucoup de choses sur les trolls … »

« Et ? » Dit Cassandra qui avait retrouvé l’usage de la parole.

« S’ils ne m’avaient pas retrouvée, je serais morte à l’heure qu’il est ! Jessica et Valandra m’ont aidées à échapper au troll en faisant une diversion et en lui lançant les tuyaux. En effet, glacée par l’effroi, je n’arrivais plus à bouger ! Et il m’aurait tué avec sa massue sil elles n’étaient pas intervenues !
Harry lui a enfoncé sa baguette magique dans le nez et Ron a réussi à l’assommer avec sa massue ! Ils n’ont pas eu le temps d’aller chercher quelqu’un d’autre. Le troll était sur le point de me tuer et de me tuer moi, ainsi que Jessica et Valandra qui se sont mis en travers de sa route ! »

Minerva l’avait écoutée avec attention. Mais ce fut au tour de Cassandra d’être livide ! A son tour, elle s’assit sur un siège de toilette. Ce qu’elle n’avait pas vu, c’est que c’était sur le même où Quirinus était assis. Quand elle s’en rendit compte, elle rougit et alla s’asseoir sur celui à coté ! Valandra avait failli mourir et elle restait là glacée par l’effroi et ne sachant que dire !

Minerva dit :

« Miss Granger ! Votre conduite coûtera cinq points à Gryffondor ! Vous me décevez beaucoup. Si vous n’êtes pas blessée, vous feriez bien de retourner dans votre tour ! Les élèves terminent le repas de Halloween dans leurs maisons respectives. »

Hermione Granger s’en alla aussitôt.

Le professeur MacGonagall se tourna alors vers Harry, Ron, Jessica et Valandra.

« Je vous répète que vous avez eu beaucoup de chance, mais il est vrai qu’il n’y a pas beaucoup d’élèves de premières année qui auraient été capables de combattre un troll adulte. Vous faîtes gagner cinq points chacun à Gryffondor. Le professeur Dumbledore sera informé de tout cela. Vous pouvez partir. »

Harry, Ron, Jessica et Valandra se dépêchèrent de sortir.

Quand Valandra entendit la voix de sa mère dire :

« Mademoiselle Collins ! J’aimerais vous parler ! »

« Oui ! Professeur ! » Dit-elle plus livide que jamais en remarquant la fureur dans les yeux de ses deux parents.

Cassandra s’était à présent levée. Minerva leur dit :

« Vous pouvez disposer ! Le professeur Quirrell et moi, nous occupons de tout ! »

A voir le visage toujours livide de Quirinus, Severus se demandait vraiment à quoi il pourrait bien servir ! Il n’avait pas apprécié que Cassandra ait failli s’asseoir sur ses genoux, mais sans doute était-ce à cause de l’émotion ! Et il n’avait pas voulu faire d’histoire, car il considérait que ce n’était pas le moment opportun pour faire des histoires de ce genre !

Il dit à Cassandra :

« Je pense que nous serons mieux pour en discuter dans mon bureau ! »

Cassandra qui tentait de se reprendre dit :

« Oui Severus ! »

Il se concentra sur sa fille qui était loin d’être enchantée de ce cas de figure, mais qui n’osait rien dire de peur d’alourdir son sermon et lui dit :

« Suivez-nous ! »

Ils se dirigèrent vers les cachots. Cassandra était toujours aussi livide et gardait le silence. Severus tentait de la réconforter en disant :

« Tu vois bien que rien n’est arrivé à notre fille ! Et je ne te cache pas que j’ai eu aussi peur que toi ! »

Cassandra ne put que lui adresser un rictus qui ressemblait à un sourire.
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Mer 13 Déc - 16:31

Quand ils furent arrivés, Severus ferma la porte, puis, il dit à fille d’un ton brusque :

« Assied-toi Valandra ! »

Cassandra était restée debout et ne cachait plus sa fureur ! Elle dit à Valandra qui était plus livide que jamais :

« VALANDRA LILY EILEEN SAMANTHA COLLINS ! COMMENT AS-TU PU? TU N’IMAGINES PAS LE DANGER QUE TU AS ENCOURU EN T’EN PRENANT A CE TROLL ! TU AURAIS PU TE FAIRE TUER ET CETTE IDEE M’INSUPPORTE ! »

Cassandra se tenait à présent la tête dans ses mains et elle éclata en sanglots. Elle avait difficile de s’imaginer quelle aurait été sa réaction si sa petite fille chérie était morte !

Severus était dans le même état que Cassandra. Et pas seulement parce qu’il la voyait pleurer, mais aussi parce qu’il avait été mort d’inquiétude pour sa fille !

Il prit Cassandra dans ses bras et lui qui s’était attendu à ce qu’elle le repousse, elle se laissa faire et se laissa aller à sa peine.

Valandra était à présent aux bords des larmes et dit :

« Je … Je ne pouvais pas laisser Hermione Granger en danger Maman ! Si Jessica et moi n’avions pas lancé ces tuyaux, Hermione serait morte à l’heure qu’il est ! »

Severus qui n’avait rien dit jusqu’à présent dit :

« Et toi aussi Valandra ! Ta mère et moi quand nous t’avons vue avec ce troll étions morts d’inquiétude ! »

Cassandra se tourna vers Severus. Alors lui aussi avait pu s’inquiéter pour sa fille ? Il avait donc pensé à quelqu’un d’autre qu’à lui-même ?

Il rajouta :

« Je ne veux plus que tu fréquentes Potter et sa petite bande ! »

« Mais, ils sont dans ma maison Père ! Et de toute façon, je fréquenterai qui je veux ! Vous n’avez rien à dire sur mes fréquentations ! »

« Cela suffit maintenant Valandra ! Dit Cassandra qui s’était reprise, Tu parles autrement à ton père, tu m’entends ? »

Valandra était sans nul doute surprise par la réaction de sa mère. Jamais, elle ne lui avait parlé ainsi quand il s’agissait de son père ! Cassandra rajouta bientôt :

« Maintenant, je te demande de t’excuser auprès de ton don père et de sortir de ce bureau ! J’ai besoin de me calmer ! Tu m’as beaucoup déçue tu sais ? Tu ne peux pas te rendre compte à quel point ton père et moi nous nous sommes inquiétés pour toi ! »

Entendre ces paroles de la bouche de Casssandra remit du baume au cœur de Severus.
Valandra se dirigea tristement vers la sortie. Severus dit :

« Sois prudente sur le chemin de retour ! »

« Oui père ! Dit-elle, Merci … Et excusez-moi pour vous avoir parlé de la sorte ! »

Severus ne lui répondit rien, mais au fond de lui-même, il se sentait heureux. Elle avait l’air sincère. Et encore une fois, il sentait une chaleur bienveillante le submerger.

Valandra quitta la pièce. Cassandra continuait de pleurer. Rien à présent n’empêchait Severus de la serrer tendrement dans ses bras.

Il lui dit :

« Tu vois bien que notre fille s’en est sortie sans dommages ! Elle est comme sa mère ! Aussi tenace qu’elle ! »

Il déposa un baiser sur son front et lui sourit.

Pour toutes réponses, Cassandra se serra plus fort dans ses bras. Elle s’y sentait tellement bien qu’elle n’avait plus envie de les quitter. Elle lui dit en lui adressant un sourire triste :

« Merci d’avoir été là dans un moment aussi dur ! »

« Mais je serai toujours là pour toi Cassandra ! Ainsi que pour notre fille ! »

Inconsciemment, elle se mit à caresser ses cheveux. Cela faisait tellement longtemps qu’elle ne s’était plus sentie aussi bien !

Puis, elle se risqua de regarder ses yeux noirs qui étaient tels des abysses noirs. Mais cette fois, ils étaient remplis de tendresses.

Elle posa ses lèvres contre les siennes. Severus quant à lui, n’osait trop y croire et bien qu’il savait que ce moment ne durerait pas éternellement, il décida de profiter de chaque moment.

Il la serrait tendrement, l’enlaçait et lui posait des baisers dans son cou. Il la sentait frémir. Il avait tellement envie d’elle ! Mais il ne voulait pas brusquer les choses. S’il s’était écouté, il l’aurait allongé sur son bureau et lui aurait fait l’amour ! Il se risqua à toucher ses hanches pour descendre sur ses jolies petites fesses. Il entendit des gémissements d’approbations. Et puis rien ne pouvait l’empêcher de faire ce qu’il voulait ! Aucun élèves, ni Miss teigne ne viendrait les déranger !


Quand elle se rendit compte de ce qu’elle faisait, Cassandra émit des gémissements, cette fois de protestations et décolla ses lèvres des siennes. Elle n’avait pu s’empêcher de voir l’image de ses deux amis James et Lily devant elle.

Elle le regarda intensément une dernière fois, lui vola un dernier baiser plus passionné que les autres. Puis, se rendant compte de ce qu’elle était encore en train de faire, elle rougit et s’enfuit sans un mot !

Severus n’avait jamais été aussi heureux de sa vie ! Il ne l’avait jamais sentie aussi proche d’elle et cette chaleur bienveillante n’était pas prête de le quitter ! Et jamais depuis ces dix années, il n’avait passé un si heureux Halloween.

Un jour prochain, elle serait à lui. Et ce jour, il le savait s’approchait à grand pas !

Il décida d’aller se coucher. La nuit lui apporterait sans doute de doux rêves avec elle, de doux rêves qui au fur et à mesure devenait réalité.
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:29

CHAPITRE 44: LE SEUL QU'ELLE AIT JAMAIS CESSE DE DESIRER

Cassandra traversait à présent les couloirs de sa chère école sans savoir où elle allait vraiment. Ce qu’il s’était passé avec Severus l’avait troublée au plus haut point. Mais que lui prenait-il ? Si elle ne s’était pas contrôlée, elle savait où elle aurait terminé sa nuit. Avec Severus, dans son lit.

Et le pire, c’était qu’elle regrettait de ne pas s’être abandonnée à lui ! Elle en venait même à regretter, la douceur de ses caresses, leurs langues qui s’étaient mêlées et leur corps qui se seraient mêlés enfin si elle ne s’était pas contrôlée !

Et le pire c’est que c’était elle qui s’était abandonnée cette fois, ce n’était pas Severus ! Elle était complètement et totalement perdue ! Elle ne pourrait pas lui résister longtemps, elle le savait ! Elle devrait faire tout pour l’éviter ! Mais comment pourrait-elle faire en sachant que Tous les deux étaient professeurs et qui plus est, elle pensait à leur prochain baiser … Non ! Il fallait qu’elle oublie ! Pour leur fille qui ne serait certainement pas d’accord et pour Lily et James !

Elle se retrouva bientôt au rez-de-chaussée et remarqua qu’elle était près de la bibliothèque. Personne n’y était à cette heure aussi tardive et elle décida de se diriger vers la tour d’astronomie.

Quand elle vit une porte entrouverte. C’était étrange, car celle-ci était toujours fermée. C’était une ancienne salle de classe. Elle décida d’aller la fermer.

Elle se dirigea vers cette porte. Quand son attention se porta sur un objet qui n’avait rien à voir avec le mobilier.

C’était un magnifique miroir qui montait jusqu’au plafond avec un cadre d’or sculpté, posé sur deux pieds pourvus de griffes, comme des pattes d’animal. Une inscription était gravée au dessus du miroir et il était inscrit : « riséd elrue ocnot edsid amega siv notsap ert nomen ej. »

Cassandra s’approcha du miroir et ce qu’elle vit ne lui plût pas le moins du monde ! Severus était derrière elle, lui tenait les hanches tendrement et l’embrassait dans le cou, de longs baisers doux qui la firent frémir de plaisir.

Elle se retourna et lui dit en s’éloignant de lui et en voulant le gifler :

« ROGUE ! JE T’INTERDIS ! » Mais elle se rendit compte qu’il n’y avait personne dans cette pièce, si ce n’était elle !

Mais quel était ce miroir ? Il n’y avait personne dans la pièce et elle voyait Severus ! Ce n’était pas normal !

Elle se retourna ensuite. Severus était toujours là et les sensations agréables aussi ! Il continuait à l’enlacer tendrement tout en l’embrassant dans le cou et dans l’oreille. Et il le savait, c’était son point faible ! Puis, il s’aventura à lui toucher les seins qui étaient durs à présent. Elle ferma les yeux un instant pour profiter de chaque moments. Le désir la gagnait de plus en plus et elle sentit sa respiration s’accélérer ainsi que celle de Severus !

Ils furent interrompus par Valandra. Elle tenait dans ses bras, un magnifique petit garçon de deux mois à peine qui lui ressemblait tellement !

Quand elle vit son père, elle se jeta dans ses bras et le serra tendrement. Severus lâcha Cassandra, posa un dernier baiser dans son cou et alla vers sa fille !

Voir sa fille aussi proche de son père la rendait heureuse comme jamais elle ne l’avait été ! Mais c’était surtout l’amour de Severus qui lui faisait du bien ! Mais qui était donc, ce petit garçon ? Il devait être leur enfant !

Elle se rendit compte que c’était ce qu’elle voulait le plus au monde ! Frappée par l’horreur, elle décida de quitter le local ! Elle était effondrée et elle éclata en sanglots.

Elle était bien décidée à présent de rejoindre sa chambre et pouvoir se reposer et éviter de penser à Severus, ce qui ne serait pas évident ! Et aussi à éviter ce fichu miroir !

Quand elle sentit une main réconfortante sur son épaule ! C’était son père ! Il avait dû sentir la détresse de sa fille et semblait plus triste que jamais !

Quand elle le vit, elle se jeta dans les bras de son père en lui disant :

«Ô Papa ! » Et elle pleura de plus belle.

Albus lui dit :

« Je penses que nous serons mieux à parler de ce qui ne va pas dans mon bureau, Ma Chérie ! »

Il lui prit la main et l’emmena dans son bureau.

Arrivés, il la fit asseoir sur un fauteuil, se mit en face d’elle et la regarda dans les yeux. Ce regard perçant qu’elle lui avait toujours connu !

Elle s’était un peu calmée. Son père lui demanda :

« Alors, qu 'est-ce qui ne va pas ma chérie ? »

Il en connaissait très bien la réponse, mais il préféra s’en assurer !

« C’est Severus, Papa ! Je l’aime toujours, tu sais ? »

Albus sourit et lui répondit tranquillement :

« Je l’ai toujours su ! Qu’attend-tu pour lui dire ? Car il est fou de toi ! Ca se voit ! »

Semblant outrée par ces paroles, elle dit :

« Papa ! Je ne peux pas l’aimer ! Il a trahi James et Lily ! Et je ne peux pas lui pardonner ! Tu sais, Lily était comme une sœur pour moi ! Et je n’ai pas pu élever Harry comme je le voulais ! »

« N’oublie pas une chose, Cassandra, Lui répondit-il tout aussi tranquillement, J’ai confié la garde de Harry à ses moldus de tante et oncle ! J’ai fait ce qu’il était de mieux pour lui ! En effet, sous la garde de sorciers et dans l’éventualité où Voldemort reviendrait, il serait une cible facile ! Surtout si sa marraine l’éduquait ! De plus, ils étaient le seul membre de la famille qu’ils leur restaient ! Et il est beaucoup plus protégé avec sa tante ! »

« Je l’espère ! Dit-elle en soupirant tristement, Mais je sens que Petunia et Vernon ne le rendent pas heureux ! Et ça me va loin ! »

Elle était à présent en colère. Son père lui répondit tranquillement :

« Je pense que la nature de la prophétie se poursuit comme il se doit ! Tu sais, la vie de Voldemort et de Harry est en tout points similaires ! Et on ne peut pas aller contre une prophétie ! »

« Oui ! Papa ! Répondit-elle tristement, J’espère que où ils sont James et Lily, ne m’en voudront pas ! »

Son père garda le silence. Puis, une question lui vint à l’esprit et elle lui demanda :

« Quel est ce miroir qui se trouve dans la classe désaffectée du rez-de-chaussée ? J’y ai vu des choses étranges ! »

Et elle expliqua ce qu’elle avait vu. Elle termina par :

« Ce n’est tout de même pas ce que je désire le plus ? »

Son père la regarda dans les yeux et lui répondit :

« Oui Ma Chérie ! Tu vois, pour le plus heureux des hommes, ce miroir serait un miroir ordinaire te il n’y verrait que son reflet. Et toi qui désire autant Severus et la famille que tu aurais pu avoir s’il ne s’était pas passé tout ça, tu as vu ce que tu désirais autant ! »

« De toute façon, je ferai tout pour éviter ce miroir ! » Dit-elle sur un ton buté.

Son père lui adressa un sourire mystérieux et lui dit :

« Sincèrement, je ne pense pas qu’en évitant ce miroir, tu effaceras cet amour que tu peux ressentir pour Severus ! Tu l’aimes et il t’aime ! »

En ayant assez d’entendre ces paroles de la bouche de son père, Cassandra dit en se levant :

« Je pense que je ferais mieux d’aller me coucher ! »

« Comme tu le voudras ! Dit-il en gardant son sourire mystérieux, Mais avant que tu t’en ailles, j’aimerais que tu penses à ce que voudrais ton mie : ton bonheur, sans aucun doute ! »

Elle prit la dernière remarque de son père comme une gifle et posa un baiser sur sa joue en lui disant :

« Bonne nuit Papa ! »

« Bonne nuit, Ma Chérie ! »

Et elle s’en alla.

Albus sentait que sa fille aimait Severus ! Et ce qu’elle lui avait expliqué le confortait dans l’idée qu’elle ne tarderait pas à craquer pour lui ! Et c’est ce qu’il espérait ! Car il voyait combien sa fille était malheureuse !

Quant à Severus, il ne semblait pas si malheureux ! Au contraire, il n’avait jamais été aussi heureux de sa vie. Et il espéra que Cassandra ne tarde pas à s’abandonner complètement à l’homme qu’elle n’avait jamais cessé de désirer, car rien ne le rendrait plus heureux !

Le bonheur de sa fille était sa seule raison de vivre et il ferait tout pour que ça arrive !
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:29

CHAPITRE 45: UNE NUIT AGITEE

Cassandra avait réussi à trouver le sommeil. Elle se trouvait dans les tréfonds de son subconscient dans le parc, devant le grand saule ! Ce grand saule qui lui rappelait tant de souvenirs merveilleux !

Elle vit dans le parc, une jeune fille. C’était elle telle qu’elle était à quinze ans. Elle ne semblait pas se voir. De plus, elle ressentait tout ce que la jeune fille qu’elle avait pu ressentir ! Cela se confirma quand elle sentit une main se poser sur ses fesses et lui dire à l’oreille :

« Ma tigresse douce et farouche ! »

C’était Sirius qui à présent lui adressait un sourire charmeur ! Il était tel qu’il était à quinze ans. Beau et présomptueux ! La jeune fille qu’elle avait été le gifla et lui dit :

« JE TE L’INTERDIS, BLACK ! »

Il se rapprocha d’avantage d’elle et lui dit :

« M’interdire quoi, ma tigresse ? Je suis totalement et complètement fou de toi ! Et j’ai envie d’une chose : c’est que tu me rende cet amour qui me brûle le coeur ! »

Cassandra avait une impression de déjà vu ! Comme si elle avait vécu cette situation. Puis, elle se rendit compte qu’elle était l’actrice d’un souvenir ! Ce souvenir qu’elle avait vécu en sixième année !

Elle venait de terminer ses cours et attendait Lily qui était avec le professeur MacGonagall et elle avait décidé de sortir pour prendre l’air. Et en ce moment, elle avait regretté son choix. La jeune fille lui dit en se débattant :

« BLACK ! JE TE L’AI DEJA DIT : JE NE T’AIME PAS ! TU ES COMME TON PETIT POTE POTTER ! TU ES AUSSI PRESOMPTUEUX ET PRETENTIEUX QUE LUI … D’AILLEURS, ET TU LE SAIS, J’EN AIME UN AUTRE ET CE N’EST PAS TOI ! »

« Ouais ! Dit-il en s’éloignant d’elle d’un air dégoûté, Et celui que tu aimes n’est pas le bon, si tu veux mon avis ! »

« Mais je ne te l’ai pas demandé Black ! » Lui répondit-elle sèchement.

Il continua tout de même en se rapprochant d’elle :


« Tandis qu’avec moi, tu serais bien ! Je t’aime tellement ! Même James et ton frère sont de cet avis ! Allons, ma tigresse ! Je suis de plus en plus amoureux de toi ! A chaque fois que tu me résistes, mon cœur s’enflamme ! »

« Si tu veux, je vais le refroidir Black ! Dit-elle froidement, Elle fit apparaître un verre d’eau et voulut lui lança au visage. Mais il l’évita de justesse et lui dit en s’approchant d’elle :

« Je connais une autre manière de me refroidir, ma tigresse ! »

Elle avait tellement reculé qu’à présent elle sentit le contact du tronc de l’arbre derrière elle. Il voulut l’embrasser, mais elle avait évité le baiser de justesse et il toucha le tronc de l’arbre avec ses lèvres.

« Serais-tu amoureux de l’arbre Black ? » Lui dit-elle d’un ton narquois.

« Non ! Dit-il en s’approchant à nouveau d’elle, Je suis raide dingue de toi ! Allons quitte Servillius et mets-toi avec moi ! James et Remus sont de cet avis ! »

« Mais l’avis de Potter, ne m’intéresse pas Black ! Répondit-elle, Quant à mon frère … »

Elle fut interrompue par une voix derrière elle, une voix qu’elle ne connaissait que trop bien dire :

« Eh bien Collins ! Tu as tort ! Car Sirius serait un meilleur parti pour toi que Servilo ! »

La Cassandra qu’elle était à présent se retourna et vit James ! Elle eût un choc en le voyant. A l’époque, ils ne pouvaient se supporter ! Mai par la suite, ils étaient devenus amis grâce à Lily et Remus !

Elle lui dit :

« Potter ! Je savais bien que là où le chien était, le maître n’était pas loin ! Tu vas me laisser mener ma vie comme bon me semble et ramener ton petit toutou dans sa niche ! (Elle se tourna vers Sirius et dit : ) Allez Blacky, va t-en ! Tu sais, le chien d’une de mes tantes s’appelait ainsi ! »

Elle avait pris un ton narquois. Mais au lieu de s’en aller, Sirius s’approcha d’elle et lui dit un nouveau sourire charmeur se dessinant sur ses lèvres :

« Je veux bien être tout ce que tu veux, ma tigresse adorée ! Je serai ton petit chien si tu le désires ! »


Il commença à faire une imitation de chien, se mettant à émettre des aboiements et à sortir la langue tel un chien.

La jeune fille qu’elle était éxaspérée et leva des yeux exaspérés au ciel et décida de partir.

Quand elle vit Lily ! Cela lui fit un choc. La Cassandra d’aujourd’hui eût un choc en la voyant. Elle dit en regardant Sirius faire le clown, à Cassandra :

« Que se passe t-il Cassy ? »

« Oh rien Lily! Black ne se sent pas bien ! Et il commence à m’énerver pour tout te dire! »

Lily se tourna vers James et lui dit :

« Aurais-tu l’extrême amabilité de dire à ton ami de laisser mon amie tranquille ? »

« Je veux bien Evans ! Dit-il en lui lançant un sourire charmeur, Mais tu connais la condition ! » Il tendit ses lèvres. Lily lui répondit sèchement :

« Va te faire voir Potter ! » Lança t-elle froidement.

« Tant pis ! Alors je ne fais rien ! Dit-il d’un air innocent.

Ce fut à ce moment là que Petigrow était sorti et s’était mis à rire bêtement !

« Voilà l’autre crétin ! Dit la jeune fille énervée, Il ne manquait plus que lui ! »

A présent, Sirius s’était approché d’elle. James amusé dit :

Si ce n’est pas de l’amour ça, je ne sais pas ce que c’est ! »

A présent, Sirus voulait poser un baiser sur ses lèvres. En ayant assez, elle recula et lui dit :

« BLACK ! MAINTENANT TU ARRETES ! »

« Bon ! Très bien ! Dit Black, À une condition ! »

« Quelle est-elle ? » Demanda t-elle en s’attendant au pire.

« Un petit bisou ! » Il tendit ses lèvres.

Elle recula et lui répondit d’un ton glacial :

« VA TE FAIRE VOIR BLACK ! »

« Que se passe t-il ici ? » Dit son frère qui venait d’arriver.

« Rien Remus! Répondit Cassandra visiblement énervée, Si ce n’est que ton ami a complètement perdu l’esprit ! »

Remus lança un regard plein de reproche à Sirius et lui dit :

« Qu’as-tu fait à ma sœur ? »

« Rien Remus ! Dit-il d’un air innocent, Si ce n’est que j’ai fait ce que ta charmante soeur désirait le plus ! Me transformer en chien, son petit chien adoré ! »

Lily avait vu l’exaspération de son amie, lui dit :

« Viens Cassy ! Allons-nous en ! Regarde, il y a Severus là ! »

A ce moment, Cassandra sentit les battements de son cœur s’accélérer et un sourire naquit sur ses lèvres. Il était là ! La jeune fille s’était approchée de lui.

Un sourire naquit sur les lèvres de Severus, il s’approcha d’elle et se mit à l’embrasser passionnément sous le regard furieux des Maraudeurs.

Cassandra telle qu’elle était se sentait bien. En effet, elle ressentait tout ce que la jeune fille avait pu ressentir à ce moment.

Quand devant elle, apparut Severus tel qu’il était maintenant. Au fur et à mesure, la jeune fille qu’elle était, Les Maraudeurs, tout disparut, si ce n’était elle et lui !

Il la prit dans ses bras et dit avec un sourire :

« Je t’aime Mon Amour ! Toi et notre fille ! »

Elle se débattait et s’écria :

« ROGUE ! VA T-EN DE MON REVE ! IL VIENT DE TOI, N’EST-CE PAS ?»

Non Cassy ! C’est moi ! »Dit une voix derrière elle.

Elle se retourna et ce qu’elle vit lui fendit le cœur ! C’était Lily, telle qu’elle était juste avant qu’elle ne meure !

Elle lui souriait. Ce regard chaleureux qu’elle lui avait toujours connu !
Cassandra avait à présent les larmes aux yeux et lui dit en s’approchant d’elle :

« Lily ? Mais que fais-tu dans mon rêve ? Tu es morte ! »

« Je sais ! Dit Lily en lui souriant, Mais je continue à veiller sur toi là où je suis ! Et je remarque une chose : Tu es malheureuse sans Severus ! Je t’ai envoyé ce souvenir pour te faire comprendre cette évidence ! Qu’attend-tu pour te remettre avec lui ? Il t’aime tu sais ? Ainsi que ma filleule, qui de son côté l’aime tout aussi tendrement ! »

Elle la regarda dans les yeux. Cassandra lui dit :

« Lily ! Je ne peux pas lui pardonner ce qu’il a fait à James et toi ! En effet, je t’ai toujours considéré comme une sœur ! Tu as été la seule à comprendre à quel point, nous nous aimions tous les deux ! Et sa seule manière de prouver son amitié pour toi a été de révéler la nature de la prophétie à Voldemort, sans prendre en compte les conséquences cela pouvait avoir sur James, Harry et toi ! En attendant, je n’ai jamais pu élever Harry, qui était pourtant mon filleul ! Et Sirius se trouve à présent à Azkaban pour un crime q’il n’a pas commis, je le sens ! »

Lily lui adressa un sourire bienveillant et lui dit :

« Je le sais Cassy ! Mais je pense que si Severus s’était rendu compte de ce qu’il faisait, il n’aurait rien dit à son maître ! Tu sais, il a vécu un martyr sans fin ces dix dernières années ! »

« Ca il me l’a dit ! » Dit-elle en lui souriant tristement. Lily continua et lui dit :

« Et je pense que tu devrais lui pardonner ! Tu l’aimes ! Ca saute aux yeux ! »

« Oui ! Mais Harry ! » Dit-elle les larmes aux yeux.

« Harry vit avec sa tante et son oncle ! Et bien que cette idée nous répugne à James et à moi, Albus a fait ce qu’il y avait de mieux pour lui ! Il doit être protégé de Voldemort ! Et sa tante est la meilleure personne qui soit !
Car dans le monde de la magie et avec sa marraine qui plus est, il aurait été mis en danger ! »

« Tu sais qu’Albus Dumbledore est mon père ? » Dit-elle surprise.

« Mais oui Cassy ! Dit-elle en souriant, Je te l’ai dit : je continue à veiller sur toi ! »

Cassandra prit son amie dans ses bras et lui dit :

« Tu me manque tellement Lily ! Même James me manque ! »
« Toi aussi tu nous manque ! Dit-elle en continuant de lui sourire, Mais tu sais, ce qu’on veut c’est ton bonheur ! Et Severus est ton unique amour ! Il t’aime et tu l’aimes ! Même Sirius qui était pourtant fou de toi n’a rien pu y changer ! D’où ce souvenir que j’ai voulu te faire revivre ! » Elle disparut sous ces quelques mots.

Ce fut à ce moment que Cassandra se réveilla en sursaut. Elle avait entendu une détonation dans la cheminée. Sans aucun doute, ça devait être son frère !



Elle se leva se reprenant peu à peu de son rêve, et retenant les larmes qui commençaient à couler sur ses joues, passa une robe de chambre, se dirigea vers la salle principale et ce qu’elle vit, lui glaça le sang … du moins, ses sentiments du moment lui glaçait le sang !

C’était Severus qui la regardait, les yeux remplis de désir ! Elle ressentait les mêmes sentiments que lui en plus !

Voyant qu’il s’approchait d’elle, elle s’écria :

« SEVERUS ! MAIS QU’EST-CE QUE TU FAIS ICI A CETTE HEURE AUSSI TARDIVE? »

Il était à présent proche d’elle. Il la prit dans ses bras et la regarda dans les yeux, ses magnifiques yeux noirs qui n’étaient plus que tendresse. Elle avait envie de l’embrasser, mais elle tenta de lui résister Après tout, ce dont elle avait rêvé avait été envoyé par son père ou Severus même ! Elle lui dit en s’éloignant de lui :

« Je veux que tu sortes ! » Mais ces dernières paroles n’étaient plus qu’un murmure. De plus, un mur l’avait fait arrêté et elle ne pouvait plus reculer. Il lui dit en l’enlaçant tendrement :

« Tu n’en n’as pas envie, Mon Amour ! Je pense que nous n’avons pas terminé notre conversation de tout à l’heure ! »

Leurs lèvres étaient maintenant proches. Mais elle se reprit et lui dit :

« Tu n’y penses même pas Severus ! Je veux que tu t’en ailles d’ici ! Et que tu n’y mettes plus jamais les pieds ! D’ailleurs … »

Avant qu’elle ait pu achever sa phrase, elle s’empara de ses lèvres et l’embrassa passionnément. Après tout Lily lui avait donné son accord ! Quand à Valandra et Remus, elle verrait plus tad !

Ce baiser lui fut tellement agréable qu’elle ne pouvait plus détacher ses lèvres des siennes. Elle l’enlaçait tendrement, se risquant à toucher ses fesses.
Pour toutes réponses, Severus, la prit dans ses bras, la souleva de terre et tout en continuant à l’embrasser, la porta sur son lit. Il la déshabilla délicatement et tendrement tout en continuant à la caresser sur tout le corps.

Elle ne put s’empêcher de laisser échapper des gémissements de plaisir. Il se dirigea ensuite vers son oreille et se mit à la mordiller amoureusement, ce qui lui fit un effet monstre.


Voyant qu’ils étaient de trop, Severus fit disparaître ses vêtements et ils se retrouvèrent complètement nus.

Ne pouvant plus tenir, Severus lui sourit et mêla son corps au sien délicatement. Elle poussa un cri de plaisir et au fur et à mesure qu’ils se mêlaient, elle se sentait de mieux en mieux.

Severus l’embrassait, l’enlaçait et la regardait tendrement. Il lui dit doucement dans l’oreille :

« Je t’aime Ma beauté ! Et je ne cesserai jamais de t’aimer ! »

« Moi aussi Mon Amour ! » Dit-elle en lui souriant amoureusement.

Ce fut à ce moment là qu’elle se réveilla en sursaut, le front inondé par la sueur ! Alors tout ceci n’était-il qu’un rêve ? Ce n’était pas possible ! Elle s’était sentie tellement bien qu’elle avait crût que tout ceci n’était que réalité.

Elle éclata en sanglots un moment. Elle aimait toujours Severus et elle tentait de lui résister alors que même Lily, qui elle le savait, était apparue dans son rêve, lui avait donné son accord pour qu’ils se remettent ensemble !

Puis, elle se souvint de la conversation de son père et ce qu’elle avait vu dans le miroir de Rised . Cela devait être ça ! Sans aucun doute ! Elle était plus décidée que jamais à éviter Severus du mieux qu’elle le pouvait ! Même si elle savait que ça ne serait pas facile !

A présent, il était deux heures du matin et elle décida de se rendormir ! Elle eût beaucoup de mal, et cette fois, heureusement, ce fut un sommeil sans rêves.
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:30

CHAPITRE 46: UNE VISITE BIENVENUE

Quand Cassandra se réveilla, elle commança à réaliser ce de quoi elle avait rêvé cette nuit, Ses sentiments, ses sensations ! Et ele avait encore beaucoup de mal à s’en remettre. En particulier, le dernier qui l’avait marquée. Tout lui avait paru tellement réel ! La douceur de ses baisers, de ses caresses sur tout son corps, le contact de sa peau contre la sienne et son moment de bonheur intense quand leurs corps s’étaient mêlés, tout lui revenait en mémoire et elle en souffrait !

Comment pourrait-elle éviter la présence de Severus à l’heure qu’il était, alors qu’au fond d’elle-même elle avait hâte de le revoir ? Pourtant, après ce qu’il s’était passé la veille dans son bureau, elle aurait dû tout faire pour l’éviter ! Mais il se faisait qu’elle l’aimait. Et elle se demandait vraiment comment elle allait bien pouvoir lui résister ! Tout ce dont, elle rêvait à présent, c’était de se retrouver dans ses bras et de l’enlacer tendrement.

Non ! Il fallait qu’elle se reprenne ! Elle décida d’aller prendre une douche qui lui remettrait très certainement les idées en place. Elle se leva, passa une robe de chambre et se dirigea vers la salle de bain.

Elle ne put s’empêcher de jeter un regard là où dans son rêve, Severus l’avait bloquée, qu’elle s’était emparée de ses lèvres et où … Non ! Il ne fallait plus qu’elle y pense !

Au même titre que son rêve avec Lily, tout ce dont elle avait rêvé n’était qu’un résumé de ce qu’il s’était passé la veille : son entrevue avec Severus dans son bureau après ce qu’il s’était passé avec Valandra et quand elle s’était abandonnée dans ses bras, ce qu’elle avait vu dans le miroir de Rised et la conversation avec son père au sujet de Lily ! Ca ne pouvait être que ça ! Alors, pourquoi donc se sentait-elle en colère contre elle-même pour ne pas avoir cédé à Severus ? Elle aurait pu être tellement bien dans ses bras ! Elle se serait réveillée tendrement enlacée ? Il l’aurait embrassée et lui aurait fait une nouvelle fois l’amour. Et elle se serait sentie tellement bien !

Elle rentra dans la salle de bain, tentant de chasser ces idées de la tête ! Mais elle n’y arrivait pas.

Quand elle entendit une détonation dans la cheminée, son sang se glaça ! Non ! Ca ne pouvait pas être lui ! Alors qu’elle était à deux doigts de craquer pour Severus, voilà qu’il était là ! Elle décida d’utiliser la méthode qu’elle utilisait d’habitude : l’agressivité et renforça ses barrières mentales plus que jamais ! Il n’aurait plus manqué que ça qu’il puisse lire dans ses pensées ses idées friponnes ! Il en profiterait, c’était une valeur sûre. Elle le voyait, la bloquant contre le mur, lui arrachant ses vêtements, lui mordillant amoureusement l’oreille et l’embrassant sur tout le corps. Et bien qu’elle lui résisterait au début, elle finirait par lui céder et se laisserait faire, submergée par le désir
Et voilà : ses idées friponnes recommençait ! Il fallait qu’elle les chasse de son esprit ! Si c’était lui, elle ne pourrait pas les cacher très longtemps !

Elle prit par mesure de précaution la première chose qu’elle vit : un verre. Au moins, s’il tentait quoi que ce soit, elle pourrait se défendre ! Faute de baguette magique qui était restée dans sa chambre, le lancer du verre était une chose qui avait fait ses preuves !

Elle sortit de la salle de bain et s’écria sans prendre la peine de savoir qui se trouvait dans la pièce et le verre dirigé sur celui qu’elle croyait être Severus:

« Severus ! Je veux que tu sortes d’ici, sinon … »

Mais ce n’était pas Severus, mais Remus qui lui lançait à présent un regard intrigué et inquiet. Elle s’écria en colère :

« LUPIN ! LA PROCHAINE FOIS QUE TU DEBARQUE, PREVIENS-MOI ! TU M’AS FAIT UNE DE CES PEUR ! »

Elle était à présent frustrée. Elle s’était attendue à voir Severus et c’était son frère qui avait l’air plus inquiet que jamais.

Il lui dit en s’approchant d’elle :

« Cassy, c’est moi ! Je venais prendre de tes nouvelles ! Et je remarque une chose : j’arrive à temps ! Que t’a fait Rogue ? … Tu ne vas pas me dire qu’il s’est introduit chez toi sans y être invité ! »

Pour toutes réponses, Cassandra s’approcha de son frère, se jeta dans ses bras et éclata en sanglots. Remus la serrait dans ses bras.

Alors comme ça, cette ordure avait osé rentrer dans les appartements de sa sœur sans y être invité ? Il n’osait imaginer ce qu’il lui avait fait ! Un fait était certain, il allait le tuer quand sa sœur se serait calmée ! C’était indéniable !

Elle se calma enfin et s’enleva de ses bras. Il lui dit doucement et en la regardant dans les yeux :

« Ca va mieux ? »

« Oui Remus ! Encore désolée pour ce malentendu, mais j’ai vraiment crût que c’était Severus ! »

« Attends ! Dit-il la voix frisant la colère, Tu ne vas pas me dire qu’il s’est introduit dans tes appartements sans y être invité ! »
A coup sûr, Cassandra sentait que Remus était sur le point de débarquer chez Severus et de le tuer ! Après tout, si ce n’était lui faire rendre compte des sentiments qu’elle continuait d’éprouver pour lui, Severus n’avait rien fait ! Et il fallait qu’elle fasse taire ce malentendu !

« Non Remus ! Répondit-elle tristement, Severus n’est pas venu chez moi sans y être invité ! Le problème vient de moi ! Je l’aime toujours ! Et pour tout te dire, je n’arrête pas de rêver de lui la nuit et … »

Remus ne cacha pas sa surprise. Alors, comme ça, ses pires craintes étaient fondées ? Sa sœur n’avait jamais cessé d’aimer ce monstre ! Déjà quand ils étaient à l’école et au fond de lui-même, il aurait bien voulu qu’elle sorte avec Sirius ! Mais quand Sirius avait trahi James et Lily en allant donner l’emplacement de l’endroit où ils se trouvaient, il avait trouvé que Cassandra avait bien fait de ne pas craquer pour celui qu’il avait crût être son meilleur ami ! Mais entre Severus et Sirius, il ne savait pas vraiment lequel il préférait ! Tous les deux avaient complètement perdus l’esprit. Rejoindre les rangs de Voldemort en était la preuve indéniable ! Pour en revenir à Sirius, il avait continué à jurer qu’il n’avait rien dit ! C’était pourtant lui le gardien du secret !

La seule à le croire, était Cassandra. Il fallait dire qu’elle n’avait jamais aimé Peter et elle l’avait toujours soupçonné des pires choses. Pourtant, celui-ci s’était sacrifié et avait reçu la médaille de l’ordre de Merlin à titre posthume. Mais Cassandra continuait à soupçonner quelque chose de pas net dans cette affaire.

Remus quant à lui, lui en voulait toujours de cette trahison et ne comprenait pas sa sœur ! Il fallait dire qu’elle tombait toujours sur des malades, à son grand désarroi, il aurait voulu que sa Cassandra tombe sur quelqu’un qui la méritait vraiment. Mais ce n’était pas le cas. Le seul bonheur de sa sœur était Valandra qui l’aimait tendrement aussi.

Mais il revint au moment présent. Il lui dit doucement :

« Je … Je ne suis pas étonné de ce que tu me dis là Cassy ! Je l’ai toujours su ! Mais j’aimerais savoir une chose : pourquoi m’as-tu confondu avec lui ? »

« C’est juste un rêve que j’ai fait cette nuit le concernant, Remus ! En plus, je dois te dire que ses tentatives d’approches ont toutes failli faire mouche ! »

« SES TENTATIVES D’APPROCHES ? » Répéta Remus qui cachait mal sa colère.

« Oui Remus ! Mais avant de t’énerver, attends que je t’explique ! »

Elle lui expliqua tout ce qu’il s’était passé avec Severus sans omettre les passages avec Helena Perkins, qui lui avait fait comprendre qu’elle l’aimait toujours ! Il demanda sur un ton de reproche:

« Et pourquoi ne m’en n’avoir pas parlé hier ? »

« Tout simplement parce que je n’avais pas vraiment envie que tu t’énerves d’avantage sur lui Remus ! En plus ce n’était pas le moment ! Il y avait le banquet d’Halloween et je ne tenais pas à ce que Severus débarque à la soirée avec un œil au beurre noir ! Maintenant, si tu voulais bien me laisser continuer, tu serais gentil ! »

Elle continua, n’oubliant pas de lui raconter ce qu’il s’était passé avec Valandra la veille. Quand elle vit de l’inquiétude dans les yeux de son frère, elle le rassura immédiatement. Par contre quand elle en vint, à raconter ce qu’il s’était passé dans son bureau, son sang se glaça. Mais il décida de ne rien dire. Il sentait qu’elle était à deux doigts de craquer pour lui. Et il décida de la soutenir comme il l’avait toujours fait. Après tout, elle était et resterait toujours sa sœur, même si ce n’était pas le cas, il l’avait toujours considéré comme tel ! Et bien que quelques mois les séparent, il était son grand frère ! A vrai dire, cette idée le répugnait, mais il fallait qu’il veille à son bonheur, même si c’était avec un homme qu’il méprisait au plus haut point !

Puis, elle raconta ce qu’il s’était passé quand elle avait regardé dans le miroir de Rised, la discussion qu’elle avait eue avec son père par la suite en omettant ce qu’elle savait de la prophétie ! Personne, si ce n’était Severus, son père et elle connaissaient la vérité et elle comptait bien garder le secret.

Ce fut la même chose que pour le rêve qu’elle avait fait de Lily ! Elle avait promis à son père de se taire à ce sujet et comptait bien respecter sa parole, même si cacher la vérité à son frère l’insupportait !

Elle termina par son dernier rêve, sans rentrer dans les détails ! Des images revinrent danser dans son esprit et elle n’aimait pas ça !

Elle termina par :

« Ca ne fait aucun doute que la journée d’hier a tellement été éprouvante que je n’ai pas pu m’empêcher de compenser en faisant ces rêves ! »

Remus la regarda dans les yeux et lui dit :

« Si tu veux mon avis, je ne le pense pas Cassy ! Tu aimes Severus ! Ca saute aux yeux ! Et tu es à deux doigts de craquer pour lui ! »

« Remus ! Dit-elle en soupirant tristement, Je ne peux pas me risquer à l’aimer ! Il faut que je pense à ma petite Valandra qui l’a pris en grippe ! Et semble éprouver pour lui une profonde animosité ! »

« Je n’en suis pas si sûr Cassy ! Il suffit de voir sa réaction hier quand j’ai voulu frapper son père ! »

« Oui ! Sans oublier ce que je t’ai raconté à propos du troll ! Elle s’est jetée dans ses bras avant de se reprendre ! Puis, elle s’est refermée comme une huître quand nous avons été dans son bureau ! J’ai même dû la remettre à l’ordre ! Il faut dire que Severus lui avait interdit de revoir Harry et ses amis ! »

« Je pense qu’elle s’est rendue compte qu’il l’aimait ! Et qu’il t’aimait ! Et je pense que pour l’instant, elle fait tout pour résister à l’envie qu’elle a de l’aimer … Un peu comme toi au fait ! »

Cassandra ne put s’empêcher de rougir. Pourquoi donc son frère avait toujours réussi à lire en elle comme dans un livre ouvert ? Il continua :

« De toute façon quoi que tu décides pour vous deux, je serai toujours là pour t’épauler Petite Sœur ! Lui dit-il un sourire bienveillant se dessinant sur ses lèvres, Je t’aime et tout ce que j’ai toujours désiré, c’est ton bonheur et celui de ma petite Valandra ! »

Cassandra avait à présent les larmes aux yeux.

« Je sais Remus ! Et moi aussi, je t’aime ! Tu as toujours été là quand j’avais besoin de toi ! »

« Tout comme toi Cassy ! Quand tout le monde me tournait le dos, qui était là ? Toi ! Tu as été la première à me soutenir, puis il y a eu les Maraudeurs et Lily ! Mais tu m’as toujours aimé tendrement et sincèrement, malgré ma nature profonde ! »

« Ce n’est pas parce qu’un loup-garou t’a mordu, tu es un monstre ! Tu as toujours été là pour moi, un frère doux et attentionné ! »

Il la serra dans ses bras tendrement et lui dit la voix émue :

« Merci Cassy ! Mais ce n’est pas étonnant avec une sœur comme toi ! Je n’aurais pu imaginer avoir une meilleure sœur que toi ! »

« Merci Remus ! N’oublie pas que je ne le suis pas réellement ! »

« Peut-être par le sang ! Mais dans mon cœur, tu l’es ! » Dit-il en souriant.

« Merci Remus ! Dit-elle en souriant, Mais fini le lancer de fleurs ! Revenons-en à Severus ! Je suis plus déterminée que jamais à lui résister ! J’ai tellement peur qu’il me déçoive à nouveau ! Maintenant, j’ai Valandra ! Et je ne veux plus qu’elle souffre des erreurs de son père ! »
« Je sais Cassy ! Dit Remus, Mais tu devrais lui laisser une chance ! »

« C’est toi qui me dis ça ? » Dit-elle intriguée.

« Je te l’ai déjà dit : tout ce que je veux c’est ton bonheur ! Et si il doit être avec cet homme, je serai heureux pour toi ! »

Cassandra soupira tristement et dit :

« Si seulement, il pouvait me donner des preuves tangibles qu’il a changé, tout serait tellement plus facile ! »

Elle était plus déterminée que jamais à résister à Severus ! Remus le sentait ! Mais il savait que sa petite sœur ne pourrait pas lui résister très longtemps ! Elle l’aimait toujours et Rogue aussi ! Et celui-ci ferait tout ce qui était en son pouvoir pour les récupérer toutes les deux ! Et il espéra que celui-ci les aimait réellement !

Ils furent interrompus par quelques coups frappés à la porte. Il était pourtant très tôt. Elle lâcha son frère, alla ouvrir et vit Valandra. Elle avait encore les yeux rougis. Sans aucun doute, avait-elle pleuré toute la nuit. De plus, elle n’osait pas regarder sa mère. Elle eût pourtant le courage de le faire et dit les larmes aux yeux :

« Maman, je tenais à m’excuser pour hier ! Je t’ai inquiétée et tel n’était pas mon but ! Je ne voulais pas qu’il arrive quelque chose à Hermione ! »

Valandra était aux bords des larmes. Cassandra commençait à se sentir coupable pour s’être énervée contre elle. Néanmoins, elle avait été si inquiète ! S’il lui était arrivé quelque chose, elle ne pouvait imaginer dans quel état elle aurait été !

Elle vit que Valandra commençait à pleurer. Cassandra la prit doucement dans ses bras et tout en l’entraînant à l’intérieur lui dit doucement :

« C’est tout ma chérie ! Tu sais, tu m’as inquiétée hier ! »

« Je ne le referai plus Maman ! » Dit-elle entre deux sanglots.

« Je l’espère bien ! Fit-elle en lui souriant, En plus, tu arrives au bon moment ! »

Elle se tourna vers Remus qui s’était levé. Ce fut au tour de Valandra de se tourner vers son Parrain. Quand elle le vit, son visage s’illumina et elle accourut dans ses bras. Elle lui dit :

« Parrain ! Je suis heureuse de te voir ! Tu … Tu es au courant pour hier ? » Elle était à présent rouge comme une pivoine. Remus lui dit en souriant :
« Oui ! Je suis au courant de tes exploits d’hier, Ma Chérie ! Ta mère m’en a fait part ! Mais je ne te dirai rien ! Pour la simple et bonne raison que je n’étais pas à la près d’une bêtise quand j’avais ton âge. Mes amis et moi avions le don de nous fourrer dans les pires ennuis ! »

« Oh oui ! Dit Cassandra en souriant, On peut dire une chose : Vous avez donné du fil à retordre à Minerva et mon père, Sirius, James et toi ! »

« Et Peter ! » Précisa Remus.

« Ouais ! Si tu veux ! » Maugréa t-elle.

Elle avait fait le choix d’oublier Petigrow tout simplement parce qu’elle continuait de croire que Sirius était innocent et que le coupable dans cette affaire c’était lui ! Bien qu’il se soit fait passé pour mort, elle était convaincue qu’il était toujours en vie, à se cacher Dieu seul sait où et qu’il attendait la moindre opportunité pour se montrer !

Mais elle en revint à l’actualité. Elle regardait Remus et Valandra qui avait retrouvé le sourire et elle en fut heureuse. Valandra demanda à son parrain :

« Ah bon ? Tu étais comme ça Parrain ? »

« Oui ! Admit Remus, Mais ça ne veut pas dire que tu dois pour autant suivre l’exemple de ton Parrain préféré ! » Il lui adressa un sourire réprobateur, puis, un clin d’œil complice.

« Bon ! Dit Cassandra, Je vais aller m’habiller et vous laisser un peu discuter ! »

« Oui Maman ! » Dit Valandra.
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:31

Cassandra rentra dans la salle de bain. Remus quant à lui, avait bien l’intention de parler à sa filleule au sujet de son père. Il ne faisait plus aucun doute que Cassandra aimait Severus. Il fallait qu’il l’aide à réconcilier Valandra avec son père !

Il lui dit :

« On va faire comme ta mère a dit : On va discuter un peu. » Il la conduisit sur le canapé et lui demanda :

« Ca va ? Poudlard te plaît ? »

Mais Valandra le sentait, son Parrain voulait parler d’autre chose et ce quelque chose, c’était ses relations avec son père et ce cas de figure ne lui plaisait pas ! Elle lui dit :


« Oui ! Poudlard me plaît Parrain ! Je me suis faite plein d’amis et j’adore apprendre la magie ! Mais il y a un problème et c’est mon père ! J’ai … J’ai l’impression qu’il aime toujours Maman ! Et qu’elle lui rend bien ! Et en plus, il essaie de gagner mon amour ! Mais il est tellement odieux avec les élèves qui n’appartiennent pas à sa maison ! Il n’y a qu’avec moi qu’il se montre courtois ! Et encore ! Parce que je me tais ! Pourtant, ce n’est pas l’envie qui m’en manque de le planter là ! Surtout quand il se montre odieux envers Harry Potter ou même Neville Londubat ! Mais il est avant tout mon professeur ! Et je ne tiens pas particulièrement à avoir une retenue avec lui ! Une seule m’a suffit ! »

Remus l’avait écoutée attentivement. Alors, comme ça, Rogue s’en prenait au fils de James et de Lily ? Cela ne l’étonnait pas le moins du monde ! Rogue avait toujours été ainsi ! Et selon toutes vraisemblance, il se vengeait sur le fils de ses meilleurs amis sa rancœur !

Valandra continua :

« Tu sais Parrain ? Lors de ma retenue avec lui, tout ce que j’avais envie de faire quand … Quand il s’est ouvert à moi, c’était de me blottir dans ses bras ! Il en a été de même hier avant que tu arrives ! Et c’est bien pour cette raison que je l’ai imploré d’ouvrir cette porte ! »

Une chose était certaine : Bien qu’elle s’en cachait, Valandra aimait son père et ce sentiment était plus que partagé. Bien qu’il avait du mal à s’imaginer une chose pareille, Rogue aimait sa fille, au même titre que Cassandra et il ferait tout pour les récupérer et il était à deux doigts de réussir ! Il lui dit doucement :

« Qu’attend-tu pour aller lui dire que tu l’aimes, ma petite Val ? Il est indéniable qu’il t’aime tendrement ! »

« S’il m’aimait tendrement comme tu le dis Parrain, s’emporta t-elle, Il ne s’acharnerait pas sur toi sans cesse ! Il sait bien que je t’aime tendrement et il s’amuse à te dénigrer sans cesse ! »

Valandra était à présent en colère contre son père. Il lui dit :

« Ton intention me touche ma chérie, mais tu vois, entre ton père et moi ça n’a jamais été la franche camaraderie! Loin de là ! Et je pense que ton père ne sait pas très bien comment s’y prendre avec toi ! Je pense que tu devrais lui laisser une chance ! »

« Lui laisser une chance ? Dit-elle comme si elle avait du mal à croire ce que son parrain avait dit, Je ne m’en sens pas encore capable Parrain ! Tout ce que je veux, ce sont des preuves qu’il a changé vraiment, ce dont je doute ! »

Alors comme ça, la mère et la fille se ressemblaient vraiment ? Toutes les deux aspiraient à la même chose : tout ce qu’elles désiraient c’était de voir combien Severus avait changé. Et il avait plutôt intérêt si il réussissait à ne pas les décevoir !

« Je ne t’oblige à rien, Ma Grande ! Lui dit-il doucement, Et je ne cherche pas à te brusquer ! Tout ce qui compte à mes yeux, c’est ton bonheur et celui de ta mère ! »

« Je le sais Parrain ! Dit-elle en lui souriant et en le serrant dans ses bras, Tu y as toujours veillé ! Et tu dois savoir une chose : Maman et moi seront toujours là pour toi ! »

Les dernières paroles de Valandra le toucha profondément. Il l’avait toujours su que Cassandra et Valandra avaient toujours été là pour elles. D’ailleurs, la discussion qu’il venait d’avoir avec sa sœur en était la preuve ! Et le fait qu’il ait toujours été rejeté des autres vu sa nature et que les deux personnes qui comptent le plus à ses yeux soient avec lui, l’enchantaient, car il savait que Valandra était sincère.

« Merci ma chérie ! Lui dit-il de l’émotion dans la voix, Ce que tu me dis me touche vraiment ! »

Ce fut à ce moment là que Cassandra sortit de la salle de bain. Quand elle vit Valandra en train d’enlacer son Parrain, elle fut touchée et les regarda un instant.

Valandra aimait tellement son Parrain ! Elle se demandait s’il en aurait été de même pour Lily ! Il ne faisait aucun doute qu’elle l’aurait adoré ! Elles se ressemblaient tellement. Et en plus, Lily avait été une excellente marraine durant les deux années où elle avait vécu. Attentionnée et prévenante, comme elle l’avait toujours été !

Mais à cause d’une certaine personne rien n’avait été possible et Valandra ne connaîtrait jamais sa Marraine ! Et Harry, ne savait pas qu’il en avait une ! Et en plus, Severus s’acharnait sur lui !

Comment Severus avait-il pu faire ça à celle qu’il avait toujours considéré comme une amie ? Alors qu’elle avait toujours approuvé leur union ? Elle ne le comprenait pas ! Mais pour l’heure, elle chassa Severus de son esprit avant que d’autres pensées viennent la hanter.

Ils se rendirent compte de la présence de Cassandra. Valandra lâcha son Parrain et dit :

« Je pense que je vais aller prendre mon petit déjeuner ! J’ai cours aujourd’hui ! A bientôt Parrain ! Et merci de m’avoir écoutée ! »

« Mais ce n’est rien ma chérie ! Dit-il en souriant, Fais bien attention à toi ! »

« Je te le promets ! » Elle posa un dernier baiser sur sa joue, salua sa mère et s’en alla.

Quand elle fut partie, Remus dit en se levant :
« C’est à mon tour de partir ! A bientôt et n’oublie pas ce que je t’ai dit : quoique tu fasses, je serai toujours là pour toi ! »

« Merci Remus ! Dit-elle en lui souriant, Si seulement Valandra pouvait penser la même chose, ce serait mieux ! »

« Je n’en douterais pas Cassy ! Dit-il en lui souriant, Valandra aime son père, j’en suis convaincu ! » Il posa un dernier baiser sur son front, se dirigea vers la cheminée, lança de la poudre, donna son adresse et il disparut.

Cassandra se rendit compte qu’elle avait une épine dans le pied en moins. Mais ce n’était pas une raison pour succomber aux charmes de Severus. Il fallait qu’elle reste sur ses positions.

Peut-être le désir qu’elle pouvait ressentir pour lui était-il une passade et elle restait convaincue que les rêves qu’elle avait fait cette nuit n’étaient qu’un résumé de la journée d’hier, du moins tentait-elle de se le rentrer dans l’esprit.

Elle décida de se diriger dans la grande salle. Elle espéra qu’elle ne verrait pas Severus. Mais elle en doutait fortement. Après tout, lui aussi enseignait à Poudlard ... Et puis, après tout, cette idée de le revoir ne lui paraissait pas si désagréable que ça ... Elle chassa bien vite ces idées de l'esprit et se dirigea vers la grande salle.
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:31

CHAPITRE 47: SEANCES DE LEGILIMENCIE DOULOUREUSES

Severus avait passé une excellente nuit. En effet, il savait qu’aujourd’hui, il aurait cours avec les premières années de Gryffondor et de ce fait avec sa petite Valandra.

Il ne l’avait jamais sentie aussi proche de lui au même titre que sa mère. Elles les aimaient toutes les deux. Dans son esprit, ça ne faisait plus aucun doute. Mais comment leur prouver qu’il avait changé ? Certainement pas avec l’attitude qu’il avait décidé d’adopter avec Potter et Londubat aujourd’hui même !

Il ferait payer à Londubat sa frustration de la veille où ce petit crétin avait eu l’audace de l’interrompre alors qu’il était sur le point de récupérer Cassandra. Quant à Potter, ce serait pour le fait qu’il ait mis en danger Valandra en l’entraînant dans ses galères. Il était vraiment comme son crétin de père !

Cassandra arriva bientôt. Elle était terriblement belle. Il lui revint ce qu’il s’était passé la veille dans son bureau. Il avait été à deux doigts de la récupérer. Mais elle lui résistait encore, il le sentait. Surtout quand il remarqua qu’elle était venue escortée de Hagrid ! Si elle croyait que par la présence De Hagrid, il allait la lâcher, elle se trompait !

Elle vint s’asseoir à côté de lui. Il en profita pour humer son doux parfum. Pour éviter d’éveiller l’attention des autres professeurs et des élèves qui déjeunaient tranquillement un peu plus loin, il lui envoya par la pensée :

« Bonjour mon amour ! Tu as bien dormi ? »

Cassandra s’était attendue à une telle réaction de sa part. Mais elle n’avait pas eu envie d’éviter l’attention de Hagrid quant à ses contacts tendus avec Severus. Elle ne voulait pas parler de ses problèmes. Elle en avait déjà suffisamment. Elle lui envoya en lui lançant un regard noir :

« Je ne suis pas ton amour Severus ! Je crois te l’avoir fait comprendre ! Quant à mon sommeil, il ne te regarde en aucun cas ! »

« Tu n’es pas très gentille avec moi ce matin ! Lui envoya t-il … Tu étais beaucoup plus coopérative hier soir dans mon bureau ! »

Elle voulut se retourner, mais cet acte éveillerait l’attention sur elle. Elle lui envoya sans même le regarder sèchement :

« Il peut arriver à n’importe qui de commettre des erreurs Severus ! Et ce qu’il s’est passé dans ton bureau hier soir est une erreur monumentale qui ne se reproduira jamais plus, crois-moi ! »
« Ca c’est ce que tu dis, Mon Amour ! »

Elle décida de couper court à la conversation. Elle avait une envie folle de rougir et cela ne lui plaisait pas.

Severus quant à lui avait envie de sourire. Un sourire triomphant qui le gagnait de plus en plus. Mais la présence des autres l’en empêcha.

Il se tourna à la table des Gryffondor et vit sa fille en pleine discussion avec Potter, Granger, Delacroix et Weasley ! Il leur lança un regard haineux. Cassandra quand elle le remarqua lui envoya :

« Rogue ! Je sais que tu as les premières années de Gryffondor aujourd’hui ! Si j’apprends qu’ils ont subi des injustices de ta part, tu vas le regretter ! »

Severus se tourna brusquement vers elle et la regarda dans les yeux. Cassandra qui avait pourtant une folle envie de rougir soutint son regard. Il lui dit :

« Je sais que Potter est ton filleul Cassandra, mais il a failli faire mourir notre fille ! Je ne sais pas comment tu peux accepter ça ! »

« Ce problème est à présent réglé ! Lui envoya t-elle, Elle est venue ce matin dans mes appartements et nous en avons discutés ! Elle a promis de ne plus recommencer ! »

« Et tu la crois ? Lui envoya t-il, Alors qu’elle est sous l’influence de Potter et de ses amis ? »

Cassandra le regarda dans les yeux et lui envoya :

« Non Severus ! Le problème est bien plus profond ! Tu en veux toujours à James et tu veux faire payer à cet enfant tes frustrations passées ! Voyons Severus ! Il n’était même pas né quand tout ceci s’est passé. Et il était le fils de Lily, la seule qui ait jamais compris notre amour ! »

Elle avait mis le doigt sur un souvenir douloureux. Il s’en voulait toujours d’avoir trahi Lily et d’avoir causé sa mort ! Et c’était bien pour cette raison qu’il avait décidé de protéger Potter ! De plus, autrefois, son père lui avait sauvé la vie et il avait une dette envers lui. Et il voulait la payer en protégeant son fils !IL ne fallait tout de même pas q’il l’aime ! Il lui envoya :

« Je me suis promis de le protéger Cassandra, même si il ressemble tellement à son père que ça me paraît difficile ! Ne me demande pas de l’aimer ! Ce serait plutôt ton rôle ! Tu es sa marraine ! »

Cassandra avait à présent une folle envie d’éclater en sanglots. Mais elle se retint et lui envoya avec fureur :

« Ca je sais ! Il ne sait même pas que je suis sa Marraine ! J’aurais tellement voulu d’élever comme s’il était mon propre fils ! Mais je n’ai pas pu. Et tout ça à cause des erreurs de Monsieur ! »

Severus lui lança un regard furieux. Comment pouvait-elle revenir sur des souvenirs du passé ? Quand ils entendirent tous les deux dans leur tête une autre voix, plus tranquille leur dire :

« Je pense que vous devriez vous calmer tous les deux ! Les élèves et les professeurs vont se demander ce qu’il se passe ! »

C’était Albus qui les remettait à l’ordre. Cassandra lui envoya :

« Mais bien sûr Papa ! Quand il cessera de me faire du mal et revenir sur des points qui font mal ! »

« Toi aussi, tu es revenue sur des points du passé particulièrement douloureux ! » Lui envoya Severus avec fureur.

« Tu as raison Papa ! Envoya Cassandra à son père en ignorant le dernier commentaire de Severus, Je pense que nous devrions arrêter de nous disputer ! Ca va finir par se remarquer ! »

Elle referma son esprit et commença à déjeuner. Elle n’avait pas très faim, mais elle se força à manger pour éviter d’inquiéter sa fille. Elle regarda à la table des Gryffondor. Valandra la regardait et lui envoya par la pensée :

« Maman, Ca va ? »

« Oui ! Ma chérie ! Ne t’inquiète pas pour moi ! A tout à l’heure et sois sage ! »

« Oui Maman ! » Lui envoya t-elle.

Ayant terminé son repas, elle quitta la table. Elle n’avait pas envie que Severus la suive et ne déclenche une nouvelle dispute. Mais elle le sentait, il n’en resterait pas là ! Il avait touché un point sensible et il lui faudrait bien une demi-heure pour se remettre de ce qu’il venait de se passer.

Severus quant à lui, commençait à s’en vouloir pour lui avoir parlé comme ça. Il aurait bien voulu s’excuser, mais elle avait refermé son esprit à toutes communication de ce genre.

Ce qui lui fit d’avantage de mal, c’était de voir la tristesse qu’il pouvait lire dans ses yeux. Il voulut se lever pour la suivre. Quand il entendit une voix dans sa tête dire :

« Qu’avez-vous fait à ma mère ? Elle a l’air tellement triste ! Et j’ai bien l’impression que c’est de votre faute ! »

Il se tourna vers la table des Gryffondor et vit que sa fille le fixait en lui lançant un regard furieux.

Severus avait des difficultés à s’imaginer qu’il communiquait à présent avec Valandra par la legilimencie. C’était bien la première fois et dans des circonstances tragiques.

Mais ce qu’il venait de se passer avec Cassandra l’avait trop ébranlé pour lui en parler. Il lui envoya froidement :

« Ca ne te regarde en aucun cas Valandra ! Et que je sache, je ne t’ai pas autorisé à communiquer avec moi de la sorte ! »

« Ah bon, Lui envoya t-elle avec fureur, Pourtant, vous ne vous en privez pas avec ma mère ! Si vous croyez que je n’ai rien remarqué, vous vous trompez ! »

« Je vois que tu remarques beaucoup de choses ! »Lui envoya t-il.

« Oui ! Surtout quand il s’agit de ma mère ! Je fais ce que mon Parrain m’a recommandé : Je veille sur elle ! »

« Qu’est-ce que ton crétin de Parrain t’a encore raconté à mon sujet ? » Lui envoya t-il furieux.

« Je vous interdis d’insulter mon Parrain ! Lui envoya t-elle furieuse, Pas plus tard que tout à l’heure, il m’a dit de vous laisser une petite chance parce que vous nous aimiez ma mère et moi ! Ce dont je doute à présent après ce que j’ai pu remarquer ! »

Alors comme ça Lupin prenait sa défense ? Et il s’était rendu compte de l’amour qu’il pouvait avoir pour les deux femmes de sa vie ? Et bien entendu, il avait tout gâché ! Il s’en voulut d’avantage. Il voulut répondre quelque chose à Valandra, mais elle s’était à présent levée et avait décidé de couper toutes communication avec lui !

Décidément, cette journée avait très mal commencé, et il était plus déterminé que jamais de se venger sur Potter et ses amis!

Mais avant toutes choses, il devrait présenter ses excuses à Cassandra qui il l’avait remarqué avait failli éclater en sanglots suite à la conversation qu’ils avaient eus au sujet du passé.
Il se leva se dirigeant vers la salle des professeurs. Cassandra n’y était plus ! Sans aucun doute, était-elle partie se réfugier dans sa classe. Mais qu’à cela ne tienne, il s’excuserait auprès d’elle quand il la verrait à midi.

Pour l’heure, il se prépara mentalement à casser Potter, ses amis et Londubat. Après tout cette discussion avait débutée à cause d’eux !
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:32

Chapitre 48: SERIEUSES REMISES EN QUESTION

Severus était prêt à recevoir ses élèves comme il se devait. En particulier Potter, ses amis et Londubat. Il leur ferait payer les frustrations de ce matin. Si Cassandra était malheureuse à l’heure qu’il était, c’était de leur faute à tous. Car cette discussion n’aurait pas eu lieu d’être si elle n’en n’était pas revenue sur le passé.

Valandra fut la première à rentrer. Elle était en plein milieu d’une discussion passionnée avec Granger et Delacroix (Bien qu’elle portait le nom des Weasley, il la considérait comme la digne fille de son père !).

Valandra avait décidé d’ignorer son père et alla s’asseoir à côté de Granger ce qui agaça Severus. Après tout, c’était de la faute de cette petite pimbêche si sa fille avait failli perdre la vie !

De plus, Potter et Weasley étaient rentrés et il surprit une conversation au sujet du match de quidditch qui devait confronter l’équipe de Serpentard à celle de Gryffondor dans quelques jours. Selon toutes vraisemblances, Potter stressait et il goûta un maximum à ces instants de bonheur. Enfin un Potter qui n’était pas trop sûr de lui et qu’il pourrait descendre en flèche !

Quand tous les élèves furent rentrés, il dit :

« Aujourd’hui, nous allons apprendre à fabriquer une potion pour combattre les boutons d’acné ! J’espère que cette potion sera assez simple pour que les cornichons tels que vous soient capables de la fabriquer ! Je pense d’ailleurs qu’elle sera de la plus grande utilité pour certains d’entre vous ! »

Il regarda plus précisément Potter, Weasley et Londubat. Ce dernier était plus livide que jamais depuis qu’il était rentré en classe. Severus ignora les regards furieux que lui lançaient à présent Valandra et continua à lancer des regards flamboyants à Londubat.

Il avait inscrit au tableau les marches à suivre pour fabriquer cette potion et il dit :

« Je vous demanderai de suivre ces instructions à la lettre, si vous le pouvez ! »

Il lança un regard noir à Londubat qui était plus terrorisé que jamais.

« Je vous demanderai à présent de vous répartir par groupes de deux ! »

Il remarqua que Valandra qui avait de plus en plus de mal de se taire, s’était mise avec Granger. Une qu’il ne pourrait pas casser !

Quant à Potter, il voulut se mettre avec Weasley, mais Severus avait bien l’intention de le mettre avec son autre bête noire du jour : Londubat ! Il dit :

« Non Potter ! J’en ai assez de vous voir avec votre ami ! Je vais vous mettre avec … Londubat ! Peut-être votre manque d’esprit à tous les deux vous fera faire de bonnes choses ! »

« Oui Professeur ! » Dit Potter qui avait du mal à cacher son mécontentement.

Il ignora le regard furieux que continuait de lui lancer Valandra qui était à deux doigts de lui répondre quelques paroles désagréables et fixait Crabbe et Malefoy qu’il avait laissés ensemble. Malefoy lui lançait quant à lui des sourires narquois. Il se tourna vers elle et lui demanda d’un ton sec :

« Collins ! Vous avez un problème ou préférez-vous une retenue avec moi ? »

« Non Professeur Rogue ! Répondit-elle une pointe d’ironie dans la voix, Je ne me le permettrais pas ! Après tout, vous êtes mon professeur ! » Elle avait bien insisté sur les derniers mots, ce que les autres élèves répondirent par des rires. Severus quant à lui, ne trouva pas ça drôle et lui répondit froidement :

« Votre impertinence coûtera 5 points à Gryffondor ! Et après la classe, j’aimerais vous parler ! »

« Oui Professeur ! » Répondit-elle tout aussi froidement.

Remarquant que Malefoy et certains élèves de Serpentards se moquaient de Valandra, il dit à l’adresse de Malefoy :

« Monsieur Malefoy ! Avez-vous oublié ce que je vous ai dit en début d’année concernant Mademoiselle Collins ou désirez-vous une retenue pour vous le rappeler ? »

« Non Professeur ! » Dit Malefoy en se mettant au travail immédiatement.

Valandra lui lança un regard du genre :

« C’est ça ! Enfonce-moi bien aux yeux des autres ! » Puis, elle se mit au travail.

Il remarqua que Weasley et Delacroix s’étaient mis ensemble.

Il faisait le tour des chaudrons, complimentant en particulier Drago Malefoy.

Par contre, les élèves de Gryffondor et en particulier Londubat, Potter, Weasley et Delacroix en prenaient pour leur matricule avec des remarques du genre :
« Cette potion vous sera de la plus grande utilité Potter ! Ainsi qu’à vos amis ! »

Ou

« Londubat ! Je vous ai pourtant expliqué qu’il fallait mettre les ailes de chauve-souris hors du feu ! A-t-on jamais vu pareil crétin ? »

En stéréo, il entendit les rires des Serpentards à chaque fois qu’il faisait ce genre de remarque. Mais il ne dit rien.

Quant à Valandra et Granger, il passait près d’elles sans leur faire une seule remarque. Il surprit plusieurs regards glaciaux de sa fille qui avait de plus en plus de mal de se taire.

Après la classe, Valandra attendit qu’ils soient seuls. Elle avait hâte de lui dire sa façon de penser loin des oreilles des autres ! Elle s’était tue jusqu’à présent pour éviter de l’humilier. Ce n’était parce qu’il en faisait de même avec Harry et Neville, Ron et Jessica qu’elle devait en faire de même ! Avant tout, il était son père, même si cette idée l’insupportait!

Justement quand Harry remit l’échantillon de potion à son père, Rogue dit :

« Je vois que pour une fois, vous avez réussi votre Potion Potter et Londubat ! Mais Potter a fait le plus gros du travail vu votre incompétence plus que prononcée Londubat ! (Il était plus livide que jamais) Pour la peine, votre incompétence coûtera 5 points à Gryffondor ! »

Valandra avait hâte d’être seule avec son père ! Elle était scandalisée par tant d’injustice et ferait partager à son père son mécontentement.

Quand tout le monde fut sorti, Severus se tourna vers sa fille et lui lança des regards flamboyants de colère qui soutenait son regard.

Elle ressemblait tellement à sa mère ! Il avait connu ce regard quand ils étaient à l’école et ce regard était plus souvent adressé à Black et à Potter père ! Et aujourd’hui, il se faisait que ce regard était adressé à lui.

Il lui dit :

« Ton attitude à mon égard est tout à fait scandaleuse Valandra ! »

« Je peux être franche avec vous Père ? » demanda t-elle en essayant de canaliser sa fureur.

« Oui ! Vas-y ! » Lui répondit-il d’un ton brusque.

« Comme j’ai pu le remarquer durant tout votre cours, c’est deux poids, deux mesures avec vous ! »

« Si je comprend bien, tu m’accuses de faire subir des inégalités ! COMMENT OSES-TU ? »

Il était à présent furieux. Mais Valandra ne cilla pas et dit :

« Oui Professeur Rogue ! Non seulement d’avoir mis Harry avec Neville alors que vous avez laissé Malefoy avec Crabbe, vous n’avez pas cessé de critiquer les Gryffondor et en particulier Harry, Neville, Ron et Jessica. Et vous en auriez fait autant pour Hermione si je ne m’étais pas mise avec elle, j’en suis certaine ! Vous savez Père, si j’ai suivi Harry et ses amis, c’était mon choix ! Quant à Neville, je vous rappelle qu’il n’était pas avec nous ! Je ne comprends pas votre animosité à son égard ! »

Il n’avait pas envie de lui faire connaître les véritables raisons de son animosité à son égard. Car si Valandra l’apprenait, elle en serait traumatisée, il le savait. Et il n’avait pas envie de ça.

« Ca c’est mon problème Valandra ! Répondit-il avec fureur, Je n’en peux rien si Londubat est un sombre crétin incompétent qui n’y connaît rien à l’art des potions ! »

« Etes-vous obligé pour autant de le dénigrer et des l’humilier aux yeux des autres ? Je suis certaine que si vous le traiteriez autrement, il s’en sortirait mieux ! »

« Depuis quand une jeune fille de douze ans est mieux qualifiée que son professeur pour lui donner sa manière d’enseigner ? » Rétorqua t-il sèchement.

« Depuis que le dit Professeur s’acharne sur certains élèves ! Répondit-elle sèchement. Alors que les élèves de sa maison n’ont reçus aucunes critiques, les autres élèves en ont reçus ! Sans parler de la dernière injustice que vous avez faite subir à Harry et à Neville ! »

« Et qui est ? » Lui demanda t-il en lui lançant un regard flamboyant.

« Qui est d’enlever des points à Harry sous prétexte qu’il avait fait correctement sa potion ! Répondit-elel sèchement, Je vous rappelle que lors de votre premier cours avec nous, vous lui avez enlevé des points parce qu’il n’avait pas aidé Neville ! »

Au fond de lui, il savait que Valandra avait raison. Mais il n’était pas prêt à le reconnaître. Il lui dit d’un ton glacial :

« Le fait que tu sois ma fille ne t’autorise pas à être insolente à l’égard de ton professeur ! » Valandra lui répondit alorsd sèchement :

« Si vous croyez que j’ai demandé à être votre fille, Père ! »

Elle s’arrêta un moment et continua la voix plein de regrets :

« Vous savez père, je commençais à penser que vous étiez différent de ce que vous paraissiez ! Mais je peux remarquer qu’il n’en n’est rien ! En plus de ce que vous avez fait ce matin à ma mère, et je reste convaincue que c’est de votre faute si elle était triste, vous passez votre temps à humilier les élèves qui n’appartiennent pas à votre maison et qui plus est … votre propre fille ! »

A présent Valandra semblait aux bords des larmes.

Ces paroles avaient fait réfléchir Severus sur beaucoup de choses. Quand il vit des larmes perler sur les joues de sa fille, il eût de la peine. Il se radoucit et dit en se rapprochant d’elle :

« Valandra ! Je n’ai rien fait pour t’humilier ! Au contraire, je ne t’ai jamais critiqué ! Je t’aime ! »

Valandra recula et dit des larmes de colère perlant à présent sur ses joues :

« Laissez-moi en douter Père ! Quant à me critiquer et vous ne l’avez peut-être pas fait, mais cette expression que j’ai lancée tout à l’heure : deux poids, deux mesures était toute trouvée ! En plus de tout, vous en avez rajouté en menaçant Malefoy d’une retenue s’il continuait à se moquer de moi alors que pour Harry et Neville vous n’avez rien dit ! Je n’ai pas vraiment besoin de ça : être la proie de favoritisme alors que vous savez que c’est ce que pensent les Serpentards ! »

Severus en avait assez de cette dispute. D’ailleurs, il avait envie d’une chose : faire le vide autour de lui et réfléchir sur ce que Valandra venait de lui dire. Alors, comme ça, ses basses vengeances affectaient sa fille … Et Cassandra ? Il commençait à se sentir coupable de lui avoir fait de la peine ce matin. Car tout ce qu’il s’était passé à la table des professeurs était de sa faute ! S’il n’avait pas lancé un regard noir à Potter et ses amis, Cassandra n’en serait pas revenue à parler du passé. Comment avait-il pu en rajouter en lui reprochant de n’avoir pas élevé son filleul ? Sa haine était à présent retournée contre lui et lui seul !

« Tu en as terminé maintenant ? » Lui rétorqua t-il sèchement.

« Oui Père ! » Répondit Valandra tout aussi sèchement.

Tu peux disposer maintenant ! » Valandra tourna les talons. Mais son père lui dit avant qu’elle ne s’en aille :
« Et j’aimerais te dire combien je suis désolé de t’avoir fait de la peine ! Tel n’était pas mon but ! »

Valandra s’en alla sans un mot laissant son père seul.

Severus s’assit derrière son bureau et à nouveau, il se laissa aller, submergé par l’émotion. A nouveau des larmes trop longtemps retenues vinrent perler sur ses joues. Il posa ses mains contre ses yeux.

Il n’était pas digne de l’amour que continuait de lui porter Cassandra ! Et il se demanda même si un jour, il en avait été digne ! Après tout Potter avait certainement eu raison quand il avait dit que Black était un meilleur parti que lui pour Cassandra ! Pourtant, Black avait trahi son meilleur ami en rejoignant les rangs du Seigneur des Ténèbres. Et Black était à Azkaban à présent !

Tout ce que Severus avait fait, c’était de causer de la souffrance aux deux femmes de sa vie ! Il n’avait jamais été digne de l’amour que Cassandra lui avait porté ! Et tout ce que sa propre fille ressentait pour lui, c’était haine et mépris !

Et il arriva une chose que Severus avait été loin de s’imaginer et qui le fit fondre d’u bonheur intense ! Il sentit deux petites mains prendre les siennes et les enlever de ses yeux. Une petite voix qu’il ne connaissait que trop bien lui dit :

« Papa … Je … Je suis désolée de vous avoir fait de la peine ! »

C’était Valandra qui était à présent rouge de honte et aux bords des larmes. Il lui sourit tristement, la prit dans ses bras et la serra tendrement. Valandra se laissa faire et pleura dans les bras de son père. Il put ressentir tout l’amour qu’elle éprouvait pour lui !

Jamais depuis que Cassandra était partie avec Valandra, il ne l’avait jamais sentie aussi proche d’elle. Il se sentait tellement bien à présent !

Il aurait tellement voulu être là pour la voir grandir à ses côtés et lui donner tout l’amour paternel qu’elle aurait dû avoir ! Mais il n’avait pas pu ! Et tout cela était de sa faute !

Valandra se reprit bien vite et s’éloigna de son père en lui lançant un regard noir, le même que celui que sa mère lui lançait à chaque fois qu’elle se déclarait à lui. Elle s’en alla à nouveau sans un mot.

Il n’avait à présent plus envie de pleurer. Il se sentait un peu mieux. Il savait que sa petite Valandra l’aimait tendrement. Mais il était toujours aussi mitigé ! Etait-il digne de cet amour que lui portait Valandra et Cassandra? Il se le demandait ! Il se demandait même s’il ne valait mieux pas laisser Cassandra et Valandra mener leur vie loin de lui par amour pour elles !
Sa fille n’avait pas eu tort ! Comment en se conduisant de la sorte avec Potter et Londubat pourrait-il leur prouver à sa mère et à elle qu’il avait changé ?

Il se le demandait et il se dirigea vers la Grande Salle tristement, espérant revoir Cassandra à qui il devait des excuses pour ce matin.
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:32

Chapitre 49: HEURE DE VERITE ET DE REGRETS

Cassandra avait passé une piètre matinée. Ses fantômes du passé n’avaient pas tardé à refaire surface. Et ceux-ci la faisaient souffrir plus que jamais !

C’est pour cela qu’elle avait été heureuse quand elle n’avait pas vu Severus ce midi. Son entrevue du matin avec lui l’avait blessé profondément ! Les paroles qui avaient été dites, revinrent à sa mémoire. Il était vrai aussi qu’elle n’y avait pas été de main morte avec Severus ! Elle commença à s’en vouloir également. Elle n’aurait pas dû revenir sur ces sujets quelque peu tabou. Elle lui devrait aussi des excuses.

Elle se demandait toutefois pourquoi il n’était pas venu. D’autant plus qu’elle n’avait pas vu Valandra un bon moment et quand elle l’avait vue, elle avait l’air plus triste que jamais. Sans aucun doute, Son crétin de père l’avait retenue pour une raison ou une autre ! Il fallait qu’elle en ait le cœur net.

Comme elle avait terminé son repas, elle se leva et voulut se diriger vers la table des Gryffondor. Mais elle fit le choix de passer par la salle des professeurs où elle vit Severus qui venait de faire son entrée.

Elle savait qu’elle aurait des réponses aux questions qu’elle se posait au sujet de la tristesse de sa fille. Elle lui lança un regard furieux et lui dit en but en blanc :

« Qu’a-tu fait à ma fille Severus ? »

« Notre fille ! Je te le rappelle ! » Lui rétorqua t-il sèchement.

Oui, Notre fille, si tu veux ! Rétorqua t-elle tout aussi sèchement, Je sais qu’elle a eu cours de potions avec toi ce matin ! Et je la découvre plus triste que jamais ! De plus, tu arrives un peu tardivement ! Que s’est-il passé ? J’aimerais le savoir ! »

La tristesse sur le visage de Severus se lisait. De plus des traces de larmes pouvaient encore se voir sur son visage. Elle se radoucit et lui dit :

« Valandra ne t’a pas manqué de respect tout de même ? »

« Non Cassandra ! Dit-il tristement, Le problème vient de moi et de moi seul ! »

Il lui expliqua tout ce qu’il s’était passé et ce qu’il s’était passé avec Valandra après les cours et tout ce qu’elle lui avait dit.


Cassandra était furieuse ! Comment avait-il pu se conduire aussi odieusement avec Harry et Neville après la discussion qu’ils avaient eue ce matin ? Mais elle ne voulait pas l’accabler d’avantage.

Quand il parla de ce qu’il s’était passé avec Valandra, elle comprit une chose : Sa fille aimait son père ! C’était une certitude ! Remus avait vu juste ! Et elle adorait quand il voyait juste, surtout dans de telles circonstances … Non ! Ce n’était pas une raison pour lui céder ! Une nouvelle fois, elle avait une folle envie de l’embrasser et de se laisser aller à la passion qui s’emparait d’elle à l’heure qu’il était. Mais il ne fallait pas qu’elle lui cède !

Quand il eût terminé, Cassandra lui dit :

« Severus ! Je t’avais dit de ne pas t’acharner sur Harry et Neville ! Tu as fait pire que mieux ! Mais je peux te confirmer une chose : Notre fille t’aime ! »

« Je ne sais même pas si je mérite son amour Cassandra ! Et si j’ai jamais mérité le tien ! Je me suis tellement montré odieux avec toi ! Et surtout ce matin ! » Il lui prit délicatement ses mains et lui dit :

« Je suis vraiment désolé de ce que j’ai pu te dire ce matin ! Je sais que si tu n’as pas pu t’occuper du fils de Lily, c’est de ma faute ! Et si je n’avais pas été raconter la nature de la prophétie à mon maître, tes amis seraient toujours en vie ! »

Cassandra voyant son air triste lui dit :

« Je suis aussi responsable que toi Severus ! Jamais je n’aurais dû te le reprocher à nouveau ! Tu ne m’aurais pas parlé de ces souvenirs ! »

Elle lui sourit et posa une main sur la joue et se mit à la caresser tendrement. Severus la regarda dans les yeux. Les battements du cœur de Cassandra s’accélérèrent.

Severus se sentait bien. Ce qu’elle lui avait dit, lui réchauffa le cœur. Une chose était certaine : Il l’aimait plus que jamais. Et elle aussi l’aimait ! Il le voyait bien à sa mine rougissante.

Plus que jamais, il se sentait de plus en plus attiré par ses jolies lèvres. Mais il ne savait pas s’il était digne d’un tel acte et encore plus de cet amour !

Quand il sentit ses lèvres effleurer les siennes. Il ne pouvait plus tenir. Il la prit dans ses bras et l’embrassa sans réserve. Il l’aimait tellement ! Leurs langues se mêlèrent à nouveau. Rien ne comptait plus à présent qu’eux ! N’importe qui pouvait rentrer que ça lui était égal ! Au moment où il effleura ses jolies petites fesses, elle s’éloigna de lui, et partit en rougissant.

Décidément cette matinée qui avait mal commencé s’était plutôt bien terminée. Il décida d’aller prendre son repas de midi. Valandra n’y était plus. Sans doute la jeune fille était partie dans le bureau de sa mère pour se confier à elle.

Mais enfin, sa mère et elle s’étaient livrées à lui ! Et le temps où il allait les récupérer n’était pas très loin, il le sentait !
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:33

CHAPITRE 50: AMBIANCE GLACIALE RECHAUFEE

Le temps froid de Novembre enveloppa de glace les montagnes qui entouraient l’école et la surface du lac prit une couleur d’acier. Chaque matin, le sol était couvert de givre et l’on voyait Hagrid, emmitouflé dans un gros manteau, qui dégivrait les balais de Quidditch.

Ce temps froid n’était rien face à la froideur qu’il s’était installé entre Cassandra et Severus. En effet, celle-ci était déterminée plus que jamais à résister à Severus.

Maintenant, elle avait trouvé la solution à son problème. A chaque fois qu’elle quittait la Grande Salle, c’était en compagnie d’un professeur, de préférence son père ou même Hagrid avec qui il n’osait pas faire d’histoire. Et elle évitait la Salle des Professeurs, préférant son bureau. Au moins là elle ne risquait pas d’être tentée.

Sa fille ne lui avait pas fait part de ce qu’il s’était passé avec son père après le cours de Potions. Sans aucun doute, ne voulait-elle pas inquiéter d’avantage sa mère. Et Cassandra pour sa part, n’avait pas relevé la question, car ses sentiments pour Severus se faisaient plus précis et commençaient à se voir.

Plus d’une fois, Severus avait remarqué des œillades suggestives de la part de Cassandra et il en était heureux. En effet, il était plus déterminé que jamais à la récupérer, car plus le temps avançait, plus il l’aimait. Il avait pu lire malgré lui dans ses pensées qui se faisaient de plus en plus frivoles et il aimait ça !

Ce qu’il appréciait par-dessus tout, c’était le regard noir qu’elle lui lançait quand son regard se posait sur elle, car il le savait, cette agressivité cachant un amour profond qu’elle se cachait bien de montrer.

Il en était de même pour sa fille. Il ne l’avait plus eue depuis ce qu’il s’était passé après le cours de Potions avec lui. A chaque fois qu’elle le croisait dans un couloir, elle lui lançait des regards noirs, tout comme sa mère.

Comme pour le provoquer, elle était toujours en compagnie de Potter et de ses amis ce qui en effet avait le don de l’agacer singulièrement.

Et en plus, il ne pouvait pas les punir, car Cassandra arrivait au bon moment et le remettait à sa place. Il adorait les confrontations avec elle ! A chaque fois, il avait eu envie de s’emparer de ses lèvres et de l’embrasser passionnément. Mais il ne l’avait pas pu ! Il ne voulait pas traumatiser leur fille !

Pour l’heure, il savait que Potter aurait son premier match de Quidditch le lendemain. Il fallait qu’il trouve une manière de le punir ! Savoir qu’il aurait ce match et à la même place que son père lui rappelait des souvenirs douloureux !
L’air suffisant de son crétin de père à chaque fois qu’il gagnait ! En plus Cassandra était de la partie durant les fêtes après les victoires de Gryffondor. Bien qu’elle ne lui ait jamais rien dit, il savait que Black en avait profité un maximum pour draguer Cassandra.

Mais celle-ci avait refusé catégoriquement ses avances. Et il l’en avait aimé d’avantage. Car Black avait eu beaucoup de succès auprès de la gente féminine, sauf auprès de Cassandra qui préférait sa compagnie à celle des maraudeurs qu’elle détestait si ce n’était son frère.

Et ce petit crétin de Black avait continué encore et toujours, agaçant d’avantage Cassandra.

Les maraudeurs s’étaient acharnés sur lui, mais Severus était resté avec Cassandra. Et pour répondre à leur méchanceté à son égard, elle l’en avait aimé d’avantage, défendant Severus du mieux qu’elle le pouvait.

Mais il en revint à l’instant présent. Il aperçut Potter dans la cour de l’école avec Granger, Weasley, Delacroix et sa fille.

Severus traversa la cour en boitant. En effet, il avait mal à la jambe depuis le soir d’Halloween. Cette saleté de chien à trois têtes l’avait mordu alors qu’il avait essayé de devancer Quirrell qu’il soupçonnait plus que jamais de vouloir la pierre philosophale et il s’étonnait même que Cassandra ne lui ait posé aucunes questions à ce sujet ! Il était vrai qu’il faisait des efforts pour ne pas boiter devant elle. Il ne voulait pas qu’elle l’accuse de tous les maux possibles !

Quand il fut devant lui, il lui demanda :

« Qu’est-ce que vous avez là Potter ? »

Potter lui montra LE QUIDDITCH À TRAVERS LES AGES. Il n’avait rien fait de particulier, mais il fallait qu’il trouve un prétexte pour le punir. Et il en trouva un, malgré le regard noir que lui lançait Valandra.

« Il est interdit d’emporter les livres de la bibliothèque en dehors du château, Fit-il observer, Donnez le moi et j’enlève cinq points à Gryffondor ! »

Severus ignora le regard réprobateur de sa fille et s’éloigna en claudiquant plus que jamais vers la salle des professeurs.

Cette fichue bestiole l’avait blessé plus que jamais ! C’était bien le genre d’Hagrid d’élever ce genre de sale bête ! Il ne pourrait plus cacher très longtemps à Cassandra sa douleur. Il le sentait.

Valandra s’en était rendue compte. Il espérait qu’elle ne dirait rien à sa mère. Si c’était le cas, ce n’était rien, il ferait part à Cassandra de ses doutes quant à Quirell. Il savait qu’elle l’enverrait sur les roses froidement, mais il devrait lui parler de ses doutes. En effet, il s’inquiétait pour elle et il ne voulait que rien ne lui arrive ! Ni à elle, ni à Valandra !

Quand il arriva dans la salle des professeurs, il se rendit compte qu’il était seul. La plupart des professeurs avaient cours à ce moment précis. De toute façon, Cassandra ne pointerait certainement pas le bout de son joli petit nez dans la salle des professeurs. Et vraiment, il trouva ça dommage. Il ne pourrait pas humer l’odeur de son parfum délicat, pouvoir l’admirer.

De toute façon quand elle le verrait, ce serait certainement pour se confronter à lui au sujet de Potter ! D’autant plus après ce qu’il s’était passé dans la cour ! Mais ce n’était rien, il en profiterait un maximum.

Il alla s’asseoir et commença à préparer sa leçon pour les quatrièmes années de Gryffondor et de Serpentard.

Il travailla quelques heures. En ayant assez, il repoussa bientôt son cours et se leva. Il regarda par la fenêtre.

Sa jambe lui faisait de plus en plus mal. Il n’osait pas aller à l’infirmerie pour se faire soigner. Il savait que Pomona Pomfresh ne lui poserait pas de questions mais il préférait garder sa douleur secrète. Elle finirait bien par guérir de toute façon !

Il entendit la porte de la salle s’ouvrir. C’était Argus Rusard qui avait un regard sur sa jambe. Il lui dit :

« Alors Severus, cette jambe ? Ca ne va pas mieux ? »

Severus clopinant plus que jamais s’était approché du concierge et dit en lui montrant sa jambe ensanglantée :

« Non Argus ! Sale bestiole ! Comment voulez-vous qu’on surveille ses trois têtes à la fois ? »

Quand il aperçut Potter qui tentait de refermer la porte en silence.

Le visage déformé par la fureur, Severus laissa retomber le bas de sa robe pour cacher sa jambe blessée.

Potter plus que mal à l’aise lui disait :


« Je … Je voulais simplement vous demander si je pourrais reprendre mon livre ! » Balbutia t-il.

« SORTEZ ! SORTEZ IMMEDIATEMENT ! »

Mais au même moment, Cassandra arriva. La colère pouvait se lire sur son visage. Mais cette colère était adressée à Severus. Ignorant la présence de Rusard, elle lui dit :

« Qu’est-ce qu’il te prend de t’en prendre à Monsieur Potter ? »

IL … IL OSE VENIR ME DERANGER POUR UNE BETISE ! » s’écria t-il

Elle se tourna vers Harry qui était plus mal à l’aise que jamais et lui demanda :

« Que se passe t-il Harry ? »

Voyant qu’il hésitait à parler devant Severus, elle lui dit :

« N’ayez crainte ! Vous pouvez me le dire ! » Elle lança un regard meurtrier à Severus.

« Je … Je venais demander au professeur Rogue si je pouvais récupérer le livre qu’il m’avait confisqué tout à l’heure Professeur Collins ! »

« Il vous a confisqué un livre ? Et quelle raison a-t-il trouvée cette fois ? » Elle continua à lui lancer des regards flamboyants.

« Le fait qu’il était interdit de sortir un livre de la bibliothèque en dehors de l’enceinte du château ! » Répondit Harry.

Cassandra lança un regard noir à Severus et dit à Harry :

« Mais c’est faux ! Quel était ce livre ? »

« LE QUIDDITCH A TRAVERS LES AGES, Professeur ! » Répondit Harry.

Elle regarda sur la table et le vit. Avant que Severus ait pu faire quoi que ce soit, elle lui rendit ce livre. Harry la remercia rapidement et s’en alla.

Quand il fut parti, Severus s’approcha d’elle le regard flamboyant et lui dit :

« ETAIS-TU OBLIGEE DE REPRENDRE LA PUNITION QUE J’AI INFLIGE A TON PETIT PROTEGE CASSANDRA ? SI TU ME REPRENDS À CHAQUE FOIS QUE JE PUNIS UN ELEVE, ON N’EST PAS SORTIS DE L’AUBERGE ! »

Cassandra qui n’était pas prête à se laisser faire, lui répondit :

« JE NE TE LE FAIS PAS DIRE ROGUE ! ET POUR REPONDRE A TA QUESTION, J’ARRETERAI QUAND TU TE DECIDERAS A NE PLUS INFLIGER DES PUNITIONS QUI N’ONT PAS LIEU D’ETRE ! PUNIR UN ELEVE SOUS PRETEXTE QU’IL SORT UN LIVRE DE L’ENCEINTE DE L’ECOLE ! ON AURA TOUT VU ! »

Remarquant sans aucun doute que la situation allait tourner au vinaigre, Argus était sorti. Ils étaient à présent seuls.

Severus voulut s’approcher d’elle. Mais il n’avait pas contrôlé sa marche et il s’était mis à boiter. Cassandra s’en rendit compte et elle lui demanda une pointe d’inquiétude dans la voix :

« Que t’es-tu fait à la jambe ? »

« Rien ! » Dit-il. Il s’en voulait de ne pas avoir contrôlé sa marche. Et elle ne tarderait pas à lui poser des questions à ce sujet auquel il n’avait pas envie de répondre.

A nouveau, il s’était assis sur une chaise. Et avant qu’il ait pu faire quoi que ce soit, elle s’approcha de lui, souleva sa robe et découvrit sa jambe ensanglantée. Cassandra lui dit :

« Rien tu me dis ? Ce n’est pas ce que je vois ! Tu devrais te la faire soigner tout de suite ! Sinon, elle va s’infecter ! »

« Il en est hors de question ! Elle guérira d’elle-même ! »

« Bon ! Très bien ! Dit-elle en se levant. Tu vas venir avec moi dans mes appartements ! Je vais te soigner ! » Avant qu’il ait pu dire quoi que ce soit, elle rajouta :

« Et pas de discussion ! Tu vas me suivre ! »

Severus qui n’aurait pas pu rêver situation plus agréable lui dit en se levant :

« Très bien ! »

Il lui emboîta le pas. Il n’était jamais rentré dans ses appartements, si ce n’était une fois et ça c’était mal passé car son crétin de frère était là à le menacer.

Quand ils entrèrent dans ses appartements, elle lui demanda de s’asseoir et alla chercher son matériel de soin. Elle lui demanda d’enlever son bas ce qu’il fit.

Il ne pouvait s’empêcher de la regarder. Elle était tellement belle ! Elle s’assit en face de lui et lui dit :
« Tu pourrais me tendre ta jambe blessée s’il te plaît ? »

« Mais bien sûr Mon Amour ! »

« Ne commence pas ! Sinon, tu te débrouilles tout seul ! » Répliqua t-elle sèchement.

« Mais c’est toi qui m’as proposé de me soigner ! » Répondit-il en la regardant dans les yeux.

Elle réprima le rouge qui perlait sur ses joues. Elle commençait à regretter son choix de l’avoir emmené dans ses appartements.

Elle lui mit un produit, un genre de potion qui lui désinfecta la jambe et il eût moins mal. Décidément, elle avait eu un don pour les potions, au même titre que Valandra.

Cassandra commença à se poser des questions quant à cette morsure. Elle ne s’y connaissait pas très bien, mais sans aucun doute, c’en était une de chien ! Et si ce n’était Crockdur, elle ne connaissait pas d’autres chiens dans l’enceinte de l’école. Et même Crockdur n’aurait pas pu lui faire pareille morsure. Il était de toute façon trop gentil pour ça ! Elle lui demanda :

« Comment tu t’es fait ça ? Sans aucun doute, c’est une morsure de chien ! »

Severus lui dit :

« C’est le chien à trois têtes qui protège la pierre philosophale qui m’a mordu … En effet, je soupçonnais quelqu’un de vouloir la Pierre … Méfie-toi de Quirrell, Cassandra ! »

Elle le regarda outrée. Comment pouvait-il soupçonner Quirinus de vouloir la pierre philosophale ? Elle lui dit :

« Je sais que tu convoite la place de Quirinus, Severus, mais l’accuser comme tu le fais, ça dépasse tout ! S’il n’avait pas été là, le troll n’aurait pas été découvert et Dieu seul sait ce qu’il aurait fait ! »

Il lui prit les mains et lui dit d’un ton rassurant:

« Tant que je serai en vie, il ne vous arrivera rien à Valandra et à toi ! Je tiens trop à vous deux ! Quant à Quirrell, je te demande de t’en méfier. Il y a quelque chose en lui qui ne me plaît pas ! »

« Ah oui ? Dit-elle ironiquement, Le fait qu’il ait la place que tu convoites ? Voyons Severus ! Quirinus est du genre craintif ! Je ne le vois pas faire rentrer un troll des cavernes alors que tu as bien vu sa réaction quand il l’a vu le soir d’Halloween ! Car tu y as pensé n’est-ce pas ? »
« Oui Cassandra ! Répondit-il, J’y ai pensé ! Et à mon avis, il joue la comédie ! Et il se fait paraître craintif alors qu’il ne l’est pas ! »

« Je ferai attention à moi ! Dit-elle en éloignant ses mains des siennes, Mais je reste persuadée que Quirinus n’a rien à voir dans cette histoire ! »

Severus ne répondit rien, mais il se promit de protéger Cassandra. Il ne voulait pas qu’il lui arrive quoi que ce soit.

Ensuite, elle mit un bandage avec une espère d’onguent. Ses mains tremblaient plus que jamais. Et il ne l’avait jamais vue aussi troublée.

Elle lui dit :

« Demain, ça devrait aller mieux ! »

« Merci Cassandra ! » Dit Severus en la regardant dans les yeux.

« Pour l’heure, je vais t’en donner d’autres ! » Dit-elle en se levant en essayant de cacher son malaise.

Elle se leva, se dirigea vers l’armoire où elle avait sorti son matériel de soin, en sorti quelques onguents. Mais elle tremblait. Ca ne faisait plus aucun doute dans l’esprit de Severus.

Severus s’était levé. Il avait moins mal à la jambe à présent. Elle s’approcha de lui avec les onguents. Mais elle perdit l’équilibre. Severus la rattrapa à temps. Elle était dans ses bras. Il sentit la douceur de son parfum tellement enivrant. Il avait tellement envie de l’embrasser. Mais il savait que si ça arrivait, cela ne se terminerait pas là !

A mesure que ces baisers se feraient plus langoureux, il finirait par la porter jusqu’à sa chambre, de la déposer sur son lit et de lui faire l’amour se laissant aller à sa passion qui se faisait de plus en plus précise ! Mais il ne le pouvait pas ! Pas maintenant !

Il la lâcha à regret et lui dit :

« Je pense que nous ferions mieux de descendre pour le repas du soir ! Merci pour tes soins ! »

« Ce n’est rien Severus ! Je ne pouvais pas te laisser dans cet état ! Et tu as raison descendons ! » Dit-elle une pointe de déception dans la voix.

Il la laissa passer devant lui. Il avait remarqué sa mine déçue.

Il ne put s’empêcher de sourire. Décidément, la jeune femme avait de plus en plus de mal à se contenir et il en était heureux !

Cassandra commençait à se poser des questions. En effet, alors qu’il aurait pu tenter quelque chose, Severus n’avait rien tenté. Pourtant, elle s’était sentie attirée par lui. Et plus d’une fois, elle s’était imaginé qu’il s’emparerait de ses lèvres, l’embrasserait passionnément et la porterait jusqu’à son lit où il lui ferait l’amour … Comme dans son rêve d’il y a quelques jours … Mais que lui prenait-il ? Alors qu’elle aurait dû être heureuse qu’il n’ait rien tenté avec elle, voilà qu’elle regrettait ce fait ! Elle se serait bien lancé des gifles et évacua ces pensées de sa tête.
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:34

Chapitre 51: REVIREMENT DE SITUATION

Le lendemain matin, avait lieu le premier match de Quidditch de l’année qui était Serpentard contre Gryffondor. Cassandra savait que l’équipe de Gryffondor n’avait plus gagné depuis sept ans. Sans parler de la coupe des Maisons dont Serpentard, elle se demandait comment était la championne depuis sept ans au moins ! Elle espérait qu’il en serait différent cette année.

Elle avait toujours été pour Gryffondor. Après tout, elle en avait été une ! Et elle en était toujours une dans l’âme malgré ce qu’avait pu lui dire Sirius et James à ce sujet.

Elle avait sorti sa vieille écharpe de Gryffondor. Celle-ci lui remettait un tas de souvenirs en mémoire. Les jours de match, elle allait avec Lily jusqu’au stade avec Sirius sur ses talons. En effet, elle ne pouvait pas aller avec Severus et Sirius en profitait un maximum en la draguant à tout va. Et elle en avait assez. Même si Remus était là pour calmer ses ardeurs, cela ne l’arrêtait pas pour autant, car il continuait prétextant qu’il était fou d’elle. Et elle avait beau lui dire qu’elle s’en fichait bien, il continuait encore et toujours !

C’était bien pire après les matchs et surtout les victoires, car il en profitait un maximum pour lui coller au train. Elle répondait toujours par des regards froids et des soupirs exaspérés, mais il continuait encore et toujours.

Vraiment à l’époque, il était un sombre crétin ! Heureusement par la suite, il avait mûri. Et aujourd’hui, il était à Azkaban pour un crime qu’il n’avait pas commis. Elle était la seule à croire en son innocence, car même Remus ne le croyait pas ! Mais Cassandra considérait qu’il y avait quelque chose de louche dans cette affaire et en particulier la disparition de Petigrow ! Elle sentait qu’il n’était pas mort et avait quelque chose à voir avec la trahison de Lily et James. Elle était convaincue que Sirius aurait préféré mourir plutôt que de trahir ses meilleurs amis !

Elle en revint à l’instant présent. Elle prenait son petit-déjeuner dans la Grande Salle avec les autres professeurs. Severus était venu s’asseoir à côté d’elle comme à son habitude. Il lui envoya :

« Bonjour Mon Amour ! Je vois que tu supportes toujours l’équipe de Gryffondor ! »

Ce qu’il s’était passé la veille dans ses appartements l’ayant frustrée plus que jamais, elle répondit toujours par la pensée:

« Je penses qu’il est inutile de te dire que je ne suis pas ton amour Rogue ! Et pour répondre à ta question, oui, je suis toujours pour Gryffondor ! J’en ai toujours été une ! De même que toi avec les Serpentards ! »

« N’oublie pas que je suis directeur de cette maison et que j’ai de bonnes raisons pour être avec cette maison ! » Lui envoya t-il.

« Et moi, je suis une Gryffondor et j’ai de bonnes raisons d’être pour cette maison ! » Lui envoya t-elle.

« De toute façon, l’important c’est que nous allons battre votre équipe ! » Lui envoya t-il.

« C’est ce que tu crois Rogue ! Lui envoya t-elle avec une lueur de défi dans le regard, N’oublie pas une chose : Gryffondor a un nouvel attrapeur et s’il est le digne fils de son père, je pense que vous êtes fichus ! »

Et Ca y était : Potter revenait au centre des débats ! Ca lui était assez pénible de voir le fils de son meilleur ennemi à la même place que lui, sans qu’elle en rajoute ! Il lui dit avec un sourire mauvais :

« C’est ce que tu crois Mon Ange ! L’équipe des Gryffondor n’est plus ce qu’elle était du temps des Maraudeurs ! Et je ne pense pas que le petit Potter sera meilleur que son père ! »

« Ce n’est pas ce que Minerva m’a dit ! Je fais confiance en Harry pour vous battre à plate couture ! »

Elle continua à prendre son petit-déjeuner. Elle se tourna vers la table des Gryffondor. C’était la première fois que Valandra allait voir un match de Quidditch. Elle espérait que ce ça lui plairait.

Non loin, Harry stressait. Après tout, c’était son premier match de Quidditch ! En plus il le jouait. Il n’avait pas l’air d’avoir très faim. Mais bon, Valandra et ses amis l’encourageaient à avaler quelque chose.

A onze heures du matin, les élèves comme les professeurs étaient rassemblés sur les gradins du stade.

Elle alla s’asseoir devant Severus. En effet, il n’y avait pas de place à côté de lui et ça l’arrangeait bien. Mais elle regretta bientôt son choix, car elle sentit le regard de Severus dans sa nuque.

Elle fit semblant de rien et se concentra sur le match qui n’allait pas tarder à commencer. C’était Madame Bibine qui arbitrait et elle donnait les instructions pour le match.

Apparemment, elle demandait le plus grand flair-play en regardant plus précisément les Serpentard. Elle se souvenait de leur manière de jouer qui ne se faisait pas toujours dans les normes ! Et cela ne l’étonna pas.
Quand elle donna un grand coup de sifflet et le match commença.

Le commentaire du match était assuré par Lee Jordan, un élève de troisième année de Gryffondor. Cassandra savait que Minerva était juste à côté.

« Angelina passe à Alicia Spinnet, qui jouait l’année dernière comme suppléant. Nouvelle passe à Johnson et … Non, c’est Marcus Flint, le capitaine des Serpentard qui reprend le souafle et qui vole comme un aigle vers les buts adverses, il va mar … non, le tir est arrêté par Olivier Dubois, le gardien de Gryffondor. Gryffondor reprend le souafle avec Katie Bell qui fait un joli plongeon pour éviter Flint et –AÏE – voilà qui a dû faire mal ; un Cognard en pleine tête – le souafle aux serpentard – Adrian Pucey se précipite vers les buts, mais il est arrêté par un deuxième Cognard envoyé par Fred et Georges Weasley, impossible d’être plus précis. En tout cas, c’est un joli coup du batteur de Gryffondor et Johnson reprend le souafle sans aucun adversaire devant elle. Elle vole vraiment, c’est le cas de le dire, elle évite un Cognard, les buts sont devant elle, vas-y, Angelina – Bletchley, le gardien de but, plonge et GRYFFONDOR MARQUE !

Sur les gradins, les supporters de Gryffondor saluèrent l’exploit avec des cris de joie. Tandis que les partisans des Serpentard se répandaient en lamentation.

Cassandra avait bien envie de montrer plus sa joie. Mais elle était professeur à présent et elle se devait d’avoir un peu de retenue. Elle se tourna vers Severus et lui lança un sourire triomphant. Il lui envoya :

« Ne crie pas victoire trop vite Mon Amour! Le match n’est pas encore terminé ! »

Elle lui lança un regard noir et se concentra sur le match.

« Serpentard reprend le Souafle, continuait de commenter Lee Jordan, Le poursuiveur Pucey évite deux Cognards, les deux frères Weasley et Bell, la poursuiveuse, et fonce vers – attendez un peu – est-ce que c’était le vif d’or ? »

Cassandra restait silencieuse au contraire de la foule qui murmurait. Elle se tourna vers Harry qui continuait à chercher le Vif d’Or.

Elle le vit plonger aussitôt dans la direction de d’Adrian Pucey, trop occupé à regarder par-dessus son épaule l’éclat d’or qui venait de passer à côté de son oreille gauche.

Terence Higgs, l’attrapeur de Serpentard l’avait vu également et ils foncèrent côte à côte pour essayer de l’attraper. Les poursuiveurs semblèrent s’être désintéressés du jeu et regardaient les deux attrapeurs au coude à coude.

Cassandra avait du mal et retenait sa respiration. Il fallait que Harry attrape le Vif d’Or avant Higgs !
De plus, Harry était plus rapide que Higgs. Quand elle vit la faute que Flint avait commise sur Harry. Il avait essayé de bloquer Harry et le Nimbus 2000 qui avait violemment dévié de sa trajectoire.

Cassandra était scandalisée ! D’autant plus qu’elle voyait Harry se maintenir de justesse sur son balai.

Elle entendit dans sa tête une voix lui dire :

« Tu vois Mon Amour ? Ce ne sera pas pour cette fois ! »

Cassandra se tourna vers lui et lui envoya sèchement :

« Et il n’y a pas de quoi être fier Rogue ! Si ton équipe gagne en trichant, ce serait une piètre victoire ! »

Madame Bibine rappela Flint à l’ordre et ordonna un coup franc en faveur des Gryffondor. Et bien entendu la confusion qui régnait sur le terrain avait permis au Vif d’or de s’échapper.

« Donc après cette scandaleuse tricherie … »

« Jordan ! » Protesta Minerva.

« Je voulais dire après cette faute révoltante … »

« Jordan, je vous préviens … »

« D’accord, d’accord ! Flint a failli tuer l’attrapeur de Gryffondor, ce qui aurait pu arriver à n’importe qui et donc Gryffondor bénéficie d’un penalty repris par Spinnet et c’est Gryffondor qui garde le Souafle.

Lorsque le jeu eût repris, l’attention de Cassandra était concentrée sur Harry qui évita de justesse un Cognard qui fonçait droit sur lui. Au même moment, son balai fit une violente embardée. Elle le voyait serrant les mains et les genoux et à nouveau le balai eût un sursaut. Quand le balai se mit à tourner sur lui-même et des cris de terreurs se firent entendre dans le public. Surtout qu’à présent Harry était suspendu dans les airs avec une main !

Cassandra frémissait de peur. Il fallait faire quelque chose ! Sinon, Harry tomberait de son balai !

Et son père qui n’était pas là ! Cela ne pouvait venir que d’un mage noir et elle n’en connaissais pas d’autres que … Severus !
Elle se tourna vers lui pour lui lancer un regard noir. Quand elle vit qu’il était en train de réciter des formules magiques. Et ce n’était pas ce qu’elle pensait ! Car ces formules étaient des formules de protections pour Harry. Mais qui donc essayait de tuer son filleul ? Elle fit le tour du gradin. Personne ne pouvait faire pareille chose !

Et si Severus avait raison et que c’était Quirinus ? Elle n’arrivait pas à lire dans ses pensées. Non ! Ca ne pouvait pas être lui ! Elle ne voyait pas d’intérêt. Elle se tourna vers le stade. Severus continuait à psamoldier ses sorts de protection. Elle en fit de même par la pensée et tentait de protéger Harry qui continuait à se tenir à son balai.

Les autres joueurs de Gryffondor quant à eux avaient formé des cercles autour de Harry pour le rattraper au cas où il tomberait.

A un moment, elle entendit un cri d’horreur derrière elle. C’était Severus qui avait le bas de sa robe en feu. Elle sortit sa baguette et dit :

« Aguamenti ! »

Un jet d’eau sortit de sa baguette et le feu s’éteignit. »

« Merci Mon Amour ! » Lui envoya t-il

Elle retint le rouge qui perlait à nouveau sur ses joues, se tourna vers le stade. Harry avait réussi à faire un rétablissement sur son balai. Celui qui avait tenté de tuer Harry avait certainement dû être déconcentré par ce qu’il venait de se passer avec la robe de Severus en feu !

Lorsque Harry redescendit en piqué vers le sol, elle vit qu’il avait la main plaquée contre sa bouche, comme s’il était sur le point de vomir. Il atterrit sur la pelouse du stade, toussa et un objet doré tomba alors au creux de sa main.

« J’ai attrapé le Vif d’or ! » Hurla t-il en agitant le bras au dessus de sa tête.

Le Capitaine des Serpentard se mit à hurler que Harry ne l’avait pas attrapé et qu’il l’avait avalé ! Mais Madame Bibine lui répondit que le règlement n’interdisait pas ce genre de chose.

« Les gagnants sont Gryffondor ! » Un tolé de joie retentit dans le stade, hormis ceux de Serpentard et encore moins Severus qui cachait mal sa fureur. Il regarda Cassandra qui cachait mal sa joie et lui envoya :

« Voilà ! Tu es heureuse ! Ton petit protégé a gagné ce match ! »

« Et tu l’as protégé Severus ! » Lui envoya t-elle.
Severus se tut. Mais elle continua :

« Je ne me fais pas d’illusion. Je sais que tu l’as sauvé par paiement de dette à son père parce qu’il t’a sauvé la vie ! »

« Tu as vu juste ! Lui envoya t-il sèchement, Maintenant, je vais lui en faire baver ! »

« Je t’interdis de t’en prendre à lui ! »

« Et qui m’en empêchera ? Toi ? » Lui envoya t-il.

« Oui Moi ! » Lui envoya t-elle.

Severus en avait assez de son hostilité. Il était las qu’elle en revienne sans cesse sur Potter et ses erreurs du passé ! Après tout, il avait payé ses erreurs du passé en étant privé de sa présence et celle de Valandra. Il lui lança un regard furieux et lui envoya :

« Tu veux continuer à ce jeu avec moi Cassandra ? Très bien ! J’en ai assez de ton hostilité à mon égard ! Et puisque c’est ainsi, je m’en vais ! Et n’espère plus que tu vas me récupérer ! J’en ai assez que tu reviennes sans cesse sur mes erreurs ! »

« Enfin tranquille ! Lui envoya Cassandra en colère, Je ne t’avais rien demandé Severus ! Et c’est de ta faute si je suis revenue dans ta vie avec tes petites manipulations que tu as faites sur mon père qui t’a écouté ! »

Pour toutes réponses, il s’en alla du stade sans un mot !

Cassandra le regarda s’éloigner. Elle était à présent en colère … Et en même temps elle s’en voulait. Pourquoi s’était-elle conduite de la sorte avec Severus ?

Tout ce à quoi, elle aspirait à présent, c’était de retourner dans ses appartements. Elle avait besoin de se calmer et de faire le vide autour d’elle.

Elle se demandait où Valandra était en ce moment. Certainement avec ses amis en train de fêter la victoire tant méritée des Gryffondor.

Cassandra quant à elle n'avait pas vraiment le coeur à la fête! Elle était en colère contre Severus ... Et elle-même.
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:34

CHAPITRE 52: UN ELEPHANT DANS UN MAGASIN DE PORCELAINE

Ce que Cassandra ignorait, c’était que Valandra n’était pas en train de fêter la victoire de son équipe et encore moins à se réjouir de cette victoire.

Elle était en compagnie de Ron, Hermione, Jessica et Harry chez Hagrid en train de boire un thé fort. Ils étaient en train de parler de son père.

« C’est Rogue qui a fait le coup, affirmait Ron à Harry, On l’a vu, Hermione, Valandra et moi ! Il était en train de jeter un sort à ton balai. Il te fixait des yeux en marmonnant des formules magiques. »

« Si tu voulais bien me mettre en dehors de tes histoires Ron, tu serais gentil ! » Répliqua Valandra sèchement à Ron.

« Ecoute Valandra ! Continua Ron, Tu as bien vu ton père en train de lancer des sorts à Harry pour le déstabiliser de son balai ! Tu ne peux pas le nier tout de même qu’il est odieux avec lui et que bien des fois tu as pris sa défense ! Au risque de te ramasser des points en moins ! »

« Peut-être ! Mais ça n’en fait pas le coupable de ce qu’il s’est passé ! Je sens qu’il y avait une bonne raison pour cet acte ! Et je suis certaine qu’il n’a rien à voir avec cette affaire ! »

Jessica qui n’avait rien dit jusqu’à présent dit :

« Tu es d’une de ces naïveté ma pauvre Valandra ! Je sais que Rogue est ton père, mais tout porte à croire qu’il est le coupable ! »

« Un peu trop idéal à mon goût si tu veux mon avis Jessica ! Il ne t’est jamais venu à l’esprit que le coupable véritable ferait tout ce qui est en son pouvoir pour accuser mon père ? »

« Allons, ce sont des bêtises, Les interrompit Hagrid, Pourquoi Rogue aurait-il fait ça ? »

« C’est ce que j’essaie de leur expliquer depuis qu’ils soupçonnent mon père ! Dit Valandra. Mais ils ne semblent pas comprendre un traître mot de ce que je leur dis ! »

« Ecoute Valandra ! Dit Jessica, Je sais que Rogue est ton père et que ton amour pour lui t’aveugle au point de ne pas voir la vérité en face mais … »

« Je ne l’aime pas ! répliqua t-elle une pointe de fureur dans la voix, Je ne supporte simplement pas les injustices ! Et vous l’accusez injustement et sans preuve ! »

« Ah bon Valandra ? Répliqua Harry, Et ce que j’ai vu hier dans la salle des professeurs ? Tu oublies ? »

« Quelle est cette histoire ? » Demanda Hagrid à Harry d’un air intéressé.

« J’ai fait une découverte à son sujet, annonça t-il à Hagrid, Il a essayé de passer devant le chien à trois têtes le soir de Halloween et il s’est fait mordre. Il voulait certainement voler ce que le chien doit garder ! »

Il lança un regard de défi à Valandra qui s’apprêtait à répondre quelque chose. Mais elle n’eût pas le temps de répondre quoi que ce soit car Hagrid lâcha la théière.

« Vous avez vu Touffu ? » S’exclama t-il.

« Touffu ? » Demanda Harry.

« Il est à moi. Je l’ai acheté à un ami grec que j’ai rencontré dans un pub l’année dernière. Je l’ai prêté à Dumbledore pour garder … »

« Garder quoi ? » Demanda avidement Harry.

« Oui ! Garder quoi Hagrid ! » Demanda à son tour Jessica.

« Non, ça suffit, ne me posez plus de question ! répondit Hagrid d’un ton bourru. C’est top secret ! »

« Mais Rogue essaie de voler ce que garde votre chien. » Dit Harry.

« CE N’EST PAS VRAI ! S’écria Valandra avec fureur, MON PERE N’A RIEN À VOIR DANS CETTE HISTOIRE ! »

«Tu sais, Valandra, Dit Harry, Ce n’est pas parce que tu le répètes qu’on va te croire ! »

Valandra lança un regard noir à Harry. Elle avait envie d’envoyer tout ce beau monde sur les roses. Elle savait que son père malgré les sentiments qu’elle éprouvait pour lui, était innocent dans cette sombre affaire. Et elle tenait bien le faire savoir.

« Ce sont des bêtises, répéta Hagrid qui sentait que cette affaire tournait au vinaigre. Rogue est professeur de Poudlard, il ne ferait jamais une chose pareille ! »

Valandra s’apprêtait à émettre un commentaire quand elle entendit Hermione dire à l’adresse de Hagrid et la sienne :


« Dans ce cas, pourquoi a-t-il essayé de tuer Harry ? Je sais ce que ça veut dire jeter un sort. J’ai tout lu là-dessus ! Il faut fixer les yeux sur l’objet ou la personne visés et Rogue n’a pas cillé une seule fois, je l’ai bien vu ! »

« Il NE T’ES PAS VENU A L’ESPRIT QUE MON PERE TENTAIT DE PROTEGER HARRY CONTRE UNE AUTRE PERSONNE ??? »S’emporta Valandra.

Jessica regarda Valandra. Sans doute avait-elle raison. Il était vrai que Rogue faisait le coupable idéal et en plus, Valandra n’était pas du style à défendre son père sans une bonne raison !

Jessica dit :

« Elle n’a peut-être pas tort ! En effet, Rogue ferait le coupable idéal ! Et la tierce personne qui a commis cet acte doit en profiter un maximum ! »

Valandra lança un regard reconnaissant à Jessica. Au moins une personne était avec elle ! Quand Valandra sentit une énorme main réconfortante sur son épaule. C’était Hagrid. Il lui lança un sourire réconfortant. Elle lui répondit par un sourire triste. Décidément, cette histoire la marquait beaucoup plus qu’elle ne l’aurait voulu !

Hagrid se tourna vers Hermione.

« Et moi, je te dis que tu te trompe, S’emporta t-il, Je ne sais pas pourquoi le balai de Harry s’est comporté de cette manière, mais jamais Rogue n’essaierait de tuer un élève ! Maintenant, écoutez-moi bien tous les cinq. Vous êtes en train de vous mêler de choses qui ne vous regardent absolument pas. Et c’est très dangereux. Alors oubliez ce chien et oubliez ce qu’il garde, c’est une affaire entre Dumbledore et Nicolas Flamel … »

« Ah tiens ! S’exclama Harry, Il y a donc un nommé Nicolas Flamel dans le coup ? »

Hagrid eût soudain l’air furieux contre lui.

Quelques heures plus tard, ils se trouvaient dans la salle commune des Gryffondor. C’était quelques heures avant le repas du soir et le cœur était toujours à la fête.

Les jumeaux Weasley avaient rapportés des tas de friandises ainsi que de la Bièreaubeurre. Personne n’avait réussis à savoir comment ils l’avaient eu ! Même pas Valandra qui avait pourtant insisté ! Mais Georges ne lui avait rien dit. Pourtant d’habitude, il ne pouvait rien lui refuser ! Mais il avait tenu bon ! Surtout sous les regards réprobateurs de Fred qui avait l’air au courant de quelque chose.

Pour l’heure, elle avait décidé de se mettre en retrait de Harry, Ron, Hermione et Jessica.

Elle n’arrivait pas à comprendre comment on pouvait continuer à accuser son père sans tenir compte de ce qu’elle avait dit. Elle savait que son père était innocent et continuerait à aller dans ce sens … Défendre son père ! Voilà une chose qu’elle ne se serait jamais crût capable de faire ! Pourtant quelque chose lui disait qu’il n’avait rien à voir dans cette affaire ! Elle l’aimait, bien qu’elle s’en cachait aux yeux de sa mère et de son Parrain ! Elle ne voulait surtout pas blesser quelqu’un en particulier les personnes qui comptaient le plus à ses yeux !

Jessica arriva et lui dit discrètement :

« Je crois en l’innocence de ton père tu sais ? Je sais très bien que tu ne croirais pas en ton père pour de bonnes raisons ! Je suis certaine qu’il n’a rien à voir dans cette histoire ! Et je pense qu’il faudra le faire comprendre à ces ânes butés ! » Elle se tourna vers Harry, Ron et Hermione.

Ils s’approchèrent de deux jeunes filles. Harry dit :

« Alors, on parle encore de Rogue ? »

« Oui ! Dit Valandra en lui lançant un regard furieux, Et Jessica et moi croyons en l’innocence de mon père ! »

« Je confirme ! Dit Jessica, Et puis, je pense que jamais on n’aurait dû parler de ça devant Valandra ! C’est son père tout de même ! »

« Justement non, Jessica ! dit Valandra, Au moins, si je peux innocenter mon père, c’est mieux ! »

« Je ne te comprend pas Valandra ! Répliqua Ron sèchement, Ton père ne s’est jamais occupé de toi, ni de ta mère ! C’est toi qui l’as dit ! Et voilà que tu le défends becs et ongles ! »

Valandra sentit les larmes lui monter aux joues. Elle se sentait à présent désemparée. Pleins de souvenirs lui revenaient à l’esprit où elle aurait bien voulu que son père soit là avec sa mère à l’élever et l’aimer tendrement comme tout père avec sa fille. Le seul qui lui avait tenu place de père était son Parrain. Mais ce n’était pas la même chose. Bien qu’elle l’aimait tendrement.

« Bravo Ron ! Fit Hermione, Dans le rôle de l’éléphant dans un magasin de porcelaine, nous avons qui ? Ronald Weasley ! »

Valandra s’approcha de Ron et le gifla violement, une gifle à lui en décrocher la mâchoire. La douleur qu’elle ressentit pour le moment était intense et elle ferait payer à ce petit crétin son manque de tact ! Elle lui dit :
« Ca c’est pour ton manque de tact Weasley ! »

« Qu’est-ce qu’il se passe ici ? » Demanda une voix derrière eux.

Ils se retournèrent. C’était Georges accompagné de Fred.

Quand il vit que Valandra avait les larmes aux yeux, il s’approcha d’elle et lui dit doucement :

« Eh Val ! Qu’est-ce qui ne va pas ? »

« C’EST TON SALE CRETIN DE FRERE ! » S’écria t-elle avec fureur et en lui lançant un regard meurtrier.

« Qu’est-ce qu’il a fait ? » Dit-il en lançant un regard furieux à Ron.

« Ce n’est pas ce qu’il a fait qui est en cause ! Dit-elle les larmes aux yeux, C’est ce qu’il a dit ! »

Elle lui lança un regard meurtrier.

Il se tourna vers son frère et lui demanda :

« Ronald Weasley ! Qu’as-tu dit à Valandra ? »

Ron était à présent rouge comme une pivoine et ne disait rien. Ce fut Jessica qui prit la parole et dit :

« Eh bien, ton imbécile de frère est revenu sur des souvenirs douloureux pour Valandra en insistant bien sur le fait que son père ne s’est jamais occupée de sa mère et d’elle ! »

La fureur pouvait se lire dans les yeux de Georges. Il prit Valandra dans ses bras qui se mit à pleurer. Il dit à Ron :

« COMMENT AS-TU PU RON ? VALANDRA EN A SOUFFERT ET TOI TU EN RAJOUTES UNE COUCHE ! »

Fred qui ne se trouvait pas loin s’approcha d’eux. Il dit :

« Georges n’a pas tort ! Dans le genre j’ai du tact et je me complais là dedans, il n’y a pas mieux ! »

« Que se passe t-il ici, Dit Percy, Pourquoi criez-vous comme ça ? »

Georges qui continuait de serrer Valandra dans ses bras dit :

« Rien ! Si ce n’est le manque de tact d’une certaine personne ! » Il lança un regard furieux à Ron.

« Ron ? Dit Percy, Que s’est-il passé ? »

« Rien de bien intéressant ! » Maugréa Jessica qui n’avait pas envie d’en rajouter.

« Dans ce cas, je vous demanderai de vous calmer ! » Dit Percy.

« MAIS OUI ! ME CALMER ! » Tonna Valandra,

« N’oublie pas que je suis le préfet et que tu me dois obéissance ! » Répliqua Percy avec son air suffisant.

« MAIS JE N’EN N’AI RIEN À FAIRE WEASLEY ! S’écria t-elle, TU NE CROIS PAS QUE J’EN AI ASSEZ SUR LA PATATE SANS QUE TU EN RAJOUTES EN REVENANT SANS CESSE SUR TON POSTE DE PREFET ??? »

Avant que Georges et les autres aient pu faire quoi que ce soit, Valandra était sortie de la salle commune.

« Rattrape là Georges ! » Lui glissa Fred à l’oreille.

Il partit sans un mot, se dirigeant vers l’ouverture de la salle commune. Dehors, il vit Valandra descendre précipitamment les escaliers.

« VAL ! ATTENDS ! » Cria Georges.

« FICHEZ-MOI TOUS LA PAIX ! » S’écria Valandra.

Pour toutes réponses, Georges la suivit et dit :

« Il en est hors de question ! Et personne ne pourra m’en empêcher ! » Répliqua t-il plus déterminé Que jamais.

Sa voix résonnait dans les couloirs. Et il s’en fichait de croiser Rusard ou Miss Teigne. Valandra était désespérée et il fallait qu’il lui vienne en aide !

La course poursuite s’arrêta à l’extérieur dans le parc. Il la prit dans ses bras. Mais Valandra se débattait et lui dit :

« LACHE-MOI TOUT DE SUITE, WEASLEY ! »
« Non ! Dit-il d’un ton ferme, Pas tant que tu seras plus calme ! Je ne tiens pas à ce que tu fasses des bêtises à cause de mon crétin de frère qui je suis sûr a parlé trop vite et n’a pas pensé qu’il pourrait te faire du mal ! »

Valandra se calma automatiquement. Elle s’était toujours bien sentie en présence de Georges. Il venait l’aider et elle le repoussait. Elle lui dit en rougissant :

« Je suis vraiment désolée Georges ! Tu as tellement été gentil avec moi ! »

« C’est normal ! Lui répondit-il en lui adressant un sourire, Je tiens trop à toi pour te voir dans cet état ! »

Valandra avait crû comprendre ce qu’il avait voulu dire, mais elle préféra s’en assurer. Elle lui dit en rougissant :

« Je … Je ne te comprends pas Georges ! »

Pour toutes réponses, Georges rapprocha ses lèvres des siennes, les effleura doucement et l’embrassa.

Valandra se laissa faire. Elle le serrait dans ses bras, lui caressait les cheveux. Voilà bien des semaines qu’elle s’était rendue compte qu’elle ressentait des sentiments pour Georges. Elle n’avait jamais su dire ce qu’elle ressentait.

A chaque fois qu’elle le voyait, elle ressentait des picotements sur tout son corps, son cœur battait la chamade à chaque fois qu’elle le voyait et ses joues qui ne demandaient qu’à rougir étaient les signes avant coureur de cette attirance. Jessica lui avait dit qu’elle était amoureuse de Georges, mais elle ne l’avait pas crû.

Maintenant, elle y croyait et elle en était heureuse. Quand il posa sa langue dans sa bouche, dans un premier temps, elle en fut étonnée et décida d’en faire de même ! Après tout, c’était son premier baiser. Elle trouva ce moment agréable.

Après un moment, qui lui parût trop court, Georges décolla ses lèvres des siennes et lui dit doucement :

« Tu as la réponse à ta question maintenant ? »

« Oui Georges ! Lui dit-elle en se serrant tendrement dans ses bras, Je l’ai ! »

« Je crois que nous ferions mieux de retourner près des autres maintenant ! Lui dit-il en souriant, Ils doivent certainement s’inquiéter pour toi ! »

Il lui prit la main et ils se dirigèrent vers la tour des Gryffondor.
Valandra sentit une chaleur bienveillante lui inonder le corps tout entier. La seule présence de Georges l’apaisait et elle savait qu’il en serait de même pour longtemps. Elle se demanda comment son père réagirait quand il le saurait … Et puis, peu lui importait, tout ce qui comptait c’était l’avis de sa mère et de son Parrain, qui elle le savait la taquinerait gentiment avec ça !

Quant à Ron, elle ne voulait plus lui parler ! Après ce qu’il s’était passé, elle ne pourrait jamais lui pardonner ! Ce qu’il avait dit l’avait profondément blessé et elle n’était pas prête d’oublier ce qu’il s’était passé !
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:35

Chapitre 53: SERIEUX DOUTES

Les jours qui suivirent, Valandra ignora Ron. En effet, elle lui en voulait toujours pour les choses qu’il lui avait dites le jour du match de Quidditch à propos de son père. Et cela malgré ce que lui avait dit Georges concernant les bêtises qu’il pouvait dire sans les penser ! Ron quant à lui, avait essayé de lui parler, mais elle avait refusé toutes discussions avec lui ! Elle était trop en colère contre lui.

Ce qu’il lui avait dit à propos de son père l’avait profondément blessée et elle se sentait triste.

Pourtant, Harry, Jessica et Hermioneà qui elle parlait avaient essayés de les réconcilier, mais rien n’y avait fait !

Elle le leur parlait jamais de son père. Après tout, ils ne l’avaient jamais porté dans son cœur et ce sentiment était réciproque et elle n’avait pas envie de se disputer avec eux surtout quand ça pouvait être évité.

Heureusement, Georges était là pour la réconforter. Elle passait le plus de temps qu’elle le pouvait avec lui. Ce nouveau sentiment qui ne la quittait plus à présent lui était tellement agréable qu’il n’était pas prêt de le quitter. Cette chaleur bienveillante au plus profond de son être à chaque fois qu’ils étaient ensemble lui faisait du bien.

Mais il y avait un vide au plus profond de son être ! Elle avait enfin compris qu’elle aimait son père. Mais celui-ci se montrait des plus distant à l’égard de sa mère et d’elle.

Seule sa mère était au courant de sa relation avec Georges. Elle s’en était même réjouie. Pourtant, elle avait remarqué son air triste à chaque fois que sa mère croisait son père au détour d’un couloir ! Et elle avait l’impression que celui-ci les évitait toutes les deux.

De plus, durant les cours de potions, elle avait remarqué que son père semblait plus que jamais de mauvaise humeur et elle se demanda pourquoi. Maintenant, il avait décidée s’acharner sur elle au même titre que les élèves de sa maison ! Elle avait beau garder le silence, éviter le regard de son père, il avait décidé de s’acharner sur elle en trouvant toujours quelque chose à dire sur son travail. Et cela la chagrinait beaucoup.

Ca devait être dû au fait qu’elle sortait avec Georges ! Celui-ci lui avait raconté que son père avait fait des allusions à leurs relations durant ses cours avec lui avec des remarques du genre :

« Je vous que vous êtes occupé avec Collins ! Sinon, vous auriez mis un peu plus d’attention à votre devoir Weasley ! »

De même, elle avait surpris quelques regards noirs en sa direction et celle de Georges durant les repas.

Mais ça n’expliquait pas son hostilité à l’égard de sa mère. Elle lui avait bien demandé ce qui n’allait pas. Mais elle lui avait répondu avec un sourire réconfortant que tout allait bien ! Mais elle n’y croyait pas ! Et elle s’inquiétait pour elle !

Et elle n’avait pas tort ! Cassandra souffrait de cette situation ! Severus n’avait pas lancé des paroles en l’air quand il avait dit que tout était terminé avec lui ! Maintenant, elle savait ce qu’il avait ressenti quand elle l’évitait, car il en faisait de même ! A chaque fois, qu’il croisait sa route, il lui lançait des regards noirs et s’en allait. Où alors, à la table des professeurs, il s’arrangeait toujours pour être à côté d’un autre professeur.

Au fond d’elle-même, elle était plus désespérée que jamais. Elle regrettait ce qu’elle lui avait fait durant ces longs mois, où elle l’avait malmené et rejeté. Car il ne faisait plus aucun doute dans son esprit qu’elle l’aimait et qu’elle n’avait jamais cessé de l’aimer !

Elle avait cette impression d’être comme Sirius et James, même en pire car eux au moins n’avaient pas joués avec ses sentiments. Elle oui ! Elle avait voulu lui parler plusieurs fois, mais sa fierté l’en avait empêché.

Quant à Quirrell, elle s’en méfiait de plus en plus. Ce qu’il s’était passé le jour du match de Quidditch ne lui avait pas échappé. Il lui avait semblé que Quirrell avait fixé le balai de Harry sans ciller. En plus, au moment où la cape de Severus avait pris feu, tous contacts visuels avec le balai de Harry avaient été coupés et elle trouvait étrange que Harry ait pu reprendre le contrôle du balai !

Elle l’évitait le plus possible. L’hostilité de Severus à l’égard de Quirrell se faisant grandissante. Elle les laissait se débrouiller. Elle avait assez de problèmes avec Severus sans en rajouter.

Cela ne l’empêchait pas pour autant d’éviter toutes punitions injustifiées aux élèves. Car Severus était plus déterminé que jamais à casser les élèves. Et quand ça arrivait, il s’en allait furieux.

Elle recevait régulièrement des nouvelles de son frère. Mais elle préférait se taire sur ses sentiments du moment. Jusqu’au jour où il avait débarqué à l’improviste dans ses appartements.

Elle était plus triste que jamais et regardait en silence par la fenêtre pensant à Severus et de la vie qu’elle aurait avec lui si elle n’avait pas eu la bêtise de le repousser sans cesse.

Elle le n’avait pas entendu arriver et quand elle sentit une main réconfortante se poser sur son épaule, elle sursauta.

Quand elle vit Remus qui la regardait inquiet, elle lui dit :

« Remus ! Tu m’as fait peur ! »

Remus la regarda dans les yeux et lui dit :

« Comment vas-tu ? »

« Mais je vais bien ! » Lui avait-elle répondu d’un air qui trahissait sa tristesse.

Il l’avait regardé dans les yeux et lui dit :

« Tu me prends pour un imbécile ? Je veux savoir ce qui ne va pas ! »

Il lui prit la main et l’emmena s’asseoir sur le canapé. Il lui dit :

« Je t’écoute ! »

Cassandra ne savait pas par où commencer. Mais son frère lui dit :

« C’est Rogue, n’est-ce pas ? »

« Non Remus ! C’est moi! Lui avait-elle répondu tristement, Je me suis tellement mal comportée avec lui qu’il a décidé de m’ignorer totalement et j’en souffre ! »

Elle expliqua ce qu’il s’était passé le jour du match de Quidditch. Elle termina par :

« Que vais-je faire maintenant ? Je l’aime tu sais ? Et je n’ai jamais cessé de l’aimer ! »

Cela n’étonna pas Remus. Enfin, elle s’en était rendue compte et cet imbécile de Rogue la repoussait à présent ! A moins que …

Il lui dit :

« Il ne t’es pas venu à l’esprit qu’il faisait ça pour que tu comprenne que tu l’aimais toujours ? Je suis certain que tout va s’arranger et que Severus et toi vous serez à nouveau ensemble ! »

« Je l’espère Remus ! Lui avait-elle répondu tristement. Dans l’état actuel des choses, je considère que je suis pire que James et Sirius ! Au moins eux n’ont pas joués avec ses sentiments ! Ils l’ont toujours détesté et ce sentiment était partagé ! »

« Oui ! Je m’en souviens ! Répondit Remus, Et avec Valandra, comment cela se passe t-il ? » « Pas tellement bien pour tout te dire, avait-elle répondu en soupirant tristement, Son père a remarqué qu’elle avait un petit ami et elle a l’impression qu’il la déteste ! Il faut dire que cet élève est turbulent. Et si ce n’est avec moi, il est assez arrogant avec les autres professeurs y compris lui ! »

Remus lui dit après un moment :

« Je pense qu’il ne la déteste pas et qu’il joue son rôle de père protecteur ! Il aime sa fille et elle aussi l’aime ! Mais s’il a le malheur de trop l’étouffer, il aura de sérieux ennuis avec moi ! »

« Merci Remus d’être avec moi ! Lui dit-elle en lui adressant un sourire reconnaissant, Malgré la profonde animosité que tu peux ressentir pour Severus ! »

Il s’était approché d’elle avec un sourire et lui avait dit :

« Je te l’ai déjà dit, ce que je désire plus que tout, c’est ton bonheur et celui de ma petite Valandra ! Et j’ai pu remarquer une chose : tu n’as jamais été aussi heureuse qu’à l’époque où tu étais avec lui et lui aussi d’ailleurs ! »

« Oh Remus ! » Dit-elle en s’approchant de lui et en le serrant dans ses bras. Il l’avait serrée dans ses bras.

Puis, il dit :

« Je vais te laisser ! De toute façon, on se revoit le 26 décembre ! J’espère que ça ira mieux ! Et tu diras à ma filleule que je suis heureux pour elle et qu’elle devra me rendre des comptes concernant son petit ami ! »

Cassandra sourit et dit :

« Remus ! Tu es impossible ! »

Il posa un dernier baiser sur la joue de sa sœur et s’en alla.

Severus quant à lui était partagé entre deux sentiments : Le bonheur de la voir réagir à son ignorance. En effet, Remus avait vu juste ! Bien qu’il lui en ait voulu au début, quand il avait remarqué son air triste et préoccupé, il avait compris plus que jamais que c’était une arme contre elle ! Pour lui faire comprendre qu’elle l’aimait toujours.

A plusieurs reprises, quand il l’avait croisé dans un couloir et qu’il avait remarqué son air triste, il avait failli la prendre dans ses bras et l’embrasser passionnément. Mais il s’était retenu. Elle avait besoin d’une leçon.

Il avait remarqué que sa fille sortait avec Georges Weasley et ce cas de figure était loin de lui plaire ! Il trouvait toutes les occasions possibles pour le descendre en flèche ! Ce qui n’était pas dur avec ce petit insolent !

Il avait aussi remarqué que sa fille l’aimait. Il avait remarqué par l’attitude hostile qu’il avait décidé d’user à son égard. Pourtant, voir sa fille, comme sa mère dans cet état le rendait triste. Il ne pourrait plus tenir longtemps, c’était certain !

A présent, Noël approchait. Un jour de la mi-décembre, Poudlard se réveilla sous une épaisse couche de neige.

Le lac avait gelé et Fred et Georges Weasley reçurent une punition pour avoir fabriqué des boules de neige ensorcelées qui suivaient Quirrell partout où il allait visant son turban.

Valandra avait fait la tête à Georges à ce sujet. Après tout, le Professeur Quirrell était gentil avec ses élèves et elle ne supportait pas qu’on puisse lui manquer de respect. Mais elle ne lui avait pas fait la tête longtemps. Son sourire charmeur et ses paroles l’en avaient dissuadé et elle avait craqué.

Elle attendait les vacances avec impatience. En effet, elle savait qu’elle resterait à Poudlard avec sa mère pendant les vacances. Mais tout ce qui comptait à ses yeux, c’était qu’elle pourrait voir son parrain le lendemain de Noël.

Un jour qu’il faisait particulièrement glacial dans les cachots et qu’elle avait cours avec son père et que comme tous les élèves elle tentait de se réchauffer près du feu du chaudron elle entendit Malefoy dire :

« Je plains beaucoup les malheureux qui devront rester à Poudlard pendant les vacances parce que personne n’en veut à la maison. » Il regarda Harry.

« Et moi, je plains tes pauvres parents Malefoy ! Lui avait rétorqué Jessica sèchement, Te supporter durant toutes les vacances de Noël, quelle galère ! »

Malefoy lui lança un regard furieux, s’apprêta à répondre quelque chose de glacial, mais Le Professeur Rogue arriva et demanda à l’adresse de Jessica :

« Weasley ! Je ne savais pas que Potter avait besoin d’un avocat ! Pour la cause, j’enlève 5 points à Gryffondor ! »

Valandra serra les dents et mordit sur sa langue. Elle savait qu’il trouverait une occasion ou une autre d’enlever des points à sa maison et elle fit des efforts surhumains pour se taire.

Crabbe et Goyle quant eux pouffèrent de rire et elle trouva injuste que son père ne leur fasse aucunes remarques, mais cela ne l’étonna pas !
Elle avait remarqué que Malefoy avait été plus désagréable que jamais avec Harry depuis le match de Quidditch. Dégoûté par la défaite des Serpentard, il avait essayé de mettre les rieurs de son côté en répétant partout que la prochaine fois, on pourrait remplacer Harry par un crocodile en train de bâiller.

Valandra avait failli à plusieurs reprises le remettre à sa place. Mais quand elle avait vu le manque d’attention que Malefoy avait avec sa plaisanterie et que tout le monde au même titre qu’elle était impressionnée par la virtuosité avec laquelle Harry avait réussi à s’accrocher à son balai, elle n’en fit rien. Jaloux et furieux, Malefoy se consolait en saisissant toutes les occasions de rappeler à Harry qu’il n’avait pas de famille digne de ce nom.

Elle savait que Harry n’irait pas dans sa famille pour les vacances. En effet, il avait parlé de sa famille d’adoption à ses amis. Ils n’étaient pas très gentils avec lui ! Loin de là ! Elle avait été révoltée en entendant Harry raconter son calvaire chez le Weasley.

Elle n’avait rien dit à personne à ce sujet, pas même sa mère. Elle était de nature discrète et elle n’aimait pas révéler des choses aussi privées.

Quand le Professeur MacGonagall était passée dans les classes pour faire la liste des élèves qui resteraient à Poudlard pour les vacances, Harry avait été le premier à s’inscrire. Ainsi que Ron et ses frères qui passeraient également leurs vacances au collège, car Mr et Mrs Wealey devaient se rendre en Roumanie pour aller voir leur fils Charlie.
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:36

Cette situation arrangeait Valandra. Elle refusait toujours de parler à Ron, mais l’idée que Georges restait pour Noël la réjouissait au plus haut point.

Un jour qu’ils sortaient du cours de potions, qui avait été particulièrement pénible pour Valandra, car elle ne supportait plus l’hostilité de son père à son égard et elle était plus que chagrinée par ce cas de figure, un énorme sapin avançait dans le couloir en haletant, soufflant, ahanant. Les deux pieds immenses qu’on voyait dépasser trahissaient la présence de Hagrid derrière le sapin.

Ron s’approcha de lui et lui demanda en passant parmi les branchages :

« Vous avez besoin d’aide ? » Demanda Ron.

Valandra était restée avec Jessica et Hermione en évitant soigneusement la présence de Ron, mais s’était approchée de Hagrid avec ses amies et Harry.

« Non, non ! Ca va merci ! » Dit Hagrid.

« Vous pourriez dégager le chemin ? » Lança derrière eux la voix sèche de Malefoy.

« C’est toi qui va dégager le chemin dit Valandra d’un ton glacial, Ca nous ferait des vacances à nous tous ! Au fait, quand pars-tu en vacances ? »

« La ferme Collins ! » Répondit la voix sèche de Malefoy.

Il se tourna ensuite vers Ron et lui dit :

« Tu essayes de te faire un peu d’argent de poche, Weasley ? Tu vises la place de garde-chasse quand tu sortiras de Poudlard ? C’est vrai que pour quelqu’un de ta famille, la cabane de Hagrid doit avoir l’air d’un palace ! »

« Je te signale Malefoy, Répondit Jessica d’une voix glaciale, que la famille Weasley est bien plus riche que tu ne le prétend ! »

« Mais oui Weasley ! Lui dit-il d’un ton cassant, Et cela grâce à l’argent que ta famille t’a légué ! Qu’est-ce que tu crois ! Ils t’ont adoptés pour cette raison ! »

Ron voulut se ruer sur Malefoy. Mais Jessica le retint et rajouta à Malefoy :

« Quant à la maison de Hagrid, il est vrai que ta famille et toi ne pourriez pas vous y installer ! Tu as besoin d’une grande maison toi et ton ego surdimensionné ! »

Valandra qui n’avait pas eu l’occasion de prendre la parole jusqu’à présent s’écria :

« TU VAS LAISSER LA FAMILLE WEASLEY TRANQUILLE TU M’ENTENDS, MALEFOY ? ILS SONT PLUS CORRECTS QUE TA FAMILLE À CE QU’ON M’A DIT ! »

« Tiens, la petite amie de Georges Weas-Nul intervient ! Lança Malefoy d’un ton moqueur, ce qui fit rire Crabbe et Goyle, Toi qui est la fille du Professeur Rogue, tu me déçois ! Fréquenter cette famille de dégénérés ! »

Valandra s’apprêta à répondre quelque chose de cinglant, mais elle n’eût pas le temps, car Ron se rua sur Malefoy au moment même où son père montait l’escalier.

« WEASLEY ! » S’écria t-il.

Ron lâcha Malefoy.

« Il a été provoqué, professeur, Dit Hagrid en montrant sa grosse tête hirsute derrière le sapin, Malefoy a insulté sa famille ! »

« C’est vrai Professeur ! » Dit Valandra qui ignora le regard noir que lui lançait son père, J’en ai été témoin et mes amis aussi ! »

« Collins ! Répliqua son père sèchement, Je vous demanderai de vous mêler de ce qu’il vous regarde si vous le pouvez ! »

Valandra lui lança un regard furieux. Il se tourna ensuite vers Hagrid et lui dit d’une voix doucereuse :

« C’est possible, Hagrid, mais il est interdit de se battre à Poudlard. Cinq points de moins pour Gryffondor, Weasley, et estimez-vous heureux que ce ne soit pas d’avantage. Allez filez maintenant ! »

« Pas avant que j’ai enlevé cinq points à Serpentard ! » Dit une autre voix moins doucereuse et que Valandra ne connaissait que trop bien.

C’était Cassandra. En effet, elle avait entendu toute la conversation. Elle ne s’était pas mêlée de cette histoire jusqu’à l’intervention de Severus. Elle rajouta en se tournant vers Malefoy :

« En effet, au même titre que de se battre, il est interdit de provoquer un autre élève et l’inciter à se battre! Et vous ne vous en êtes pas privé, Monsieur Malefoy ! »

Il ne répondit rien. Mais à présent, Severus s’était approché d’elle et lui dit en colère :

« COMMENT OSE-TU ? »

Elle ne perdit pas son calme et lui dit :

« J’ose quand il s’agit d’une injustice profonde Severus ! J’étais là quand cet acte s’est produit ! En effet Malefoy avait provoqué Monsieur Weasley ! Et toi au lieu d’être juste, tu ne l’es pas ! J’ai dû rétablir l’ordre logique des choses ! »

Pour toute réponse, Severus s’en alla dans un mouvement de fureur prononcé ainsi que Malefoy et ses amis.

Valandra ne répondit rien mais adressa un sourire à sa mère qui avait l’air plus triste que jamais. Elle lui envoya :

« Ne t’inquiète pas Maman ! Je suis certaine que Papa va se calmer ! »

« Merci Ma Chérie ! » Dit-elle avec un sourire triste. Elle s’en alla ensuite vers la table des professeurs. Valandra et ses amis se dirigèrent vers la table des Gryffondor.

Valandra restait silencieuse. Décidément, l’attitude de son père la chagrinait au plus haut point ! Puis, elle eût une idée. Et si elle lui offrait quelque chose, une chose qui était cher à son cœur ?
Quand elle avait six ans, sa mère lui avait offert un scrutoscope. En effet, elle avait peur des monstres et dormait très mal la nuit. Quand elle avait eût ce scrutoscope, ses nuits avaient été plus agréables et elle avait pu dormir paisiblement.

Maintenant, qu’elle avait grandi, C’était un porte-bonheur auquel elle tenait profondément. Comme c’était bientôt Noël, voilà un cadeau qu’elle pourrait offrir à son père ! Sans doute, ça le mettrait de meilleure humeur et il comprendrait qu’elle l’aimait !

Après le repas, elle irait le chercher, se dirigerait vers les cachots et lui offrirait. Elle savait qu’il n’avait pas cours cette après-midi et rien ne lui ferait plus plaisir, elle le sentait.

Elle continua à manger en silence. Quand Georges arriva et s’assit à côté d’elle. Il lui demanda :

« Ca va ? Jessica m’a raconté ce qu’il s’était passé avec Malefoy et tes parents ! »

« Oui Georges merci ! Répondit-elle en lui souriant, Et j’en ai assez de l’attitude de mon père ! Et après le repas, je compte aller lui apporter un cadeau ! »

« Tu es sûre que c’est une bonne idée, Val ? Lui demanda Jessica, Regarde un peu à la table des professeurs ! Ton père est loin d’être de bonne humeur ! »

Elle regarda et vit que son père restait silencieux et lança des regards furieux à sa mère qui lui répondait par des regards tout aussi noirs.

Mais elle s’en fichait. Elle irait voir son père après le repas et lui dire qu’elle l’aimait. Sans doute, cela le mettrait de meilleure humeur.

« Oui ! J’en suis plus que déterminée ! Je l’aime ! Et je veux qu’il le sache ! »

« Fais attention à toi, ma chérie ! » Lui dit Georges visiblement inquiet.

« Merci Georges ! Lui dit-elle, Je vais lui prouver que je l’aime ! Je ne vois pas pourquoi, il me repousserait ! Ca fait des mois qu’il fait tout pour nous prouver qu’il nous aime ma mère et moi ! »

Elle continua à prendre son repas en silence.
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:36

CHAPITRE 54: ATENTION DANGER!

Severus après le repas de midi avait décidé de s’enfermer dans son bureau. Son entrevue avec Cassandra avant le repas et la dispute mentale qui s’en était suivi pendant avait été loin de lui plaire. Comment avait-elle pu mettre en doute son autorité en particulier devant le petit Potter et ses amis ?

Et surtout devant sa fille qui devait se réjouir de voir son père dans cette situation ! Après tout, il s’en était pris à ses amis et elle devait considérer qu’il l’avait bien mérité ! Il était en colère contre Cassandra et n’avait envie que d’une seule chose, rester seul dans son bureau.

Il se mit à corriger les devoirs des deuxièmes années de Gryffondor. Sans doute se calmerait-il ! Mais il n’arrivait pas à se concentrer sur son travail. Alors que d’habitude, il était heureux de pouvoir casser les élèves de cette maison, il n’avait pas le cœur à ça ! Sans aucun doute, Cassandra avait-elle raison quand elle avait dit que jamais il ne changerait ! Toujours rempli de sa rancœur, des moqueries de Potter et ses amis quand il était à l’école ! Et il avait décidé de se venger sur le fils Potter qui n’était même pas né quand ça s’était produit ! Comment Cassandra pourrait-elle voir qu’il avait changé en se comportant de la sorte avec le fils de Potter?

Après quelques heures d’essai, il décida de stopper ses corrections. Après tout, c’était bientôt le repas et il en avait assez ! Il rejeta son travail avec mauvaise humeur ! Quand il entendit quelques coups frappés à la porte. Il ne manquait plus que ça ! Si c’était un élève qui venait le déranger, il allait l’entendre ! Il dit un rude :

« ENTREZ ! »

C’était Valandra. Elle ouvrit timidement la porte. Mais que venait-elle faire dans son bureau ? Il se souvenait qu’elle avait été là quand sa mère avait mis en cause son autorité ! Elle venait certainement pour le remettre à l’ordre après ce qu’il avait tenté de faire à ses amis ! Si c’était le cas, il allait l’entendre ! Il n’était pas vraiment d’humeur !

Elle avait dans sa main un petit paquet.

Elle lui dit :

« Professeur Rogue ? Pourrais-je vous parler ? »

Il lui dit-il en lui lançant un regard rude :

« Si vous venez pour en rajouter une couche après ce qu’il s’est passé avec votre mère, Collins, vous pouvez passer votre chemin ! Je ne suis pas d’humeur ! »
Valandra lui lança un regard étonné. Elle était venue pour lui dire qu’elle l’aimait ! C’était tout ce qui comptait à ses yeux ! Et certainement pas pour ce qu’il s’était passé avec sa mère quelques heures plus tôt. Elle ne voulait pas l’accabler d’avantage !

« Je ne suis pas venue pour ça Papa ! Continua t-elle avec plus d’assurance dans la voix, C’est bientôt Noël ! Et je tenais à vous faire ce cadeau ! »

Severus n’en revenait pas ! Valandra venait de l’appeler Papa ! Et qui plus est lui faire un cadeau ! Ce n’était pas possible ! Tout ceci était trop beau pour être vrai ! Si ce n’était du temps où il était avec Cassandra, il n’avait plus jamais reçu de cadeau … À moins que tout ceci fût de la manipulation ! Et si jamais elle venait pour avoir plus de points pour sa maison ? Cela ne pouvait être que ça ! Elle le détestait pourtant … Mais alors pourquoi tant de douceur et de sincérité dans le regard de sa fille ?

Elle déposa le cadeau sur son bureau. Il lui dit sans même jeter un regard sur le présent et avec une rudesse qu’il n’avait pas désiré :

« Ah oui ? Et pourquoi ce cadeau Collins ? Pour gagner mon amour ou plus de points à votre maison ? »

Valandra releva les yeux. A présent, elle avait l’impression que son cœur se brisait en mille morceaux ! Comment son père pouvait-il s’imaginer des choses pareilles venant de sa part ? Il continua :

« Et d’ailleurs, comment vous êtes-vous procuré ce cadeau ? Il me semblait que vous n’étiez pas autorisée à sortir de l’enceinte du Collège … À moins que Weasley vous l’ait permis avec ses coups fourrés ! »

« Mais non père ! Vous n’y êtes pas du tout ! S’emporta t-elle avec un profond dégoût dans la voix, Ce cadeau n’à rien avoir avec Georges Weasley ! Je tenais à vous offrir le scrutoscope que ma mère m’avait offert quand j’avais six ans ! En effet, j’avais peur des monstres et elle me l’a acheté pour me rassurer ! A présent que j’ai grandi et que je n’ai plus peur des monstres, et Dieu seul sait combien vous en êtes un à mes yeux quand je vois comment vous agissez avec moi ! (elle lui lança un regard furieux, mêlé au chagrin qu’elle ressentait à présent), je tenais à vous l’offrir ! Je voulais vous montrer combien je vous aimais, mais je vois que vous vous en fichez bien ! »

Severus jeta un regard à sa fille. Elle était à présent aux bords des larmes. Il n’avait envie que d’une chose à présent : s’approcher de sa fille chérie et de la serrer dans ses bras, car elle était sincère. Il le voyait bien ! Il se maudissait de s’être emporté contre elle !

Valandra trouvant qu’elle n’avait plus rien à faire dans cette pièce et le cœur brisé s’en alla en claquant la porte. Elle traversait les couloirs d’un pas précipité.

Elle avait vu que son père la suivait. Mais de cela, elle s’en fichait bien. Elle avait le cœur brisé et rien ne pourrait atténuer sa douleur.

Maintenant, elle était remontée au rez-de-chaussée. Son père était toujours là à la suivre. Mais elle ne voulait plus le voir ! Plus jamais de toute sa vie !

Heureusement les couloirs étaient vides à cette heure. Elle n’avait pas envie de voir du monde se regrouper pour pouvoir admirer le spectacle tel des voyeurs !

Elle n’avait pas fait attention au fait qu’elle avait ralenti sa marche. Severus la rattrapa et lui tint fermement les épaules. Il lui dit avec douceur :

« Valandra ! Je suis désolé pour ce qu’il s’est passé ! »

Elle avait les larmes aux yeux et s’écria :

« LAISSEZ-MOI TRANQUILLE PROFESSEUR ROGUE ! J’AI COMPRIS UNE CHOSE À PRESENT ! JE N’AI PLUS DE PERE ! JE VOUS DETESTE ! »

Avant même qu’il ait eu le temps de répondre quelque chose, elle le gifla, une gifle à lui en décrocher la mâchoire.

Severus se tint la joue. Cette gifle, il l’avait bien méritée et le faisait souffrir au plus profond de son être ! Comment avait-il pu refuser l’amour que lui portait sa fille alors que ces derniers mois il avait tout fait pour le gagner !

Le temps qu’il se remette de ce fait, Valandra s’en était allée se dirigeant vers la sortie. Il ne pouvait pas la laisser partir ! Le soleil venait de se coucher et qui sait ce qu’elle ferait à l’extérieur dans l’état d’énervement où elle se trouvait ? Il fallait qu’il la rattrape et lui dise combien il l’aimait lui aussi !

Il sortit à son tour et l’horreur lui glaça le sang quand il vit qu’elle se dirigeait vers la forêt interdite. Il n’avait pas le temps de faire appel à quelqu’un ! Il fallait qu’il règle cette histoire tout seul ! Qui sait quels dangers, elle trouverait dans cette fichue forêt !
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:37

Entretemps, Valandra ne savait plus où elle allait. Elle ne s’était même pas rendue compte où elle était rentrée. Tout ce dont elle avait besoin, c’était de panser ses plaies béantes.

Quand elle se rendit compte que l’endroit où elle se trouvait, était la forêt interdite ! C’était un endroit funeste et sombre. Les hurlements des hiboux et les cris d’autres créatures qu’elle ne savait identifier mais et l’obscurité naissante de la soirée rendait l’ambiance de la forêt oppressante !

Elle prit sa baguette magique et s’écria :

« LUMOS ! » Au moins, elle était un peu éclairée maintenant et pourrait sortir de cette forêt qu’elle craignait !

Fred et Georges avaient fait des tentatives d’entrées, mais elle le savait, c’était parce que son grand-père l’avait interdit ! Et comme les jumeaux Weasley adoraient affronter l’interdiction !

Elle voulut rebrousser chemin. Quand ce qu’elle vit la glaça d’effroi ! Devant elle se trouvait un immense troll ! Se rendant compte de sa présence, le troll poussa un cri tonitruant.

Par pur réflexe elle ramassa une pomme de pin et lui lança en plein visage. Sans doute, cette pomme de pin lui ferait-elle de l’effet. Mais elle toucha à peine son épaisse carcasse et il poussa un cri de fureur en lui lançant un regard noir.

Elle prit ses jambes à son cou et courut le plus vite qu’elle put, le troll à ses trousses. Mais le troll qui était bien plus grand qu’elle, la rattrapa bien vite et de sa main la prit en la serrant de plus en plus fort.

Que lui avait donc enseigné son Parrain ? Elle se souvint d’une formule. Elle ne savait pas si elle marcherait, mais elle devait essayer ! Elle s’écria en pointant sa baguette sur ce monstre qui lui enserrait de plus en plus fort sa taille :

« CONJUNCTIVA ! »

Le troll lâcha la jeune fille qui tenta de ralentir sa chute. Mais elle s’était faite mal. Elle tenta de se relever, mais elle poussa un cri de douleur quand elle ressentit une douleur fulgurante au niveau de la jambe droite ! Elle se l’était certainement cassée !

Le troll avançait à l’aveuglette à présent. Mais il continuait de s’approcher dangereusement de Valandra. Elle se sentait désespérée. Elle recula à quatre pattes. Si il la trouvait, elle était morte !

Quand elle vit une ombre se mettre devant elle ! Elle se rendit compte que c’était son père qui se mettait entre elle et ce monstre !

Il s’écria :

« STUPEFIX ! » Le corps du troll se raidit et il tomba net sur le sol. Mais il tomba en avant.

Severus eût le réflexe de prendre Valandra dans ses bras et de s’éloigner du lieu avant qu’il ne s’écrase sur eux.

Mais il semblait qu’il était trop tard, car la créature tombait sur le sol et ils seraient écrasés tous les deux si … une énorme masse de trois mètres de haut et imposante déboula et souleva Severus qui tenait toujours Valandra dans ses bras fermement et courut le plus vite qu’il put hors de la forêt avant que le troll ne s’effondre sur le sol inanimé.

Severus d’abord surpris eût du mal à réaliser que la personne à qui il devait la vie était … Hagrid qui l’avait déposé sur le sol. Il dit à Severus :

« Ca va ? »

Alors comme ça, ce demi-géant lui avait sauvé la vie à sa fille et la sienne ? Il lui devait une fière chandelle ! Il lui lança un regard reconnaissant et lui dit :

« Oui Hagrid ! Merci du fond du cœur ! Ma fille et moi nous vous devons la vie ! »

Hagrid rougit dans sa barbe et ne put rien dire.

Severus se concentra ensuite sur sa fille qui à présent pleurait dans les bras de son père tremblant de peur. Il lui glissa à l’oreille :

« C’est terminé maintenant Ma Chérie ! »

« Papa ! Je suis désolée ! » Disait-elle en se blottissant plus fort dans ses bras et en pleurant doucement.

Severus la serra dans ses bras et lui dit :

« C’est moi qui suis désolée Ma Chérie ! Je n’aurais jamais dû te repousser au moment où tu m’as montré ton amour ! »

Hagrid dit à Severus :

« Je pense que vous devriez l’emmener à l’infirmerie, Severus ! Pour que Pomona puisse la soigner ! »

« Et vous allez venir avec nous ! Dit Severus, Je tiens à ce que tout le monde sache l’homme qui m’a sauvé la vie ainsi que ce qu’il y a de plus cher à mes yeux ! » Il serra Valandra plus fort et ils avancèrent vers le collège.

« Je t’aime mon petit Papa ! Lui dit-elle en se serrant d’avantage dans ses bras, Je t’ai toujours aimé ! »
Le cœur de Severus fondit comme neige au soleil. Il était tellement heureux à présent que plus rien n’entacherait son bonheur. Il lui glissa à l’oreille la voix émue :

« Moi aussi je t’aime Mon Ange ! Ta mère et toi êtes ce qu’il y a de plus cher à mes yeux ! »

Ils arrivèrent bientôt au château. Valandra continuait à serrer son père tendrement dans ses bras et pleurait doucement.

Les élèves et les professeurs qui passèrent par là, étaient surpris par le spectacle. Minerva arriva pour remettre de l’ordre dans cet attroupement et calma Georges Weasley qui semblait des plus inquiets pour Valandra.

Quand Cassandra arriva avec son père. Quand ils virent ce qu’il se passait, le teint de Cassandra vira au livide et elle se serait évanouie si son père ne l’avait pas retenue. Remise de sa première surprise, elle s’écria :

« QU’AS-TU FAIT A MA FILLE ??? »

Elle l’aurait giflé si son père ne l’avait pas retenue. Mais de cela Severus s’en fichait, car il emmenait Valandra à l’infirmerie. Elle le suivit ignorant l’attroupement qui s’était formé autour du groupe. Heureusement, Minerva avait remis de l’ordre.

Arrivès à l’infirmerie, Madame Pomfresh fut stupéfaite par le spectacle. Severus déposa sa fille. Il lui dit inquiet :

« Ma fille a besoin de vos soins Pomona ! »

« A une condition ! S’écria Pomona, C’est que vous sortiez tous ! »

Mais Valandra continuait de serrer son père dans ses bras. Il lui dit doucement :

« Lâche-moi maintenant Ma Chérie ! Il n’y a plus de dangers maintenant ! Ta Maman, ton grand-père, Hagrid et moi allons rester à l’extérieur, d’accord ? »

Valandra lâcha son père.

Pomona les emmena dans une pièce voisine à l’infirmerie.

Quand ils furent seuls, Cassandra qui s’était calmée lui demanda :

« Alors Severus ? Je t’écoute maintenant ! Que s’est-il passé avec Valandra ? »

Severus expliqua à Albus et Cassandra ce qu’il s’était passé sans omettre la peine qu’il avait causé à sa petite fille alors qu’elle lui montrait son amour !
Dans un premier temps, la fureur pouvait se lire dans ses yeux. Comment avait-il pu faire du mal à sa fille alors qu’elle s’était enfin ouverte à lui ??? Puis, au fil de son récit, la fureur se transforma en reconnaissance intense, mêlée à de la peur ! La peur de perdre sa fille et l’homme qu’elle n’avait jamais cessé d’aimer.

En plus de ces deux sentiments, il y avait la culpabilité ! Après tout, c’était à cause de son attitude à son égard qu’il s’était montré aussi froid avec sa fille !

Mais le premier à remercier était Hagrid qui avait sauvé la vie aux deux personnes qui comptaient le plus à ses yeux.

Elle s’approcha de lui, lui adressa un sourire reconnaissant et le serra dans ses bras. Le teint de Hagrid avait à présent viré au rouge cramoisi. Elle lui dit :

« Hagrid ! Je ne saurai jamais comment vous remercier ! Vous avez sauvé la vie des deux êtres qui comptent le plus pour moi ! »

Albus sourit. Enfin, sa fille avait compris qu’elle aimait toujours Severus !

Severus quant à lui, semblait ne plus comprendre ce qu’il lui arrivait. C’était un mirage auditif ou Cassandra lui avait dit qu’elle l’aimait ?

Elle le regardait à présent tristement. Elle lui dit :

« Après tout ce que je t’en ai fait endurer, je comprendrai que tu me détestes Severus ! »

Severus avait du mal à croire ce qu’il entendait. Il sentait cette chaleur bienveillante le regagner et qui ne le quitterait plus jamais ! Il s’approcha d’elle et lui dit en lui prenant délicatement les mains :

« Te détester Cassandra ? Mais tu plaisantes ? Je t’aime Mon Amour ! Et je ne cesserai jamais de t’aimer ! »

Il naquit sur le visage de Cassandra un sourire. Elle se sentait tellement bien à présent ! Voilà bien des années qu’elle ne s’était pas sentie aussi bien.

Lentement, elle effleura les lèvres de Severus qui la prit dans ses bras et se mit à l’embrasser passionnément. Cela faisait tellement longtemps qu’il avait désiré ce moment ! Il avait cette impression qu’il était dans un rêve merveilleux et qu’il allait se réveiller d’un moment à l’autre se rendant compte qu’il faisait un rêve doux et merveilleux ! Mais c’en était pas un ! Il mêla sa langue tellement douce à la sienne. Rien ne compte plus à présent qu’elle et lui !


Il en avait même oublié la présence d’Albus qui souriait jusqu’aux oreilles et évitait de regarder le couple s’enlacer tendrement.

Hagrid quant à lui, s’était éclipsé discrètement. Après tout, Albus était le grand-père de Valandra ! Et il n’était personne par rapport à elle !

Cassandra ne sa lassait pas d’embrasser Severus. Elle adorait sentir dans sa bouche la langue de Severus se mêler amoureusement à la sienne. Elle caressait tendrement ses cheveux noirs. Elle en avait eu tellement envie !

Severus quant à lui était heureux. Enfin, il avait récupéré les deux femmes de sa vie ! Mais sa fille ? Comment allait-elle le prendre ? Il fallait qu’il le sache ! Il ne voulait pas blesser sa fille chérie ! Il la lâcha sous des gémissements de protestations et lui dit :

« Mon Amour ! Il faut que je sache ce que va penser notre fille de cette situation ! »

Elle s’approcha à nouveau de lui et lui dit tendrement en lui caressant la joue :

« Mais elle t’aime Severus ! »

« C’est une chose de m’aimer ! Mais c’en est une autre d’accepter que sa maman fréquente son père qui l’a abandonné il y a dix ans ! »

« Tu sais très bien que ça ne s’est pas passé ainsi Severus ! C’est moi qui t’ai quitté ! » Dit-elle en rougissant.

« Oui ? Et a qui la faute ? » Lui dit-il tristement.

« Tu n’y penses plus Severus ! Dit elle en lui caressant tendrement la joue, Tout ça, c’est du passé ! Et tout ce qui compte à présent, c’est que je t’aime ! »

C’est à ce moment là qu’ils se rendirent compte de la présence d’Albus. Comment avaient-ils pu oublier sa présence ? Cassandra lui dit en rougissant :

« Papa ! Je suis désolée ! »

Albus se leva s’approcha d’eux et dit à sa fille :

« Désolée de quoi Ma Chérie ? Rien ne me rend plus heureux que de vous voir unis tous les deux ! Ca fait tellement longtemps que je désirais le bonheur de ma petite fille ! Et tous mes souhaits sont réalisés ! »

« Merci Papa ! »Dit-elle en lâchant la main de Severus et en serrant son père dans ses bras.

Il se tourna vers Severus et lui dit avec un sourire :

« Je vous demanderai de bien veiller sur ma fille et ma petite-fille Severus ! Et je ne doute pas un seul instant qu’elles vous aiment toutes les deux ! »

« Merci Albus ! » Répondit Severus la voix émue.

Albus n’eût pas le temps de répondre, car Pomona rentra. Severus se précipita sur elle et lui demanda :

« Alors ? Comment va-t-elle ? »

« Elle va très bien Severus ! Rassurez-vous ! Elle a une jambe cassée et quelques contusions qui devraient être vites guéries ! Elle a besoin de repos maintenant ! »

« Pourrait-on la voir ? » Dit Cassandra qui était soulagée à présent.

« Oui ! Justement, elle vous réclame ! Dit Pomona avec un sourire, Elle a quelque chose à vous dire à tous les deux ! »

« Dans ce cas, Dit Severus en prenant la main de Cassandra, Je pense que nous ferions bien d’y aller Mon Amour ! »

Cassandra suivit Severus, suivi d’Albus. Quand Valandra vit son père, elle dit avec un grand sourire :

« Papa ! » Severus s’approcha du lit, lui sourit et la serra dans ses bras tendrement.

Cassandra lui dit :

« Tu sais que tu m’as fait peur ? »

Valandra dit en rougissant :

« Je suis vraiment désolée Maman ! Mais j’étais tellement désespérée ! »

Ce fut au tour de Cassandra de prendre sa fille dans ses bras. Elle avait eu tellement peur pour elle !

Avant qu’elle ait pu répondre quoi que ce soit, Severus qui continuait de serrer sa fille dans ses bras lui dit :

« Je te promets une chose Ma Chérie : Ni ta maman, ni toi ne serez plus jamais désespérées ! Je vous promets de vous donner toute l’attention que vous méritez ! »
Valandra regarda ses deux parents puis son grand-père qui lui adressait un sourire mystérieux. Et elle comprit une chose : ses parents s’aimaient toujours ! Et ils attendaient qu’elle leur donne sa bénédiction pour qu’ils puissent s’aimer en toute quiétude ! Elle ne voyait pas pourquoi elle s’y opposerait ! Avoir une famille unie, elle en avait toujours rêvé ! Et ce rêve était à portée de main ! Elle rajouta :

« Vous avez ma bénédiction ! »

« Ta bénédiction ? » S’étonna Cassandra.

« Oui Maman ! » Elle se tourna vers son père et sa mère et leur dit :

« Je sais que vous l’attendez pour vous remettre ensemble Papa et toi ! Et rien ne me ferait plus plaisir que de vous voir unis ! »

Cassandra serra sa fille dans ses bras. Enfin, elle pourrait aimer Severus comme bon lui semblerait !

« Merci Ma chérie ! Lui dit-elle en souriant. Elle se tourna vers Severus et lui lança un regard flamboyant. Il lui tardait d’être dans ses appartements et de sentir son corps contre le sien ! Ils ne feraient plus qu’un, comme avant !

Severus lui en lança un tout aussi flamboyant. Déjà, il la voyait en train de l’embrasser sur tout son corps brûlant de désir. Il la porterait sur son lit pour lui faire l’amour ! Ils avaient dix ans à rattraper après tout !

Ils furent interrompus par Pomona qui leur dit :

« Il est temps de vous reposer Valandra ! »

« Oui Madame Pomfresh ! » dit-elle en lâchant l’étreinte de son père. Elle lui dit ensuite :

« Tu veux bien rester avec moi Papa le temps que je m’endorme ainsi que Maman ! »

« Oui Ma Chérie ! » Lui dit-il en souriant.

Elle s’allongea sur le lit, ferma les yeux et dit :

« Je vais me dépêcher de m’endormir maintenant ! Pour que tu puisses retrouver Maman rapidement ! »

Cassandra et Severus sourirent. Severus s’approcha de sa fille et lui dit :

« Bonne nuit Ma Chérie ! Fais de beaux rêves ! » Lui dit-il en posant un baiser sur la joue.

Puis, ce fut au tour de sa mère et de son grand-père qui lui glissa à l’oreille :

« Je suis vraiment heureux pour ton bonheur Ma Chérie ! »

« Merci Grand-père ! » Dit-elle en lui souriant.

Tous les trois veillèrent au sommeil de Valandra. Quand elle se fut endormie, Albus, suivi de Cassandra et Severus main dans la main quittèrent la pièce. Cassandra dit :

« Je pense que nous devrions aller prendre notre repas du soir ! » Elle envoya à Severus en lui lançant un regard flamboyant :

« Afin de reprendre des forces pour la nuit qui nous attend ! »

« Oui Mon amour ! Lui répondit-il, Tu as raison ! » Lui envoya t-il avec ce même regard flamboyant.

Albus fit semblant de rien et continuait de sourire. Décidément, les amants terribles ne finiraient pas de leur en faire voir ! Mais il était heureux du bonheur retrouvé de sa fille, de sa petite-fille ! Elles étaient ce qui était plus cher à ses yeux et il ne pouvait que s’en réjouir !
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:38

Chapitre 54: DES RETROUVAILLES TANT ATTENDUES

A peine, Cassandra et Severus eurent-ils terminés leur repas, qui ne dura pas très longtemps tant ils se dévoraient des yeux à table, qu’ils se dirigèrent vers les appartements de Cassandra.

De plus, Cassandra avait sentit un pied lui caresser la jambe doucement, ce qui lui avait donné envie d’aller plus loin ! Et les pensées friponnes que Severus lui envoyait, n’allaient pas pour arranger la situation ! Il lui tardait d’être dans ses appartements où ils pourraient se laisser à cette passion latente ancienne de dix longues années et qui allait exploser au grand jour quand ils seraient seuls.

Ils marchaient d’un pas précipité tant ils étaient pressés. A peine furent-ils rentrés dans la tour d’astronomie que Cassandra sentit une main lui caresser les fesses. Elle retint un gémissement de plaisir, se mordit les lèvres et dit à Severus :

« Pas maintenant Mon Amour ! Attend qu’on soit arrivés dans mes appartements ! »

Il lui glissa à l’oreille :

« Alors dépêchons-nous ! Je ne pourrai pas attendre une minute de plus Mon Ange ! J’ai envie de toi au plus haut point ! » Il lui mordilla l’oreille amoureusement.

Cassandra ferma les yeux et elle sentit des nappes de désir l’envelopper. Si elle s’était écoutée, elle aurait sauté immédiatement sur lui et aurait arraché ses vêtements. Mais si quelqu’un arrivait, et elle sentait que ce serait Miss Teigne ou Argus Rusard, ça ne la ferait pas !

Ils arrivèrent bientôt à destination. A peine Cassandra eût refermé la porte derrière elle, qu’ils se jetèrent dans les bras l’un de l’autre, s’embrassant et s’enlaçant mutuellement. Leurs langues se mêlèrent tendrement, leur donnant l’envie d’aller plus loin !

Severus se mit à lui mordiller l’oreille amoureusement, puis à l’embrasser dans le cou. A mesure de ces baisers, on avait l’impression qu’il allait le lui manger. Cassandra ferma les yeux pour mieux profiter du moment et entreprit de lui manger l’oreille. Il lui dit alors :

« Mon Amour ! J’ai besoin de mon oreille ! »

« Et moi de mon cou ! » Dit-elle en riant car les sensations que ces baisers dans son cou lui procuraient des chatouillements.

« Je t’aime Mon Amour ! » Lui dit-elle en le regardant dans les yeux.
« Je t’aime Ma Cassandra Chérie ! » Lui dit-il en continuant de l’embrasser dans le cou.

« Emmène-moi dans ma chambre ! J’ai besoin de toi ! » Lui dit-elle en poussant un gémissement de plaisir.

Tes désirs sont des ordres, Ma Beauté ! » Dit-il en la soulevant de terre et tout en la regardant tendrement.

-Ma Beauté ! – cela faisait longtemps qu’il ne l’avait plus appelée ainsi ! Si ce n’était le jour où elle était arrivée à Poudlard et qu’ils s’étaient retrouvés dans le bureau de celui qu’elle ne savait pas qu’il était son père à l’époque. Beaucoup de choses s’étaient passées depuis.

Il se dirigea vers sa chambre, la déposa délicatement sur le lit, en continuant à l’embrasser tendrement. Il s’allongea à côté d’elle et se mit à effleurer sa peau doucement. Cassandra ne put empêcher de pousser quelques petits gémissements de plaisirs.

Il décolla ensuite ses lèvres des siennes sous les gémissements de protestations de son amante. Il lui dit en lui lançant un regard flamboyant de désir:

« Un peu de patience, Mon Amour ! »

Il pointa sa baguette magique vers la porte et s’écria :

« COLLAPORTA ! »

Ils entendirent le bruit de succion que ce sort entraînait. Suivi de :

« INSONORUS ! »

Il se tourna vers elle et lui dit en lui caressant tout le corps, ce qui la fit frémir de plaisir:

« Je ne veux que personne ne vienne nous déranger Mon Amour ! J’ai tellement hâte de te retrouver ! »

« Qui veux-tu qui vienne nous déranger à l’heure qu’il est ? » Lui dit-elle en l’embrassant sur les lèvres.

« Ton frère par exemple ! » Lui dit-il en emprisonnant ses mains avec les siennes et en lui lançant un regard tout aussi flamboyant avant de l’embrasser dans le cou.

« Il n’a pas intérêt ! » Lui dit-elle en essayant de réprimer un gémissement de plaisir qui s’emparait à nouveau de son être tout entier.


Severus enleva délicatement ses vêtements en commençant par sa robe, ce qui eût pour effet de faire frémir son amour de plaisir. Puis, il fit disparaître sa lourde robe de sorcier noire, ce qui fit qu’ils étaient complètement nus, si ce n’était leurs sous-vêtements.

Il enleva alors son soutien gorge. Cassandra gémissait de plus en plus fort, sentant l’envie monter en elle. Elle glissa à l’oreille de Severus :

« Ne me fais pas attendre une minute de plus, Mon Amour ! J’ai envie de toi ! »

Il lui dit en plantant ses magnifiques yeux noirs dans les siens et en lui caressant délicatement la cuisse :

« Ne sois pas si gourmande, Mon Amour ! Tout vient à point à qui sait attendre ! »

Avec sa main droite, il était descendu vers sa cuisse qui fit frémir à nouveau de plaisir son amante. Il entreprit de l’embrasser sur tout son corps qui devenait de plus en plus brûlant de désir.

Cassandra ferma les yeux tant ce sentiment lui procurait des sensations agréables. Elle se laissa aller, et poussait des gémissements de plaisirs qui se faisait de plus en plus intenses à mesure que son amant touchait ses parties sensibles.

Il fit bientôt disparaître les remparts qui les empêchaient d’aller plus loin et ils se retrouvèrent complètement nus.

Puis, à un moment, il s’arrêta et se mit à côté d’elle. Elle poussa un cri de protestation et lui dit :

« Pourquoi tu arrêtes ? »

Severus d’un air faussement fâché lui dit :

« Tu m’as fait attendre des mois ! On en arrête là ! »

« Comment ? Dit Cassandra, choquée, Tu me chauffes à blanc et maintenant, tu me laisses sur ma fin ? Pusque c’est ainsi, je m’en vais ! »

Avant qu’elle ait eût le temps de se lever, Severus se coucha sur elle, la regarda intensément et tout en emprisonnant ses mains avec les siennes, lui dit :

« Tu n’iras nulle part ! Moi, qui pensais que tu allais me chauffer à blanc en voyant que je te résistais, je suis déçu ! »

Cassandra lui lança un regard flamboyant et lui dit :
« Severus Rogue ! Tu n’es qu’un chenapan ! »

Elle libéra ses mains des siennes et se mit à caresser lentement ses fesses, ce qui eût pour effet de faire frémir son amant de plaisir.

Il se mit à l’embrasser langoureusement. Leurs langes se massaient amoureusement. Cette fois, il ne pouvait plus tenir, il mêla son corps au sien, ce qui amena chez son amante des cris de plaisirs de plus en plus forts à mesure que les coups de reins se faisait cadencés. Ils ne faisaient plus qu’un à présent comme avant. Une bulle semblait s’être formée autour des deux amants, comme s’ils étaient seuls au monde !

Cassandra continuait de caresser les fesses de son amant qui poussait des gémissements de plus en plus intenses et redoubla la cadence. Cassandra poussée par le désir cria le nom de son amant. Severus en fit de même avec elle.

Bientôt, essoufflé par leurs ébats amoureux, Severus, se détacha bientôt d’elle. Elle vint se blottir dans ses bras. Il lui dit :

« Je remarque une chose ! Je te fais toujours autant d’effets, Mon Amour ! »

« Oui Mon Severus ! C’était tellement merveilleux ! Ca faisait tellement longtemps que je n’avais ressenti de tel ! »

Severus la serra dans ses bras et lui dit en souriant :

« Pourquoi ? Tu n’as rien fait depuis notre séparation ? »

« Non Severus, Lui dit-elle tristement, Je n’ai jamais pu t’oublier réellement ! Je t’aimais tellement ! Et toi ? Je comprendrais que tu ai eu quelqu’un d’autres que moi ! »

Severus prit son visage dans ses mains et lui dit :

« Comment aurais-je pu Mon Amour ? Alors que cette jolie petite frimousse revenait dans mon esprit sans cesse ? » Il se mit à l’embrasser à nouveau.

Cassandra se sentit à nouveau poussée par la passion et s’allongea sur Severus. Tout en l’embrassant langoureusement et dans le cou.

Il lui dit en baillant bruyamment :

« Non Mon Amour ! Je suis fatigué ! »

« Mais oui ! Dit-elle en lui mordillant amoureusement l’oreille, Je vais te remettre en forme ! »
A présent, elle l’embrassait sur tout le corps. Ce fut au tour de Severus de pousser des gémissements de plaisir. Il se sentait bien dans les bras de son amante qui lui procurait de plus en plus de plaisir ! Il lui dit dans un gémissement :

« Cassandra ! Je t’aime ! » Cassandra était remontée à présent et regardait son amant dans les yeux en lui disant :

« Moi aussi, je t’aime ! » Elle mêla à nouveau son corps au sien, ce qui procura aux deux amants de nouvelles sensations agréables et tellement fortes qu’ils n’avaient jamais rien connus de tels.

Severus quant à lui, ne se lassait pas de lui caresser tout le corps. Enfin, il l’avait retrouvée et il en était heureux ! Il n’avait jamais été aussi heureux de sa vie. Il lui disait dans un souffle et dans son oreille :

« Tu aimes ça n’est-ce pas ? »

« Oui Mon Amour ! » Dit-elle dans un autre souffle. A nouveau essoufflée par leurs ébats, elle s’allongea à côté de lui et dit en se serrant dans ses bras :

« Cela faisait tellement longtemps que je fantasmais sur toi Mon Amour ! » Lui dit-elle en le serrant dans ses bras.

« je m’en doutais ! Dit-il en souriant, J’ai surpris plusieurs pensées venant de toi à mon insu ! » Il déposa un tendre baiser sur ses lèvres.

« Oui Severus ! Et ça a commencé le jour où nous nous sommes revus ! Et ce sentiment, me faisait peur ! Et c’est pour cette raison que j’ai fait appel à mon frère avant la rentrée des classes ! »

« Je m’en doutais un peu ! Lui dit-il en lui souriant tendrement, Et cette jalousie qui s’était installée entre Perkins et toi ! Comme si j’avais pu aimer une autre femme que toi ! »

Il se remit à l’embrasser. Puis, elle lui demanda :

« Et ces derniers temps ? Tu me faisais réellement la tête après ce qu’il s’est passé après le match de Quidditch ? »

« Au début oui ! Ensuite, quand j’ai remarqué quel effet, ça te faisait, j’ai joué avec ça ! C’était pour te faire comprendre que tu m’aimais toujours ! »

Cassandra prit un air faussement outré et dit :


« Je l’avais dit ! Tu n’es qu’un chenapan Severus Rogue … Et c’est bien pour ça que je t’aime ! »

Il se remit à l’embrasser passionnément.

A présent, il avait un air pensif. Il pensa à Lupin. Pourtant, ce n’était pas vraiment le moment d’y penser ! Mais Cassandra venait d’en parler. Comment réagirait-il sachant que Cassandra était de nouveau à lui et suite à ce qu’il s’était passé avec sa fille ? Après tout, c’était un peu de sa faute si elle s’était aventurée dans la forêt interdite et qu’elle avait failli y mourir !

Cassandra remarquant l’air pensif de Severus, lui demanda :

« A quoi pense-tu Mon Amour ? »

« A ton frère ! » Lui dit-il.

« Tu penses que c’est vraiment le moment ? » Dit-elle en poussant un soupir d’exaspération.

« Je me demandais juste quelle réaction il aurait quand il saurait ce qu’il s’est passé avec notre fille ! »

« Ne t’inquiète pas pour lui Mon Amour ! J’ai toujours réussi à le calmer ! »

« Oui mais là, j’ai mis en danger la vie de sa filleule ! Il ne m’a jamais aimé et c’est réciproque ! S’il apprend ce fait, il va me tuer ! »

« Comme si j’allais le laisser faire ! Dit-elle en lui souriant tendrement, Quant à ce qu’il s’est passé avec Valandra, c’est moi qui lui en parlerai ! Et je mettrai des gants blancs pour qu’il évite de s’énerver contre toi ! De toute façon, je suis en partie responsable de ce qu’il s’est passé ! »

« Comment ça ??? »

« Si je ne m’étais pas bornée à te résister sachant ce que je ressentais pour toi, rien de tout cela ne serait arrivé et tu n’aurais pas repoussé Valandra ! »

Severus la regarda dans les yeux et dit :

« Nous sommes tout autant responsables l’un que l’autre, si on part de ton principe ! Je n’avais pas à agir de la sorte avec Valandra ! »

« Ne parlons plus du passé ! Dit-elle en le serrant dans ses bras, L’important est que nous soyons ensemble, comme avant ! »
« Oui ! Lui dit-il en lui souriant tendrement, Comme avant ! A la différence près que je t’aime d’avantage ! »

Il l’embrassa à nouveau et lui fit l’amour.

Ensuite, ils s’endormirent dans les bras l’un de l’autre, épuisés par cette longue nuit qui n’était pas prête de se terminer !

Après deux heures de sommeil, Severus se réveilla. Cassandra était toujours endormie dans ses bras. Il était tellement proche d’elle qu’il sentait son doux parfum l’enivrer totalement. Il l’observa longuement. Elle était tellement belle quand elle dormait ! Sa respiration était calme et il la sentit l’étreindre encore plus fort.

Une chose était certaine : Il l’aimait d’avantage qu’avant leur séparation. Et jamais, il ne la laisserait partir ! Plus jamais, ce sentiment ne le quitterait !

Sa fille et sa femme, la seule qu’il ait jamais aimé, étaient de nouveau dans sa vie ! Et plus jamais, il ne les décevrait ! Elles avaient suffisamment souffert pour qu’elles soient heureuses comme jamais elles ne l’avaient été !

A propos de sa petite Valandra, il pensa au cadeau qu’elle lui avait fait. I était resté sur son bureau. Il devait aller le chercher ! Il s’enleva doucement des bras de son aimée pour éviter de la réveiller et lui glissa à l’oreille :

« Je reviens tout de suite Ma Beauté ! » Il posa un tendre baiser sur ses lèvres se leva et se rhabilla par magie.

Ensuite, il fit apparaître une rose rouge à côté de son aimée, alla dans la cheminée, lança de la poudre de cheminette, indiqua son bureau et disparut.
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:38

Cassandra se réveilla juste après. Severus n’était plus là … Et si jamais tout ce qui était arrivé n’avait-il été qu’un rêve ? Un merveilleux rêve parmi tant d’autres ? Non ! Cela ne pouvait pas l’être ! Elle se sentait trop bien. Puis, elle découvrit à côté d’elle cette magnifique rose rouge.Elle la prit entre ses mains et se mit à pleurer.

« Severus Rogue ! Je t’aime ! » Dit-elle en souriant entre ses larmes.

Quand elle entendit une détonation dans la cheminée. C’était Severus qui revenait avec un écrin noir et un petit paquet pas encore déballé.

Severus quand il la vit pleurer s’approcha d’elle et lui dit désolé :

« Ma Chérie ! Je suis là ! »

Il s’approcha du lit, s’allongea à côté d’elle et la prit dans ses bras. Cassandra s’appuya contre son épaule. Elle lui dit :

« J’ai tellement eût peur que tout ce qu’il vient de se passer n’était qu’un rêve ! »

« Dans ce cas, un rêve merveilleux ! » Dit-il en l’embrassant tendrement.

« Oui Mon Severus ! Un rêve merveilleux ! » Dit-elle en répondant à son baiser.

« J’étais parti chercher le cadeau de notre fille … Et aussi quelque chose qui me tenait à cœur ! »

Il lui tendit l’écrin noir qui lui disait quelque chose. Elle l’ouvrit et découvrit deux anneaux. C’était une tête de Lion et une autre de Serpent entremêlés. Cassandra dit étonnée :

« Alors, comme ça, tu les as gardés ??? Nos alliances ? »

« Oui Ma Tendre Beauté ! J’avais l’espoir secret de te récupérer ! »

« Et tu y as réussi, Mon Amour ! Et le résultat final est que je t’aime d’avantage qu’il y a dix ans ! » Dit-elle en le serrant dans ses bras.

Elle prit un des anneaux et le mit autour de l’index de Severus qui en fit de même avec elle. Puis, il l’embrassa longuement.

Elle se tourna ensuite vers le petit paquet et demanda :

« Qu’est-ce que c’est ? »

« C’est le cadeau de notre fille ! » Dit-il la voix émue.

Il l’ouvrit et Cassandra reconnut le scrutoscope qu’elle lui avait offert il y a bien des années. C’était un objet auquel sa fille tenait beaucoup, elle le savait. Elle devait aimer son père pour le lui offrir !

« Une chose est certaine : Notre fille t’aime ! C’était un objet qui lui tenait à cœur ! »

« Et je pense qu’elle n’est pas la seule à m’aimer à ce point ! »

« Ah bon ? Dit-elle d’un air faussement innocent, Qui pourrait t’aimer à ce point ? »

« Je ne sais pas moi ! Répondit-il en entrant dans son jeu, Cette sublime beauté qui se trouve à côté de moi ! »

Cassandra se retourna et dit :

« Je ne vois personne si ce n’est nous deux ! Je ne vois vraiment pas où tu veux en venir ! D’ailleurs … »

Avant qu’elle ait pu achever sa phrase, Severus se jeta sur elle, l’embrassant à nouveau et l’allongea sur le lit en lui caressant tout le corps. Elle dit dans un dernier effort pour lui résister :

« Severus ! Arrête ! J’ai besoin de sommeil ! »

« Pas question ! Dit-il en la regardant dans les yeux, Nous avons dix ans à rattraper ! »

« Nous aurons tout le week-end pour rattraper ces dix ans ! Inutile de les rattraper en une nuit ! » Dit-elle dans un ultime effort pour résister aux assauts de son amant, car à nouveau, il lui mangeait l’oreille.

« Ce n’est rien ! Lui dit-il, on prendra de la potion régénératrice ! Et d’ailleurs, à partir de lundi, ce sont les vacances de Noël et nous aurons tout le temps pour nous reposer ! »

Cassandra se laissa aller. Severus déposa le cadeau de sa fille sur la table de nuit et ils firent à nouveau l’amour.

Puis, épuisés, ils s’endormirent dans les bras l’un de l’autre. La nuit avait été longue, mais ils se sentaient tellement bien que plus rien n’entacherait leur bonheur retrouvés.
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Lun 5 Fév - 13:40

NOTE DE L'AUTEUR: Vous venez de lire le chapitre des retrouvailles Wink! Comme je ne connais pas l'âge du public qui va sur ce blog, je mets la version soft! Une version plus hot et destinée aux adultes existe sur HPfanfiction, dont voici le lien: http://www.hpfanfiction.org/fr/user.php que je vous invite à aller lire pour les plus de 18 ans Wink!

Valandra Snape
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Ven 16 Fév - 13:29

Chapitre 56: UN REVEIL AGREABLE

Quand Severus se réveilla quelques heures plus tard, Le soleil était encore couché. Il ne devait pas être plus de sept heures du matin ! Quand il vit la montre de Cassandra posée sur sa table de nuit. Il la prit en essayant de ne pas la réveiller. Elle poussa quelques gémissements de désapprobations dans son sommeil, mais se rendormit en serrant Severus plus fort dans ses bras. Il était cinq heures du matin.

Il avait envie d’aller voir sa fille, mais il était bien trop tôt ! De plus, celle-ci devait dormir et Pompom ne voudrait pas qu’il aille la voir.

Il laissa dormir Cassandra. Dans son sommeil, elle se blottit dans ses bras et émit des gémissements de bien-être. Il avait du mal à réaliser qu’il se trouvait dans sa chambre et qu’elle dormait paisiblement dans ses bras.

Sa respiration était calme et il n’osait pas trop bouger de peur de la réveiller. Il se laissa envoûter par son doux parfum qui lui emplissait les narines.

Il se promit une chose. Ne jamais plus décevoir la seule femme qui ait jamais compté pour lui !

Il avait tellement été malheureux durant ces longues années de séparation ! Rongé par le remord, il avait regretté son choix ! Comment avait-il pu trahir Lily, celle qui l’avait toujours soutenu dans ses sentiments pour Cassandra à l’instar des Maraudeurs qui faisaient tout pour les séparer !

Un souvenir lui revint à l’esprit. C’était du temps où il était à l’école en cinquième année. Cassandra et lui n’étaient pas ensemble depuis très longtemps et Lupin en voulait à sa soeur de son choix. Il venait de sortir de son cours de Défense Contre Les Forces Du Mal. Quand il avait croisé Lily qui était seule et se dirigeait vers la sortie.

Quand elle le vit, elle lui sourit et se dirigea vers lui. Elle lui dit :

« Bonjour Severus ! Tu vas bien ? »

« Bonjour Lily ! Je vais bien et toi ? »

« Ca va aussi ! Je viens de quitter le Professeur Flitwick, parce que j’avais un renseignement à lui demander concernant un devoir qu’il nous a donné ! »

« Et Cassandra n’est pas avec toi ? » Lui demanda t-il.

« Non ! Elle m’attend dehors ! »
Il avait ressenti de l’inquiétude pour elle. Il n’aimait pas la laisser seule. Car il savait que Black et ses sales petits maraudeurs d’amis seraient dans le coin ! Et surtout Black cette sale petite fouine qui tournait autour de Cassandra et tentait tout ce qui était en son pouvoir pour les séparer et lui faisait au passage du charme, car il s’intéressait à elle, au même titre que Potter et Petigrow qui étaient toujours sur les talons de Black !

Combien de fois Black, ne l’avait-il pas invité à Pré-Au-Lard et de préférence dans la salle commune des Gryffondor alors que Severus était loin d’elle et ne pouvait la défendre ? Non pas qu’elle en ait besoin, car elle se défendait de ce sale petit crétin. Mais le problème était qu’elle lui manquait durant ces longues soirées sans elle !

De plus, ceux-ci profitaient du fait que Lupin en voulait à sa sœur pour laisser à Black l’occasion de draguer ouvertement Cassandra, y compris quand Severus était là.

De plus, et de préférence quand Cassandra n’était pas là, Black lui rabâchait les oreilles en lui disant qu’il était dans la même maison qu’elle et qu’il avait une longueur d’avance sur lui et que lui en plus, était à Serpentard, la maison rivale, et qu’il n’aspirait qu’à une chose : que Cassandra le quitte et qu’il ferait tout pour la séduire !

Quand Cassandra entendait de telles allégations, elle répondait sèchement à Black qu’il n’avait aucunes chances et qu’il n’était à ses yeux qu’un sale petit crétin et qu’elle préférait de loin Severus qu’elle aimait tendrement. Severus ne pouvait s’empêcher de jubiler intérieurement. Et quand ils se retrouvaient seuls, sous le regard courroucé de Black et des autres Maraudeurs, il lui montrait sa tendresse. Car il n’aimait pas montrer ses sentiments devant tout le monde !

Black ne cessait pas pour autant ses avances à l’égard de Cassandra qui lui disait qu’il n’avait rien à craindre de ce sale prétentieux, comme elle l’appelait et il en était heureux.

Lily remarquant son air pensif, lui avait demandé :

« Que se passe t-il Severus ? »

« J’espère que Black n’est pas avec Cassandra ! » Lui avait-il répondu.

« Tu n’as rien à craindre de lui ! Lui répondit Lily avec un sourire réconfortant, C’est toi qu’elle t’aime et ce n’est un secret pour personne ! »

« Je le sais ! Dit-il un sourire épanoui se dessinant sur ses lèvres, Si ce n’est avec ma mère, aucune femme ne m’a donné autant d’amour ! Je suis de plus en plus fou d’elle Lily ! »

« Ca je le remarque ! Dit Lily en souriant, Elle n’a jamais été aussi heureuse que depuis que vous sortez ensemble ! »

« Ca ne plaît pas à son frère ! Dit-il avec une pointe de fureur dans la voix, ce qui arrivait souvent quand il parlait des Maraudeurs, Elle est malheureuse de l’ignorance avec laquelle il la traite en ce moment ! Je me demande si pour son bien, on ne ferait pas mieux de se séparer ! »

« Tu n’y pense même pas Severus ! S’emporta Lily, Cassandra t’aime ! Et si tu lui lances cette idée, elle va t’envoyer sur les roses, crois-moi ! Et si vous vous séparez, elle sera bien plus malheureuse que pour l’attitude de Remus ! De plus, Ca en reviendrait à donner raison aux Maraudeurs … Et à Black et Potter. Ce dernier fera tout pour jeter Cassy dans les bras de Black ! C’est ce que tu veux Severus ? »

« Non ! Certainement pas !» S’était-il empressé de répondre, une pointe de fureur dans la voix.

Entendre parler de Black et de Potter, avait toujours amené chez Severus des haut-le-cœur ! Et leur donner raison était la seule chose qu’il ne désirait pas !

« Quant à Remus, Continua t-elle, je sens qu’il va se calmer ! Il aime trop sa sœur pour ne pas veiller à son bonheur ! Je lui ai parlé hier, et je pense l’avoir convaincu à notre cause ! »

« Le problème est qu’il fait partie des Maraudeurs ! Avait-il dit la voix pleine de haine, Et ils sont contre notre relation ! Je le vois bien quand on est au cours de potion ! Black ne quitte pas Cassandra des yeux ! Même si elle l’ignore ! »

« Ca c’est le moins qu’on puisse dire ! Lui avait-elle répondu, Et si ce n’était qu’aux cours de Potions ! »

Remarquant qu’elle en avait trop dit, elle prit un air embarrassé.

« Que veux-tu dire par là, Lily ? »’ Lui demanda t-il en la regardant dans les yeux.

Voyant son air embarrassé, il rajouta :

« Tu peux me le dire ! Cassandra est ma petite amie ! Et je ne supporte pas que cette fouine tourne autour d’elle comme il le fait ! »

« Bon très bien ! Répondit-elle, Tu dois bien t’imaginer qu’il fait la même chose pour tous les cours ! Même si elle montre son agacement ! Il n’arrête pas de l’embêter en lui envoyant des mots doux ! Pas plus tard que tout à l’heure, elle s’est fait réprimander par MacGonagal, parce qu’elle lui avait renvoyé en plein visage son mot doux ! »

Severus avait eût du mal à réprimer sa fureur. Comment pouvait-il amener des problèmes pour sa petite amie alors qu’elle lui avait montré ouvertement qu’elle ne n’aimait pas ?
Il avait demandé à Lily :

« Elle n’a pas eu de retenues au moins? Car sinon, je démolis ce sale petit crétin ! »

« Non Severus ! Je te rassure ! Avait-elle répondu avec un sourire réconfortant, Quand MacGonagal a vu le mot de Black, elle lui a demandé de se calmer, sinon, elle lui collerait une retenue dont il se souviendrait toute sa vie ! Mais il avait l’air de s’en moquer éperdument ! Mais Potter lui a glissé quelque chose à l’oreille, rehaussé par le regard noir que lui lançait Remus et il s’est calmé ! J’ai bien crût qu’elle allait le démolir après le cours ! Et si Remus et moi ne l’avions pas retenue elle en aurait fait de la chair à pâté ! En effet, nous ne voulions pas qu’elle ait des ennuis ! »

« Lupin a retenu sa sœur ? » Lui avait demandé Severus.

« Oui ! Et il est parti sans prononcer un mot ! Mais j’ai pu surprendre un sourire sur ses lèvres à l’égard de Cassy! C’est bon signe pour Cassandra ! »

Il s’était soudain souvenu que durant le repas de midi, il avait remarqué l’attitude distante de la jeune fille envers ce petit crétin de Black! Non pas qu’elle se conduisait avec courtoisie avec Black, mais son attitude était des plus glaciales !

Quand Severus lui avait demandé quand ils étaient sortis prendre l’air ce qui n’allait pas, elle lui avait dit de ne pas s’inquiéter et que tout allait bien, mais il n’y avait pas crût ! Sans doute ne voulait-elle pas l’inquiéter !

Pour sa part, et sachant tout ça, il avait eût envie de démolir Black. Et au passage, Potter et Petigrow qui étaient en plein centre du complot fomenté contre Cassandra et lui pour les séparer ! Potter lui avait dit bien des fois qu’il ferait tout pour les séparer ! Mais il n’y était jamais arrivé ! Elle semblait tenir à lui ce qui rendait Severus fou de joie et Potter furieux.

Ayant remarqué l’agacement du jeune homme, Lily, lui avait dit :

« Tu n’as aucune raison de t’inquiéter Severus ! Cassy t’aime et elle sait très bien se défendre des Maraudeurs, je peux te le confirmer ! De toute façon, je garde les deux yeux sur elle. Et je pense que son frère aussi ! Il suffit de voir ce qu’il s’est passé tout à l’heure après le cours de MacGonagall ! »

« Je sais ! Mais je n’aime pas que ces sales petits crétins l’embêtent ! Lui avait-il répondu la voix pleine de haine, Et le problème est que je ne suis pas toujours là quand ça arrive ! »

Il soupira tristement et rajouta :


« Tu comprends Lily, elle a toujours été là pour moi quand Potter et ses amis viennent me dire des méchancetés ! Je ne vois pas pourquoi je ne serais pas là pour elle ! »

« Et elle va te répondre qu’elle sait très bien se défendre toute seule, lui avait répondu Lily, Et qu’elle ne veut pas te causer d’avantage d’ennuis ! »

« Tu as raison Lily, Avait-il répondu en soupirant, Je pense pour l’heure, que nous ferions mieux d’aller dehors ! Je n’aime pas la savoir seule ! Qui sait quel crétin pourrait lui tenir la jambe ? »

Il avait pensé à Black ! Et ses craintes se matérialisèrent quand ils furent arrivés dans le parc. Car il remarqua tout de suite que Cassandra, plus agacée que jamais se trouvait en compagnie de Black !

Il n’avait plus envie d’une chose maintenant, c’était démolir ce petit crétin. Mais une main, celle de Lily l’avait retenu et elle lui dit :

« Non Severus ! Laisse Cassandra se débrouiller ! Restons en retrait et s’il exagère vraiment, nous irons le remettre à sa place ! Je pense que Cassy a besoin de se défouler sur ce crétin de première catégorie pour ce qu’il s’est passé au cours de MacGonagall ! »

Ils approchèrent doucement se cachant derrière un arbre. Heureusement, personne ne se trouvait dans le Par cet ils étaient seuls.

Cassandra était assise sur un banc. Elle venait de coller une gifle à Black qui se tenait à présent la joue. Il lui avait demandé :

« Qu’est-ce que j’ai encore fait Ma Tigresse? »

« JE T’AI DEJA DEMANDE DE NE PLUS M’APPELER AINSI BLACK ! QUANT À CE QUE TU AS FAIT, TU OSES ENCORE ME LE DEMANDER ? ALORS QUE J’AI FAILLI ME RETROUVER EN RETENUE PAR TA FAUTE ??? »

« Tu n’avais pas besoin de me renvoyer en plein visage ce petit mot qui venait du plus profond de mon cœur, ma tigresse adorée ! » Lui avait-il répondu d’un air innocent.

Cassandra avait fermé les yeux. Un sourire nerveux avait naquit sur ses lèvres et elle lui avait répondu sur un ton glacial :

« Dis Black ? Tu ne sais pas aller voir ailleurs si je n’y suis pas ? Je ne sais pas moi ! Tu n’as pas d’autres filles, qui n’ont d’yeux que pour toi, à aller embêter et qui ne demandent que ça ! Je ne suis pas la seule fille dans Poudlard, tout de même ! »

Il avait passé un bras autour de son cou et lui avait dit avec un sourire charmeur :
« Mais le problème c’est que tu es là, Ma Tigresse ! Et je n’ai pas envie de m’en aller ! Quant aux autres filles, peu m’importe ! Une seule compte à mes yeux et c’est toi ! »

Cassandra avait reculé, s’était levée et lui avait demandé :

« Que faut-il que je fasse pour que tu me laisse tranquille, Black ? » Dit-elle en fermant les yeux d’exaspération.

« Un petit bisou ne serait pas de refus ! » Lui avait t-il répondu en se levant et en tendant ses lèvres.

Une moue de dégoût se dessina sur son visage et elle dit :

« T’embrasser ? Plutôt mourir ! »

« Tu as tort Ma Tigresse ! Dit-il en se rapprochant de plus en plus de la jeune fille, Aucune fille ne peut résister à mes tendres baisers ! »

Un autre sourire nerveux s’était dessiné sur ses lèvres et elle lui avait demandé :

« Imagine un instant, et cela ne se produira certainement pas, que j’accède à ta demande ! Tu me laisseras tranquille ? »

« Non ! Dit-il en tentant de se rapprocher d’elle, Mais je serais le plus heureux des hommes ! Je peux te le confirmer ! »

Elle avait fait mine de regarder par-dessus son épaule et lui avait demandé :

« Ah bon ? Il y a un homme dans le parc ou un gamin imbu de sa personne qui se prend pour un homme alors qu’il ne l’est pas ? »

Elle s’était mise à reculer, car il s’était rapproché d’elle. Quand elle fut bloquée par un arbre. Black en avait profité pour la prendre dans ses bras et avait tenté de rapprocher ses lèvres des siennes dans le seul but de l’embrasser.

Cassandra s’était débattue du mieux qu’elle pouvait et tentait par tous les moyens d’éviter les lèvres de Black. Elle lui avait dit :

« J’ai déjà un petit ami Black ! Et je l’aime ! S’il arrive, tu vas avoir des ennuis ! »

« Je n’ai pas peur de Servilo, Ma Tigresse Adorée ! Lui avait-il répondu en continuant son geste, Tout ce qui compte à mes yeux, c’est toi et moi ! Car pour ma part, je t’aime ! » Il tenta une nouvelle fois de l’embrasser, mais il n’y arriva pas.

« IL N’YA PAS DE TOI ET MOI BLACK ! IL N’Y EN A JAMAIS EU ET IL N’Y EN AURA JAMAIS ! TU N’ES A MES YEUX QU’UN SALE PRETENTIEUX IMBU DE TA PERSONNE ! »


Ce fut à ce moment là que Severus était sorti de sa cachette et s’écria, sa baguette magique pointée à présent sur lui :

« BLACK ! TU ENLEVE TES SALES PATTES DE MA PETITE AMIE TOUT DE SUITE, SINON, JE TE TUE DE MES PROPRES MAINS !!! »

Black s’était tourné vers lui en lui lançant un regard méprisant. Il n’avait pas remarqué le sourire qui s’était formé sur les lèvres de Cassandra. Au moment où il s’y attendait le mois, elle lui administra un coup de pied dans le bas ventre, ce qui fit qu’il se tordit de douleur. Il dit en gémissant de douleur :

« Ca fait mal, Ma Tigresse ! »

« CA T’APPRENDRAS À M’EMBRASSER ALORS QUE JE NE LE VEUX PAS BLACK ! »S’écria t-elle en fureur.


Dernière édition par le Ven 16 Fév - 15:18, édité 1 fois
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Ven 16 Fév - 13:29

Cassandra sans aucun doute pour contrer les intentions de Severus, s’était jetée dans ses bras et lui avait dit :

« Non Severus ! Ne fais rien que tu puisses regretter ! »

Il l’avait regardé dans les yeux et lui avait dit :

« MAIS JE NE REGRETTERAI RIEN CASSANDRA ! CA FAISAIT UN BON MOMENT QUE J’AVAIS ENVIE DE LE DEMOLIR ! ET VOILA UNE OCCASION EN OR ! »

Black s’était relevé et lui avait demandé une lueur de défi dans ses yeux :

« Et que vas-tu me faire Servillius ? Encore un de tes coups fourrés ? Mais Cassandra et Lily sont là ! Tu ne pourras plus faire tes coups derrière leur dos et nous donner le mauvais rôle ! »

« TU SAIS QUOI BLACK ? Dit Cassandra en colère, SI JE NE TE CONNAISSAIS PAS AUSSI BIEN, JE PRENDRAIS EN PITIE LES MARAUDEURS ! TU SAIS, JE N’AI AUCUN BESOIN DE SEVERUS POUR VOUS MEPRISER ! »

Lily qui n’avait rien dit jusque à présent avait rajouté :


« Je suis d’accord avec toi Cassy ! Si ce n’est Remus qui est le plus civilisé de vous tous, Potter, Petigrow et toi êtes des idiots congénitaux ! Et tu vas laisser mes amis tranquilles, tu m’entends ? »

« Tes amis ? Avait Répété Black avec une moue de dégoût, Tu considère ce vil serpent répugnant comme un ami ? Que tu considères Ma Tigresse Adorée comme une amie, je comprends ! Vous êtes inséparables ! Mais pas cette chose dégoûtante ! » Il avait lancé à Severus un regard méprisant.

Severus avait été plus déterminé que jamais à lui jeter un sort et cela malgré les supplications de Cassandra ! Mais une nouvelle fois, la main de Lily, une main ferme, s’était posée sur son épaule. Elle dit :

« Non Severus ! Ne fait pas ça ! Il n’en vaut pas la peine ! Tout ce qu’il mérite, c’est le mépris ! »

Elle s’était ensuite tournée vers lui et lui avait répondu :

« OUI ! CASSANDRA ET SEVERUS SONT MES AMIS ! ET JE PREFERE LES VOIR ENSEMBLE PLUTOT QU’AVEC UN SALE PETIT CRETIN COMME TOI ! »

Black lui avait lancé un regard noir et s’était apprêté à lui répondre quelque chose de glacial, mais une voix qu’il ne connaissait que trop bien et désagréable à ses oreilles disait avec son air suffisant :

« Tu as tort Evans ! Approuver cette relation alors que ton amie serait tellement bien avec Sirius est de la folie pure ! »

Lily s’était retournée vers lui brusquement et lui avait rétorqué sèchement :

« Tu prêches pour ta chapelle là Potter ! Pas étonnant que tu approuves cette relation ! Black et toi êtes les mêmes ! »

« Les mêmes quoi Evans ? » Lui avait-il demandé en se rapprochant d’elle d’un air menaçant.

« Si je te le dis, tu vas te vexer Potter ! » Lui avait-elle rétorqué sèchement.

« Tu vas encore nous traiter de prétentieux imbus de notre personne, n’est-ce pas ? »

« Mais comme tu vois juste Potter ! » Lui avait-elle répondu froidement.

« Alors que je veille sur le bien-être de ton amie, tu me réprimandes ! Je trouve que Cassandra serait bien mieux avec Sirius plutôt qu’avec ce sale petit serpent répugnant ! »

Il lança à Severus un regard méprisant et dégoûté. Severus avait répondu par un regard mauvais à son encontre. Potter lui avait dit en se rapprochant de lui, l’air menaçant :

« Oui Servilo ! C’est ce que je pense ! Je ne supporte pas de voir la sœur d’un de mes meilleurs amis s’intéresser à toi ! De plus, tu oses poser tes sales petites pattes sur elle ! »

Severus avait une envie folle de se jeter sur Potter pour lui faire regretter ses paroles ! Mais Cassandra le retenait du mieux qu’il pouvait. Elle dit à Potter :

« De quoi je me mêle Potter ? T’ai-je demandé de t’occuper de ma vie sentimentale ? Mêle toi un peu de ce qu’il te regarde et laisse-moi un peu tranquille ! Ainsi que Severus ! »

« Mais quel sort t’as t-il jeté pour que tu t’intéresse à lui Collins ? Lui avait-il dit en la regardant d’un air intrigué, Un sort de séduction ? Parce que je ne vois vraiment pas comment tu pourrais s’intéresser à lui et à ses cheveux sales et gras ! Sans parler de son corps entier ! Tu te rappelles sans doute de son slip sale ! »

Black avait ri méchamment. Cassandra avait répondu par un regard noir à l’égard des deux maraudeurs présents et avait rétorqué sèchement à Potter :

« Oui ! Et ça montre bien ton âge mental qui ne dépasse pas les Premières Bacs à Sable Potter ! Et encore ! Je ne veux plus que tu le touches, tu m’entends ? »

« Je ne le toucherais même pas avec des pincettes Collins ! Je ne veux pas me salir les mains ! Pour ma part, sache que je te protégerai de lui ! »

Cassandra lui avait répondu, avec une voix étonnement calme :

« Si je comprends bien ton raisonnement Potter, parce que je suis la sœur de Remus, tu te considère comme mon protecteur ? »

« Oui ! Lui avait répondu Potter, Et quoique tu en penses comme une amie ! »

Elle avait regardé Severus et Lily et leur avait demandé, sans attendre de réponse :

« Il a complètement perdu l’esprit, n’est ce pas ? »

Elle se tourna à présent vers lui et lui avait répondu :

« JE N’AI PAS BESOIN DE TA PROTECTION POTTER ! NI CELLE DES MARAUDEURS ! LA SEULE QUE JE TOLERE EST CELLE DE MON FRERE ! ET ENCORE ! »

«Dois-je te rappeler Collins que ton frère refuse de te parler depuis que tu fréquente Servillius ? » Lui avait dit Potter.

Cassandra avait failli éclater en sanglots. Mais s’était retenue en serrant la main de Severus qui avait eût plus envie que jamais de le démolir ! Comment pouvait-il revenir sur un fait douloureux pour sa petite amie ?

« ET TU PRETENDS ETRE MON AMI ! Avait-elle continué en retenant ses larmes, TON AMITIE, TU PEUX TE LA METTRE OU JE PENSE, TU M’ENTENDS ? »

Potter s’était approché de Cassandra et de Severus qui serrait sa baguette magique entre ses doigts au cas où et il lui avait rétorqué sèchement :

« Tu as vraiment de la chance que tu sois la sœur de Remus, si ce n’était pas le cas … »

Black qui était resté silencieux jusqu’à présent dit à Potter :

« Non James ! Laisse Cassandra Tranquille ! »

« Mais je n’ai pas besoin de ta protection non plus Black ! » Lui rétorqua t-elle sèchement.

Elle s’était à nouveau tournée vers Potter et lui lança un regard furibond. Selon toutes vraisemblance, sa peine s’était matérialisée en colère et elle comptait bien se déchaîner sur Potter ! Elle lui demanda avec une lueur de défi dans les yeux :

« Ah ? Et que vas-tu me faire Potter ? Imagine un instant que je ne le sois pas ! Tu me lancerais un sort ? Sache que je le contrerai ! Je n’ai pas peur de toi et de ton air suffisant ! Et je ne crains aucun de tes Maraudeurs ! » Elle lança un regard flamboyant à Black qyu lui dit :

« Mais tu n’as rien à Craindre de moi, Ma Tigresse ! Je t’aime et tu le sais ! »

« Comme si ça m’intéressait Black ! » Dit-elle en haussant les épaules.

Potter quant à lui, semblait très énervé. Il lui avait répondu en colère :

« APRES TOUT COLLINS, TU TE DEBROUILLES ! ET JE REPRENDS SUR LE CHAMP L’AMITIE QUE JE T’AI OFFERTE ! TU N’ES QU’UNE SALE PETITE PIMBECHE QUI NE COMPREND PAS QU’ELLE EST AIMEE PAR UN GARÇON CORRECT ET QUI NE DEMANDE QU’À TE PROUVER SON AMOUR ! » Il avait regardé Black qui avait pris un air dépité.

Cassandra était en fureur. Elle l’aurait giflé si Lily ne l’avait pas fait à sa place et s’était écriée :



« ESPECE DE SALE CRETIN ! JE T’INTERDIS DE TRAITER MON AMIE DE PIMBECHE, TU M’ENTENDS ? AI-JE DEJA INSULTER TON AMI QUI N’EST PAS MIEUX QUE TOI, ESPECE DE SALE CRETIN IMBU DE TA PERSONNE ! »

« Evans ! L’avait averti Potter en contenant mal sa fureur, Prend garde à toi, sinon … »

« SINON QUOI POTTER ? Lui avait demandé Lily, TU CROIS QUE J’AI PEUR DE TOI ? DETROMPE-TOI ! TU NE M’IMPRESSIONE PAS AVEC TON AIR SUFFISANT ! »

A peine eût-elle achevé sa phrase qu’ils entendirent une autre voix, plus calme leur demander :

« Que se passe t-il ici ? »

C’était Lupin qui était avec Petigrow. Celui-ci était resté en retrait comme à son habitude. Il était tellement lâche !

Lupin quant à lui, lança un regard interrogatif à sa sœur, ainsi qu’à ses amis. Mais il l’avait remarqué, il regardait plus particulièrement ses amis.

Il regardait aussi sa sœur qui ne cachait plus sa fureur et lançait des regards flamboyant à Potter et Black et lui demanda :

« Cassandra ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Je veux savoir ! »

Elle lui avait répondu :

« Oh rien Remus ! Si ce n’est que Potter se prend pour mon protecteur et ami ! Je lui ai alors répondu gentiment que je n’avais besoin ni de l’un, ni de l’autre ! Ce qu’il n’a pas apprécié et il s’est mis à m’insulter ! Mais je n’ai pas eu le temps de le remettre à sa place, car Lily a pris les devants et l’a giflé ! Il est vrai que je me serais sali les mains sur lui ! »

« Et ne me le dis pas ! Tout a commencé quand Sirius a commencé à te draguer ! » Dit-il en lançant à Black un regard noir.

« Tu as vu juste Remus ! » Lui avait-elle répondu.

Et elle lui expliqua tout ce qu’il s’était passé durant son altercation avec Potter et Black. Remus s’était tourné vers eux et leur lançaient un regard accusateur. Potter lui dit :

« Quoi Remus ! Tu aimes voir ta sœur avec un petit minable comme Servilo alors qu’elle serait tellement bien avec Sirius ? Elle reste bornée et je n’aime pas ça ! »

Lupin semblait plus énervé que jamais et dit à Potter et à Black :
« Ecoutez-moi bien tous les deux ! Je ne suis pas tellement d’accord de la relation qui unit ma sœur à Rogue ! Et j’espère qu’elle me pardonnera pour lui avoir fait la tête ! »

Il se tourna vers elle et lui dit :

« Mais je pouvais pas supporter de te voir avec lui, Cassy ! J’espère que tu pardonneras à ton frère qui t’aime tellement ! »

« Mais je ne t’en veux pas Remus ! »Avait-elle dit les larmes aux yeux.

Il s’était tourné vers Severus et lui avait dit :

« Toi ! Tu as intérêt à veiller sur ma petite sœur, sinon, tu risquerais de le regretter ! Je l’aime trop pour la voir malheureuse ! »

Severus qui pourtant n’avait pas peur des menaces de Lupin, lui avait répondu sincèrement :

« Mais sans aucun problème Lupin ! Bien que tu ne m’impressionnes pas avec tes menaces, ta sœur est la personne qui compte le plus à mes yeux et je l’aimerai le plus possible ! »

Pour toutes réponses, Cassandra posa un tendre baiser sur les lèvres de Severus. Elle lui envoya par la pensée :

« Je t’aime Mon A mour ! »

Il lui envoya :

« Je t’aime aussi Ma Beauté ! »

Black avait serré les poings. Mais Lupin qui s’était tourné vers Les Maraudeurs leur dit :

« L’important c’est que ma soeur soit heureuse, même si c’est avec lui ! Alors, je ne veux plus que vous embêtiez ma sœur à ce sujet ! Sinon, je vous assure que vous aurez des ennuis avec moi ! Et je ne plaisante pas ! Est-ce bien clair ? »

« Oui Remus ! Avait dit Potter tout en lançant un regard mauvais à Severus qui le lui rendit, Mais ne t’attend pas à ce qu’on sympathise avec Servilo ! »

« Je n’en demande pas tant ! » Lui avait dit Remus.

Il s’était tourné vers Black et lui avait demandé :

« Et toi Sirius ? »

« Comment veux-tu que j’accède à ta demande Remus ? S’était-il exclamé, Alors que je suis fou de ta sœur et que … »

Voyant le regard avertisseur que lui lançait Lupin et le coup de coude qu’il avait reçu de Potter, il rajouta :

« Bon ! Très bien ! Je ferai ce que je pourrai ! Mais pour Cassandra et toi ! Pas pour Servillius ! » Acheva t-il.

Lupin s’était tourné vers Cassandra qui continuait de serrer Severus dans ses bras entre autres pour l’empêcher de se jeter sur Black qui l’avait dragué ouvertement et devant lui et il lui dit doucement :

« Les choses sont claires maintenant Cassy ! Ils ne viendront plus t’embêter ! Du moins en ce qui concerne ta relation avec Rogue ! »

« Merci Remus ! » Lui avait-elle répondu en souriant.

Severus ne se croyait pas débarrassé pour autant des ennuis. Ils savaient qu’ils continueraient à s’acharner sur eux. Tout simplement parce que Black aimait Cassandra.

Voyant que Potter et elle se regardaient comme des chiens de faïence, celle-ci avait demandé à Lily :

« Tu viens Lily ? On n’a plus rien à faire ici ! »

« Oui ! Avait-elle répondu, Tu as raison ! »

Elle avant lancé un dernier regard noir à Potter qui le lui rendit et lui avait dit :

Avant de s’en aller, elle avait lâché Severus pour se diriger vers son frère et lui dit en déposant un baiser sur sa joue droite et en passant ses bras autour de son cou :

« Merci pour tout ce que tu fais pour moi, Grand Frère ! »

Lupin lui avait souri et lui avait glissé à l’oreille :

« C’est normal ! Tu as toujours été là pour moi et malgré ma véritable nature ! Et moi, je t’ai repoussé alors que tu avais besoin de moi ! »

Pour toutes réponses, elle lui avait posé un tendre baiser sur sa joue et lui avait souri.

« Quand aurais-je droit à ce privilège ? » Avait demandé Black presque pour lui-même et en soupirant tristement.
« Jamais Black ! » Lui avait-elle rétorqué sèchement.

« Ca suffit Sirius ! » Lui avait dit Lupin en lui lançant un nouveau regard avertisseur.

Black avait soupiré tristement.

Cassandra quant à elle avait lâché son frère, s’était dirigée vers Lily et Severus et ils s’en allèrent tous les trois sous le regard courroucé des Maraudeurs.

Lily les laissa seuls, trouvant qu’elle n’avait rien à faire avec eux, si ce n’était jouer le rôle de la cinquième roue du carrosse.

Quand ils furent seuls, Cassandra s’était jetée dans ses bras et s’était mise à l’embrasser passionnément. Il avait répondu à ce baiser. Elle lui dit bientôt :

« Tu pensais vraiment ce que tu disais, Mon Severus ? »

« Mais bien entendu Ma Beauté, Lui glissa t-il à l’oreille, Je n’ai jamais rien ressenti de tel pour une fille, Tu es douce et attentionnée avec moi ! Et sans rajouter, que tu es belle … Tellement belle ! Je suis fou de toi, Mon Amour ! »

« Moi aussi, Mon Amour, Lui répondit-elle, Et personne ne pourra nous empêcher de nous aimer, pas même Les Maraudeurs ! »

« Oui ! Lui avait-il répondu tendrement, Et je suis heureux que ton frère et toi vous vous reparliez ! J’avais remarqué combien son ignorance t’attristait ! Sur ce point là on se ressemble ! Tout ce qui compte à mes yeux, c’est ton bonheur, Mon Ange ! »

Elle l’avait embrassé à nouveau plus passionnément que jamais. Puis, mains dans la main, ils allèrent se promener dans le parc, jusqu’au soir où il la quitta devant la tour des Gryffondor.

Rien ne comptait que cet amour qui grandissait de jour en jour. Et qu’il ne pouvait montrer que quand ils étaient seuls. Car, il ne voulait pas se montrer trop démonstratif devant les autres ! Et surtout devant Potter et ses amis.

Tout comme aujourd’hui ! Il fallait qu’il en parle à Cassandra et sa petite Valandra.


Dernière édition par le Lun 19 Fév - 13:28, édité 1 fois
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Valandra Snape le Ven 16 Fév - 13:30

Il se tourna vers Cassandra qui à présent était réveillée et posait sur lui un regard baigné de tendresse.

Il lui dit doucement :

« Bonjour Mon Tendre Amour ! Tu as bien dormi ? »

« Je ne dirais pas ça ! Répondit-elle avec un sourire épanoui, Quelqu’un, je me demande qui, m’a empêché de dormir ! »

« Va te plaindre ! » Dit-il en la regardant tendrement et en l’embrassant.

« Mais je ne me plaindrai pas ! Lu avait-elle répondu en souriant, Tout ce qu’il s’est passé cette nuit a tellement été merveilleux ! Une chose est sûre, Mon Severus, Je t’aime d’avantage qu’il y a dix ans ! »

Il s’ensuivit un long baiser langoureux et des caresses sur tout le corps ce qui firent frissonner les deux amants de plaisir.

« A quoi pensais-tu quand je me suis réveillée, Mon Amour ? »

« Oh ! A Black ! » Lui répondit-il.

Cassandra prit un air choqué et dit avec une moue dubitative :


« Décidément ! Après avoir pensé à mon frère, tu penses à Sirius ! C’est vraiment tout ce que je t’inspire Severus ? Je vais finir par le prendre mal ! »

« Non, Mon Amour ! Pardonne-moi, Dit-il en se mettant sur elle, je te promets que je ne penserai plus à eux ! »

Elle lui dit avec un sourire malicieux :


« Alors, prouve-le ! »

Il fit apparaître un nouveau préservatif et lui fit l’amour, encore plus passionnément que la veille. Plus que jamais, ils ne semblaient plus faire qu’un, l’un satisfaisant le plaisir de l’autre. Et ils y arrivaient, car de nouveaux cris de plaisirs se faisaient entendre.

Bientôt essoufflés par leurs ébats, Ils se blottirent dans les bras l’un de l’autre. Severus lui dit :

« J’aimerais que tu sache quelque chose, Mon Amour ! Valandra et toi êtes ce qui compte le plus à mes yeux ! »

« Je le sais, Mon Severus ! Et je suis certaine que ce sentiment est partagé pour ce qui concerne Valandra ! Quant à moi, je viens de te le prouver ! » Elle l’embrassa. Puis, il dit :

« Devant les professeurs et élèves, je me conduirai froidement avec toi ! Et ne vas pas croire, que c’est parce que je ne vous aime pas Valandra et toi ! Au contraire ! Mais je n’aime pas me livrer devant les autres ! »

« Comme quand nous étions au Collège ! Dit-elle en souriant, Je ne t’en veux pas Mon Chéri ! Mais il faudra que tu en parles à Valandra ! »

« Oui Ma Beauté ! Dit-il, Tes désirs sont des ordres ! »

« Mais si je comprends bien, j’aurai besoin de ma dose de bisous pour la journée ! » Dit-elle d’un air innocent.

« Dans ce cas, il vaut mieux y remédier dés maintenant ! » Dit-il en s’emparant de ses lèvres et en l’embrassant passionnément.

Ils restèrent enlacés un bon moment, puis, il se détacha d’elle et lui dit :

« Je pense que notre petite Valandra nous attends ! Nous ferions mieux de nous lever ! » Dit-il en la regardant tendrement.

« Oui ! Tu as raison ! Lui dit-elle en souriant, Mais une douche ne serait pas de refus ! Et nous irions plus vite en la prenant ensemble ! »

« Tu en es sûre, Ma Tendre Beauté ? » Dit-il en lui lançant un regard flamboyant, haut de conséquence et en l’embrassant plus passionnément que jamais.

Ils se levèrent ensuite, Cassandra passant une robe de chambre, Elle prit sa baguette magique et lança un contre-sort pour la porte qui était toujours collée.

Puis, ils se dirigèrent vers la salle de bain, où ils prirent leur douche qui leur parût agréable à tous les deux.

Puis, ils s’habillèrent et sortirent des appartements pour aller rejoindre leur petite Valandra qui devait les attendre. Severus prit le scrutoscope que sa petite fille chérie lui avait offert la veille. Il avait la ferme intention de le garder tout le temps près de lui !

Avant qu’il n’y ait trop de monde, Severus, prit la main de Cassandra, l’attira contre lui et l’embrassa. Puis, il lui prit la main et ils se dirigèrent vers l’infirmerie.

Cette nuit avait été longue, mais elle avait été tellement agréable que tous les deux avaient envie qu’elle ne se termine jamais !

Maintenant, ils étaient unis et plus jamais personne ne pourrait les séparer, comme au temps où ils étaient au collège et qu’ils s’aimaient, et cela malgré ce que leur disaient les autres.

Plus que jamais, ce serait, elle et lui contre le monde entier ! Mais peu leur importaient, ils s’aimaient et c’était ce qui comptait … Si ce n’était Valandra qui devait être heureuse de voir son père et sa mère ensemble former une vraie famille, ce qui avait dû lui manquer !
avatar
Valandra Snape
Nouvel élève
Nouvel élève

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 43
Date d'inscription : 30/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Harry Potter et Le Seul Amour de Rogue

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum